Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  18 Jul 2010 15:39:02

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

La Fratrie du Christ selon les Evangiles

LA FRATRIE DU CHRIST SELON LES EVANGILES

A chacun son idée et ses convictions profondes dans le respect de chacun, mais...



Encyclopédie Universalis
Dans le Nouveau Testament, on parle à plusieurs reprises des frères (ou des frères et sœurs) de Jésus : dans Jean, II, 12, et Actes, I, 14, on les trouve en compagnie de Marie, sa mère, et même de ses disciples ; dans I Corinthiens, IX, 5, ils sont à côté des Apôtres.
Quatre frères sont explicitement nommés : JACQUES, JOSEPH, SIMON et JUDE (Marc, VI, 3) ; les sœurs ne sont jamais présentées nommément.

LE DEBAT D'EGLISES:

L'Église catholique reprend une tradition orale, liée à Jérôme qui relate que Joseph s'était consacré à Dieu avant de connaître la Vierge Marie, et explique donc que les termes de « frères et sœurs » de Jésus cités dans les Évangiles doivent être compris comme étant des cousins proches par le sang, l'affection et les relations, selon l'usage sémitique de ces mots. Cette consécration préalable de Joseph est en outre conforme à l'usage juif de l'époque en ce qui concerne l'union des vierges consacrées au Seigneur.
Jésus est décrit dans les Évangiles comme ayant des frères, Jacques, Joset (ou José ou Joseph suivant les manuscrits), Jude et Simon (ou Siméon), ainsi que des sœurs. Le débat exégétique est ouvert entre catholiques et protestants sur la nature de cette fraternité.
Selon la doctrine protestante, Marie aurait eu, après la naissance de Jésus, des enfants avec Joseph, hypothèse qui n'altère pas la virginité de Marie à la naissance de Jésus mais s'oppose au dogme catholique de la virginité perpétuelle de Marie. Un apocryphe, le Protévangile de Jacques, écrit vers le IIe siècle, que ne rejette pas l'orthodoxie orientale, explique que ces « frères et sœurs » venaient d'un précédent mariage de Joseph avec une femme inconnue, ce qui en fait des demi-frères et demi-sœurs. Cette version est aussi relatée dans un autre texte apocryphe : l’« Histoire de Joseph le Charpentier ».
Jacques et Joset sont cités comme les fils de « Marie mère de Jacques le petit et Joset » ; voire aussi de « Marie, femme de Clopas ». Jude se désigne comme « frère de Jacques » et non de Jésus. Simon est sans ambiguïté désigné comme un cousin, fils de Clopas, le frère de Joseph, dans un passage d'Eusèbe de Césarée (Hist. eccl. 3, 11, 32). Le mot « jusqu'à » de Mathieu. 1, 25 est sans valeur d'opposition et le verbe connaître qui précède est à l'imparfait en grec : l'intention est de montrer que Jésus n'est pas né de l'union de Joseph et Marie. Celui de « premier-né » de Luc 2, 7 s'explique par la coutume de rachat du premier-né. Lors de la crucifixion, Jésus a confié sa mère à Jean qui l'a accueillie chez lui, mais pour une partie des chrétiens, c'est une façon d'enseigner la prééminence de la parenté spirituelle sur la parenté biologique.

Il reste deux passages a éclaircir à ce sujet :

1- Lorsqu'un disciple annonce à Jésus que ses frères et sœurs sont dehors et demandent à le voir, il leur répond : Mes frères et sœurs sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et y obéissent (Mt 12. 46-47)

2- Les sages qui le connaissaient ont dit de lui : N'est-ce pas le fils du charpentier ? n'est-ce pas Marie qui est sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères ? et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous?(Mt 13. 54-56)

Dans ce dernier passage les sages de la patrie de Jésus ont dit que ses sœurs étaient parmi eux, et donc mariées à certains de ces sages. De plus il est évident que ces sages ont reconnu celui qui a grandi près de chez eux car ils en connaissaient la famille complète. Ceci rend les choses compliquées.

Les avis à ce sujet sont plusieurs, comme déjà mentionné. Partant du principe du judaïsme sur la question du mariage il serait vraisemblable - mais non évident - que Joseph a dû honorer sa femme Marie en lui donnant d'autres enfants. Ceci porte la discussion dans les diverses églises et confessions venant du christianisme dans des conflits.

http://carthoris.free.fr/Images/Ascension.jpg


La question des frères de Jésus n'a cessé d'alimenter la polémique ; les accents se renforçant selon l'importance attachée et l'interprétation donnée au dogme de la naissance virginale de Jésus. Du côté catholique surtout, on a exploité les ressources du substrat sémitique (hébraïque ou araméen) du terme grec adelphos, dont le sens est obvie et identique au contenu moderne de « frère », pour défendre la thèse d'une parenté lointaine. Il est vrai que l'hébreu ancien n'avait pas de mot spécial pour désigner les cousins, proches ou éloignés, et faisait volontiers l'économie d'une périphrase (par exemple, « les fils de la sœur de la mère ») par l'usage élargi du terme ach (« frère ») ; celui-ci pouvait même aller parfois jusqu'à désigner les hommes originaires d'un même village.




Evangile selon Saint Marc
"La foule était assise autour de lui on lui dit: -Ta mère et tes frères et tes soeurs sont là dehors et te cherchent. il leur répondit: - Qui sont ma mère et mes frères? Et portant ses regards sur les gens assis autour de lui: - Voici, dit-il ma mère et mes frères. Celui qui accomplit la volonté de Dieu, celui-là est mon frère, ma soeur, ma mère." Marc 3:32-35

Evangile selon Saint Matthieu
"N'est-ce pas là le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de José, de Jude et de Simon? Et ses soeurs ne sont-elles pas ici, chez nous ?" Matthieu 13:57-58

Le mot grec employé dans ces passages signifie réellement des frères de même mère, selon la chair (adelphos); il est employé dans Matthieu 4:18 pour désigner deux véritables frères, fils d'une même mère: Simon et André. Cependant dans le Nouveau Testament, ce même mot grec peut être employé pour désigner un frère spirituel dans la foi. Mais pour Jésus, il est bien évident que cela ne pouvait pas être des frères dans la foi, puisque les évangiles disent que Ses frères ne croyaient pas en Lui (Jean 7:4-5). C'étaient donc SES véritables frères, nés de l'union de Joseph et de Marie, après la naissance de Jésus:



LES TRADUCTIONS:
1/ Bible de Jérusalem: Celui-là n'est-il pas le fils du charpentier ? N'a-t-il pas pour mère la nommée Marie, et pour frères Jacques, Joseph, Simon et Jude ?
2/ Traduction oecuménique: N'est-ce pas le fils du charpentier ? Sa mère ne s'appelle-t-elle pas Marie, et ses frères Jacques, Joseph, Simon et Jude ?
3/ Bible de la liturgie: N'est-il pas le fils du charpentier ? Sa mère ne s'appelle-t-elle pas Marie, et ses frères : Jacques, Joseph, Simon et Jude ?

Certains veulent affirmer qu'en Araméen, le terme frère désigne des cousins ou des proches parents. Mais on oublie que les évangiles furent écrits en grec, langue qui possède plusieurs mots pour désigner les frères, les cousins et les proches parents.

L'Église catholique considère que ces frères étaient en réalité des cousins, le mot frère étant en fait utilisé pour parler de relations plus éloignées ; les textes évangéliques se seraient conformés à cet usage, bien qu'ils soient écrits en grec, langue dans laquelle existe un mot pour « cousin » contrairement aux langues sémitiques, mais on retrouve ce même mot frère (αδελφος, adelphos) dans la Bible grecque, la Septante, pour désigner des cousins, des amis, des proches dans des contextes tout à fait différents quant au texte produit par une civilisation judéo-hellenistique, celle d'Alexandrie.

-citation Wikipedia-



Evangile selon Saint Paul:
Saint Paul, dans l'épître aux Galates, emploie le mot "adelphos" qui signifie "frère" pour désigner Jacques, le frère du Seigneur. '(Galates 1:19:)

Corinthiens 9:5:
Egalement, dans ce verset, c'est aussi le même mot grec qui désigne les frères du Seigneur. Dans les évangiles, les frères du Seigneur sont bien distincts des disciples. Aux noces de Cana (Jean 2:12), et plus tard dans la chambre haute, nous trouvons cette expression:
"sa mère, ses frères et ses disciples" (Actes 1:13-14)

Je me garderais bien d'affirmer quoique se soit, mais sans être une certitude donc, un doute plane sur la version édulcorée de l'église.


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#2  18 Jul 2010 15:46:27

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: La Fratrie du Christ selon les Evangiles

De ce doute, pourrait naître une hypothèse simple: JACQUES, JOSEPH, SIMON et JUDE et les 2 SOEURS non citées nommément ne seraient pas les enfants de Marie mais uniquement ceux de Joseph, tout s'éclairerait alors d'un jour nouveau et donnerait un sens aux précédentes écritures canoniques et apocryphes citées.
Une rapide enquête permettrait alors de répondre en globalité aux questions soulevées la fratrie de "Jésus Christ", en se référant à la version de l'Eglise Orthodoxe à défaut du silence entretenu par l'Eglise Catholique Apostolique Romaine.



VERSION DE L'EGLISE ORTHODOXE (source Wikipédia)

L'Église orthodoxe enseigne de son côté que « Joseph était déjà veuf au moment où il s'est fiancé avec Marie, et il aurait eu des enfants d'une précédente union dont, Jacques « le frère du Seigneur », c'est-à-dire son demi-frère ». Cette tradition s'appuie sur le Protévangile de Jacques où il est dit que l'enfant d'Anne et Joachim, Marie, a été consacré au Seigneur, c’est-à-dire resterait vierge, et que Joseph a eu des fils lors d'un premier mariage : « Anne répondit : « Aussi vrai que vit le Seigneur Dieu, je ferai don de mon enfant, garçon ou fille, au Seigneur mon Dieu et il le servira tous les jours de sa vie. » » (Protév. Jc 4,1). « Alors le prêtre : « Joseph, Joseph, dit-il, tu es l'élu : c'est toi qui prendras en garde la vierge du Seigneur. ». Mais Joseph protesta : « J'ai des fils, je suis un vieillard et elle est une toute jeune fille. Ne vais-je pas devenir la risée des fils d'Israël ? » » (Protév. Jc 9,1-2).http://carthoris.free.fr/Images/Saint%20Joseph.jpg
Un apocryphe, le Protévangile de Jacques, écrit vers le IIe siècle, que ne rejette pas l'orthodoxie orientale, explique que ces « frères et sœurs » venaient d'un précédent mariage de Joseph avec une femme inconnue, ce qui en fait des demi-frères et demi-sœurs. Cette version est aussi relatée dans un autre texte apocryphe : l’« Histoire de Joseph le Charpentier ».
Cette interprétation permet de comprendre, entre autres, que Jacques soit appelé le "frère du Seigneur" (par Paul dans l'Épître aux Galates | Ga 1:19) : celui-ci serait un des fils de Joseph, issus de son premier mariage. Joseph, selon la tradition orthodoxe (mais aussi une certaine tradition iconographique en occident) était beaucoup plus âgé que Marie. Sa mort expliquerait l'absence totale de mention à son propos dans les Actes des Apôtres, contrairement aux autres membres de la famille de Jésus.

Adoptèrent cette théorie : Évangile selon Pierre, Protévangile de Jacques, Clément d'Alexandrie, Origène, Eusèbe de Césarée, Hilaire de Poitiers, Ambrosiaster, Grégoire de Nysse, Épiphane, Ambroise de Milan, Jean Chrysostome, Cyrille d'Alexandrie.
Les catholiques objectent à cette tradition concernant Joseph que la tradition juive de l'époque mariait les jeunes gens très jeunes et non à des personnes nettement plus âgées qu'eux. Dans ce cas Joseph se serait retrouvé veuf très rapidement après son premier mariage. D'autre part, l'Evangile de Luc, lorsqu'il relate des épisodes de l'enfance du Christ, ne parle jamais d'un « frère » de Jésus à cette époque.

Cependant Joseph est souvent représenté comme un homme plus âgé que Marie, et parfois même vraiment âgé. Pour Charles Perrot, il était au contraire un jeune homme au moment de son mariage car les filles « étaient mariées entre douze et quinze ans et les garçons n'étaient guère plus vieux »

Nous voilà conforté ayant transformé nos doutes en certitudes... pas si sûr.
Restera alors à expliquer ces paroles attribuées au Christ:


"Que je suis un étranger pour mes frères et un inconnu pour les fils de ma mère car le zèle de ta maison me dévore ..."
Psaumes 69:9-10

- (version de Jérusalem)


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#3  18 Jul 2010 16:11:49

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: La Fratrie du Christ selon les Evangiles

En conclusion, à titre personnel, j'en retiendrai la version canonique protestante de la Fratrie après naissance, qui à défaut d'être limpide ne semble au moins pas avoir de paradoxe.

"Marie aurait eu, après la naissance de Jésus, des enfants avec Joseph, hypothèse qui n'altère pas la virginité de Marie à la naissance de Jésus mais s'oppose au dogme catholique de la virginité perpétuelle de Marie".

Ce qui sous entendrait forcement un pieux mensonge dans la rédaction des évangiles canoniques catholiques... mais est-ce l'unique ?...


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#4  19 Jul 2010 14:29:47

jean-luc
Modérateur
Lieu: CAMBRAI (Nord)
Date d'inscription: 16 Jul 2010
Messages: 326
Site web

Re: La Fratrie du Christ selon les Evangiles

voici un documentaire, assez bien réalisé qui est passé sur la chaine Planète

pourquoi la famille de Jésus n'aurait-elle pas été une famille comme les autres?





Hors ligne

 

#5  19 Jul 2010 22:19:21

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: La Fratrie du Christ selon les Evangiles

pourquoi la famille de Jésus n'aurait-elle pas été une famille comme les autres?

c'est peut-être le cas et en réalité:
- que se soit ses propres frères et soeurs nées de Marie et Joseph avant ...ou après sa propre naissance
OU
- que se soit ses demi-frères seulement du coté de Saint Joseph né avant ou après sa propre naissance

n'enlèvent rien au personnage du Christ, mais j'ai pointé du doigt par contre la non-concordance des versions suivant les 3 églises (catholique, orthodoxe et protestante)
car ceci sous-entend que ces textes ont été modifiés (peut-être lors de certains conciles) ou que la retranscription originale est plus qu'approximative.
Il s'agit de textes sacrés et non allégoriques ou symboliques comme on en trouve dans la bible, normalement leur réalisme ne devraient être remis en cause.
Dans l'épisode de la fratrie de il semblerait qu'il y ait une interprétation de l'Eglise pour cacher quelque chose qui en soit ne parait pas choquant...


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#6  5 Aug 2010 22:55:21

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: La Fratrie du Christ selon les Evangiles

Après cette enquête et afin d'avoir une position à la fois de vrai chercheur et d'homme d'église, je me suis rapproché du Père François Brune, grâce à la participation active de Jean Claude Carton, je vous livre son approche du sujet de la Fratrie de Jésus et m'en tiendrai pour ma part à cette explication:


citation : Père François Brune pour le forum:

http://edc.stardist.org/edc/part/brune_f/img/F_Brune_portrait_130.jpg

Concernant la fratrie du Christ et s'en tenant aux textes grecs, on sait qu'il avait des cousins. En outre le terme de 'frère' n'a pas le sens strict qu'on lui donne en français. Il signifie un lien de parenté général et même parfois de simple amitié comme en Afrique aujourd'hui. Dans la traduction grecque de l'Ancien Testament, le mot 'frère' est employé plus de 50 fois pour des cousins, des neveux, des oncles, des beaux-frères, etc...
Jésus est connu comme le fils de Joseph le charpentier et le fils de Marie. Jésus est le premier-né de cette famille appartenant à un milieu artisanal relativement aisé, liée à un clan de nazaréens qui attendent l'apparition d'un fils de David en son sein. Les évangiles mentionnent l'existence de 'frères et sœurs ' qui apparaissent pour montrer que Jésus n'a rien d'extraordinaire puisque sa famille est bien connue . Parmi eux, Jacques le Juste prendra une place prééminente dans la communauté de Jérusalem après la disparition de Jésus. La lecture traditionnelle catholique a été que ces frères et sœurs sont en fait des cousins, l'idée d'une fratrie de Jésus allant à l'encontre de l'idée de la virginité perpétuelle de Marie. Aujourd'hui la question des liens de parenté de Jésus avec ces  frères  et sœurs reste discutée, voire disputée. La plupart des spécialistes laïques, protestants et juifs considèrent avec des chercheurs catholiques que Jacques est un fils de Marie et de Joseph, tandis que nombre d'exégètes catholiques y voient un  cousin.

En savoir plus sur Le Père François Brune: Site Etoiles du coeur


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#7  5 Aug 2010 23:43:29

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: La Fratrie du Christ selon les Evangiles

L'Église catholique  considère que ces frères étaient en réalité des cousins, le mot frère étant en fait utilisé pour parler de relations plus éloignées ; les textes évangéliques se seraient conformés à cet usage, bien qu'ils soient écrits en grec, langue dans laquelle existe un mot pour « cousin » contrairement aux langues sémitiques, mais on retrouve ce même mot frère (αδελφος, adelphos) dans la Bible grecque, la Septante, pour désigner des cousins, des amis, des proches dans des contextes tout à fait différents quant au texte produit par une civilisation judéo-hellenistique, celle d'Alexandrie.

Source

Il reste un passage à éclaircir:

Les sages qui le connaissaient ont dit de lui : N'est-ce pas le fils du charpentier ? n'est-ce pas Marie qui est sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères ? et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous?(Mt 13. 54-56)

Dans ce dernier passage les sages de la patrie de Jésus ont dit que ses sœurs étaient parmi eux, et donc mariées à certains de ces sages. De plus il est évident que ces sages ont reconnu celui qui a grandi près de chez eux car ils en connaissaient la famille complète. Ceci rend les choses compliquées.

Les avis à ce sujet sont plusieurs, comme déjà mentionné. Partant du principe du judaïsme sur la question du mariage il serait vraisemblable - mais non évident - que Joseph a dû honorer sa femme Marie en lui donnant d'autres enfants. Ceci porte la discussion dans les diverses églises et confessions venant du christianisme dans des conflits.


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#8  10 Aug 2010 13:34:06

jean-luc
Modérateur
Lieu: CAMBRAI (Nord)
Date d'inscription: 16 Jul 2010
Messages: 326
Site web

Re: La Fratrie du Christ selon les Evangiles

Je vais me permettre de donner mon interprétation de cette situation de doute en prenant beaucoup de recul, en jouant un peu les candides.

Arriverons nous, un jour à enfin connaître la vérité? Je pense que cela dépendra de facteurs extérieurs. En effet, nous débattons comme d'autres l'on fait depuis des siècles, à partir d'informations qui, au fil du temps sont de moins en moins fiables. Ce manque de fiabilité est pour moi un problème purement humain au départ. Si Jésus était né en Égypte et issu de sang royal, il est fort probable que les grands moments de sa vie auraient été consignée sur papyrus, dans la pierre, sur les murs de sa tombe. L'histoire en a décidé autrement. Nos sources d'information les plus fiables ne sont pas contemporaines à Jésus; elles ont été "polluées" par des erreurs de retranscriptions, des omissions, des rajouts flatteurs peut être...
L'évangile le plus fiable à mon avis devrait âtre celui de Marie Madeleine mais celui en notre possession date du IIIème siècle, il a donc certainement déjà perdu de son objectivité. Là dessus vient se greffer l'aspect religieux. Les clivages en sont la meilleure explication. les catholiques, orthodoxes et protestants par exemple ont une vision, une interprétation différente de la Bible qui elle aussi a "évolué" au fil des siècles. Elle a été interprété dans le sens qui convenait aux hautes instances religieuses, certains évangiles ont été censurés, brûlés car ils ne répondaient pas aux préceptes des églises (pauvreté de Jésus qui ne correspondait pas à la richesse de" l'église par exemple), célibat de Jésus...
En résumé, nos pièces à conviction pour cette vaste investigation ne sont pas fiables, ce qui rend impossible la quête de la vérité.


La seule chance serait de retrouver des écrits réellement contemporain de Jésus, mais je pense que ce serait un bouleversement qui ferait une fois de plus couler le sang. Peut-on remettre en question une religion vieille de deux mille ans ?


Edit Carthoris / ... et je pense que ce renvoi dos à dos des diverses interprétations sera une excellente conclusion a ce sujet.

Dernière modification par Carthoris (10 Aug 2010 14:25:58)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire