Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  17 Oct 2010 22:24:42

Néo Trouvetout
Modérateur
Date d'inscription: 17 Aug 2010
Messages: 110

Parapsychologie : les précognitions inconscientes...

PARAPSYCHOLOGIE : PRECOGNITIONS INCONSCIENTES...


http://www.neotrouve.com/images/precognition.jpg

Pour comprendre comment fonctionne la précognition, on peut envisager la possibilité que l’esprit entre en contact avec lui-même, mais dans le futur, ou bien encore qu’il s’« étale » dans le temps. Cette idée peut être étudiée de diverses manières. L’une d’elles consiste à observer si des perceptions de l’avenir interfèrent avec des temps de réaction actuels. La seconde consiste à savoir si des états émotionnels à venir sont détectables dans l’activité présente du système nerveux.

Au début des années 80, Holger Klintman, du département de psychologie de l’université de Lund, en Suède, étudiait un programme consistant à montrer au sujet une tache de couleur - rouge, verte, bleue, jaune -, puis l’un des mots « rouge », « vert », « bleu », « jaune ». Il demandait au sujet volontaire de lui dire la couleur de la tache, puis de prononcer le mot qui lui était ensuite montré, l’un et l’autre aussi vite que possible. Lorsque la couleur et le mot correspondent, la réaction est rapide. La perception du vert, par exemple, active simultanément la mémoire du vocable « vert ». Mais, si le terme « rouge » suit la projection de la couleur verte, l’exercice est étonnamment difficile et, pour les sujets, frustrant. Ils se sentent souvent mal à l’aise ou éclatent de rire nerveusement. Le but de cette expérience est de mettre en lumière la contrainte que suscitent les interférences cognitives.
Les psychologues se sont particulièrement intéressés à l’intervalle de temps s’écoulant entre la projection de la tache de couleur et la prononciation du mot indiqué lors du second stimulus, celui-ci étant choisi au hasard, en double aveugle classique : ni le sujet ni l’expérimentateur ne doivent savoir si le prochain tirage sera ou non concordant.
Klintman pratiquait ce test de façon conventionnelle, quand il eut l’idée de mesurer le laps de temps nécessaire aux sujets pour prononcer à haute voix la couleur présentée lors du premier stimulus, afin d’affiner sa procédure. Il eut la surprise de constater que la réaction était plus rapide lorsque le mot qui allait suivre s’accordait avec la couleur perçue. Après avoir envisagé et rejeté toutes les explications conventionnelles, il a décidé de tester ce qu’il a nommé la « rétro-interférence »: le futur stimulus remontait le cours du temps, pour susciter chez le sujet une perception précognitive. Lorsque le mot à venir et n couleur déjà projetée ne correspondaient pas, l’« interférence » augmentait son temps de réaction.
Afin de tester son hypothèse, Klintman a imaginé une procédure en double aveugle et l’a appliquée à 28 participants. Il a obtenu une probabilité de 67 chances contre 1. Il a ensuite élaboré 5 autres expériences, avec différents protocoles, pour reproduire et préciser l’effet. Les résultats combinés ont abouti à une probabilité globale de 500 000 chances contre 1, dont la cause ne pouvait se retrouver ni dans les fluctuations dues au hasard, ni dans les imperfections dans la réalisation de l’expérience.
Klintman en a conclu que l’effet dépendait de la signification qui s’établissait entre les deux événements, et que la personnalité du sujet était une variable importante. Les résultats étaient moins bons dans les tests ultérieurs que lors des premiers essais, la lassitude s’ajoutant sans doute à l’usure de la nouveauté ; les participants étaient choisis au hasard parmi des étudiants volontaires ; l’expérimentateur lui-même ne semblait pas avoir d’influence sur l’effet, qui s’est révélé reproductible. Puisque les participants ignoraient complètement la relation entre leurs réponses et leurs perceptions à venir, on en a déduit que l’activité inconsciente du système nerveux semblait pouvoir être utilisée pour détecter des précognitions. Il est possible que les réactions inconscientes soient même plus opérantes car elles contourneraient les défenses psychologiques qui risquent, en état de conscience ordinaire, de bloquer les perceptions psi


Source : La Conscience Invisible Deand Radin (p131-132).


Hors ligne

 

#2  22 Oct 2010 23:18:38

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: Parapsychologie : les précognitions inconscientes...

un petit lien intéressant: précognition et causalité "antidromique"


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire