Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  18 Jul 2011 10:34:52

Saint Just
Administrateur
Date d'inscription: 17 Jul 2010
Messages: 219

Politiques pris la main dans le sac

POLITIQUES PRIS LA MAIN DANS LE SAC

j'ouvre un sujet qui risque d'être souvent alimenté,
affaire de voir qui sont les plus plus voleurs avec l'argent public
qui est tenté de nous voler
pour qui il ne faut pas voter
le concours est lancé
: nondit

Jean-Marc Pastor, le questeur PS du Sénat a été épinglé par Mediapart pour des notes de frais douteuses.
| Montage Le Post |


Enfin ! Jean-Marc Pastor, que voilà un sénateur honnête, étourdi, certes, mais honnête.

C'est qu'ils n'ont pas une vie facile, les pauvres, rendez-vous compte !

Avec leurs horaires de travail frénétiques, leurs responsabilités si importantes qu'elles les empêchent de dormir, et puis, tous ces repas d'affaires, sans parler de leur bas niveau de rémunération qui leur donne un mal de chien à joindre les deux bouts en fin de mois, on comprend sans mal qu'entre volume de travail, stress et emploi du temps de folie, qu'ils finissent par s'embrouiller dans leurs papiers.

C'est ce qui est arrivé à Jean-Marc Pastor, le pauvre.

Déjà, pas de bol, il a confondu la caisse de son poste de questeur et son chéquier personnel. Rigolez pas, ça ne vous arrive jamais à vous de faire régler un déjeuner entre potes par votre boite par erreur ?? Allez, avouez.

Et donc Monsieur Pastor, notre sénateur, il s'est embrouillé entre les deux caisses, celle de son boulot, et celle de sa maison, et il a fait payer les deux notes de frais, du restaurant de sa fille, en plus, par sa boîte.

Ballot.

2.492 euros en tout de frais de bouche, c'est que ça mange un sénateur, figurez-vous.

Oh, ça va quand même, ce n'est pas non plus la note de frais du siècle !
Il aurait pu prendre des pâtes aux truffes.

Bon, là où il a merdouillé par contre notre ami Pastor, c'est que Mediapart, l'empêcheur de frauder en rond est passé par là, et l'a pris la main dans le pot de nutella (j'aime pas la confiture).

Ballot bis

Et l'autre, au lieu de faire ce que vous et moi aurions fait, à savoir, "oh pardon, désolée, j'avions confondu les deux chéquiers, excusez hein, pardon pardon, je vais réparer".

Lui non, il nie, s'énerve, donne des explications foireuses et menace même le journal de poursuites sous le nom de Larcher, le Président du Sénat himself.
Avec un faux communiqué de Larcher, en plus.

Ballot ter

Du coup, ce qui devait arriver arriva, Larcher demande une explication et convoque le ballot Pastor qui promet, mais un peu tard, qu'on ne l'y reprendra plus, et qu'il va rembourser, promis, juré, croix de bois croix de fer, si je mens, etc.

Le faux communiqué ? un brouillon avec lequel il s'est embrouillé, enfin un secrétaire quelconque qui l'a envoyé trop vite, le ou là en question va avoir chaud aux fesses, c'est sûr.
Même que son pote Didier Guillaume, Sénateur PS lui aussi, le soutient.

Tant de solidarité dans un métier, ça fait chaud au coeur.

Ce qui est dommage, c'est que ça tombe pile poil au moment même où les sénateurs viennent juste de se voter un cadeau de Noël un petit peu d'avance sur le calendrier, une belle prime exceptionnelle de 3.531,61 euros.


Quand on gagne déjà plus de 11 000 euros par mois pour un train de sénateur, faut avouer que ça la fiche un peu mal, surtout en ce moment qu'on se demande comment payer les merguez du barbecue de l'été.

Ballot quatro.

Et la cerise sur le gâteau, si on peut dire, c'est que pour arranger la réputation de Jean-marc, c'est que son rôle de questeur fait de lui le gestionnaire du budget de la Haute Assemblée.

Question réputation de gestionnaire, on peut dire qu'il s'est un peu tiré une balle dans le pied, le sénateur étourdi là.

Ballot jesaispluscombien

Voilà voilà.

Sinon ?
De quoi ? Pastor ? Démissionner ? Honneur ? éthique ? Morale ?

Ca va pas la tête ? Vous croyez que la marmotte plie le chocolat dans le papier d'alu avec les lutins du Père Noël ?

En fait, les ballots, ce serait pas nous plutôt ?

Article Le post.fr

Dernière modification par Saint Just (18 Jul 2011 10:35:15)


"Un peuple n'a qu'un ennemi dangereux : c'est son gouvernement." Louis Antoine de Saint Just

Hors ligne

 

#2  18 Jul 2011 16:22:49

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: Politiques pris la main dans le sac

http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Anges_et_d%E9mons/3d-ange-3.gif Qu'est-ce qu'elle est belle la vie! Non?


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#3  19 Jul 2011 08:17:54

Saint Just
Administrateur
Date d'inscription: 17 Jul 2010
Messages: 219

Re: Politiques pris la main dans le sac

Tout dépend de quel côté de la barrière tu te trouve, grosourire
tout dépend de l'effet que tu souhaite que le miroir renvoi,
11000 €/mois et le type se sucre encore la main dans le sac.


"Un peuple n'a qu'un ennemi dangereux : c'est son gouvernement." Louis Antoine de Saint Just

Hors ligne

 

#4  20 Jul 2011 04:29:01

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: Politiques pris la main dans le sac

St Just, j'ai trouvé ça: http://www.morbleu.com/wp-content/uploads/2008/04/98_guillotine_xxl.jpg

dans ma grange, ça peut encore servir, non?

Dernière modification par Max (20 Jul 2011 04:29:53)


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#5  20 Jul 2011 10:00:14

Saint Just
Administrateur
Date d'inscription: 17 Jul 2010
Messages: 219

Re: Politiques pris la main dans le sac

Qu'est-ce que ça c'est perfectionné quand même
De mon temps, il fallait s'y reprendre à plusieurs fois
pour que la tête tombe dans le panier
et pour aiguiser la lame nous faisions à la pierre à affûter
celle-ci c'est le dernier cri, la version "Chanel"
la tête chût dans un seau de parfum
et le méchant sent de suite meilleur.
D'ailleurs tout le monde se sent mieux après que sa tête soit tombée.


"Un peuple n'a qu'un ennemi dangereux : c'est son gouvernement." Louis Antoine de Saint Just

Hors ligne

 

#6  20 Jul 2011 13:42:30

non666
Disciple
Date d'inscription: 4 Nov 2010
Messages: 53

Re: Politiques pris la main dans le sac

Je suis moi aussi un adepte de la grande veuve...

Patience, mes frères, la campagne présidentielle sera bientot lancée, les candidats de chaque parti seront designés : ils ne pourrons plus faire machine arriere.
Et puis 2000 , 5000 , 10000€  : ce sont des voleurs de poules, eux.

Au pentagone il manque toujours 2 300 MIlliards de dollars,
La FED a perdu la trace de milliards de billets imprimés par ses soins et l'or des reserves federales disparait sous le WTC, a fort KNOX.....

Ils ont prevu l'apocalypse finaciere pour cette année , on dirait.
A force d'imprimer des billets de monopoly, il fallait bien purger le systeme.

Hors ligne

 

#7  26 Sep 2011 23:43:39

Meryl Burbank
Modérateur
Lieu: rêveland
Date d'inscription: 20 Feb 2011
Messages: 630

Re: Politiques pris la main dans le sac

LA REPUBLIQUE DES MALLETTES

De Pierre Péan



«Il était une fois les enveloppes, puis les valises ; il y a maintenant les virements sur des comptes offshore aux îles Caïmans
ou ailleurs, sans que pour autant s’arrête la circulation de mallettes bourrées d’espèces.»

Paris
De notre correspondante



Dans La République des mallettes. Enquête sur la principauté française de non-droit (éditions Fayard, septembre 2011), le journaliste et écrivain Pierre Péan, en enquêtant pendant plus d’un an, démonte un système dont l’existence repose sur le secret, un «territoire très spécifique du pouvoir qui se situe aux confins de la politique et des affaires» qui existe à l’intérieur de l’appareil d’Etat et dans lequel évoluent hommes d’affaires, dirigeants d’entreprises, hauts responsables politiques, intermédiaires.
Extraits.

«Les ressortissants de cette principauté de non-droit se méfient de plus en plus de Tracfin, la cellule française antiblanchiment rattachée au ministère des Finances, qui dispose des hommes et des outils adaptés à la traque des nouvelles formes de criminalité financière», indique Pierre Péan, qui revient sur des scandales politico-financiers impliquant, ces vingt dernières années, tant des hauts responsables de gauche que de droite qui ont défrayé la chronique.«Dans toutes ces affaires, un seul enjeu : constituer un ‘trésor de guerre’ en vue de la campagne présidentielle suivante. A chaque fois, il s’agit de tirer la manne des grands contrats civils ou militaires.»

(…) Les affaires «se déroulent dans un espace bien particulier, en marge du sommet de l’Etat français, mettant aux prises des hommes politiques du parti au pouvoir, des grands commis de l’Etat, des patrons de quelques fleurons industriels nationaux et des intermédiaires. Il arrive fréquemment que l’on fasse appel aux services d’un chef d’Etat africain ou arabe».
(…) «Outre l’Afrique, les Emirats, la Libye, l’Arabie Saoudite, la Russie, les nouvelles Républiques de l’ex-empire soviétique devenues des partenaires politiques et commerciaux de la France alimentent aussi aujourd’hui les ‘monnéoducs’ de la principauté.»

Chacune de ces affaires «a permis de suspecter l’existence de circuits d’argent occultes alimentés par des commissions ou rétrocommissions prélevées sur de grands contrats industriels. Mais aucune n’a pu révéler à quelles personnes ces dispositifs ont profité : le voile n’a été levé que sur un petit pan de cette réalité», explique Pierre Péan. Et aussi «la quasi-totalité des nombreux témoins que j’ai rencontrés n’ont accepté de parler qu’à la condition expresse que j’accepte la règle du ‘off’. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils avaient peur». (…) «La mise en circulation des carnets d’Yves Bertrand (patron des RG de 1992 à 2004) et du général Philippe Rondot (chargé de la coordination du renseignement au ministère de la Défense de 1997 à 2005) ainsi que les nombreux documents et témoignages ont fait de cette affaire (Clearstream, ndlr) une plaque sensible sur laquelle il est possible de mesurer le délitement moral d’un establishment qui trouve tout à fait normal qu’une partie des siens dispose de comptes bancaires hors de France.

Des masses de plus en plus élevées d’argent noir circulent en effet, provenant surtout de circuits dérivés des ventes d’armes et des largesses de chefs d’Etat africains. Un mot nouveau est même apparu pour désigner une pratique doublement illégale : la rétrocommission.»

De quoi s’agit-il ? «Les décisionnaires étrangers corrompus, qui ont accepté une commission pour attribuer un marché à un fournisseur français, reversent une partie de celle-ci au corrupteur. Charles Pasqua, qui ne pratique pas la langue de bois, parle de la ‘rétro’ comme d’un ‘secret de polichinelle de la classe politique française’. Les premiers faux listings d’Imad Lahoud étaient imprégnés de l’’affaire des frégates’ de Taïwan, ce contrat d’armement signé en 1991, affaire dans laquelle ont trempé des politiques tant de gauche que de droite.» «L’épilogue de l’affaire des ‘frégates  de Taïwan’ est intervenu le 9 juin 2011 par un jugement de la cour d’appel de Paris qui a condamné la société Thales et l’Etat français à verser à l’Etat taïwanais respectivement 170 millions et 460 millions d’euros, remboursant ainsi les Taïwanais du surcoût lié à ces commissions illicites.»

La plupart des affaires qui arrivent devant la justice trouvent leur origine dans des dénonciations et donc, à proprement parler, dans des instrumentalisations de la justice. Chaque affaire peut être lue comme une tentative de mettre à mal ou d’éliminer un concurrent. 
«Le financement occulte des partis, mais aussi de bien des hommes politiques, est une vieille histoire difficile à raconter pour de multiples raisons. D’abord, parce que la remise d’espèces ne laisse pas de traces et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle est utilisée de préférence au virement bancaire ou au chèque.» (…) «Le défunt Alfred Sirven a été, en tant que n°2 du groupe Elf, l’un des dignitaires de cette principauté, lui qui a arrosé tellement de monde, politiques de tous bords, hauts fonctionnaires, policiers, syndicalistes, cadres d’entreprise ! ‘Je les tiens tous. J’ai de quoi faire sauter vingt fois la République’, s’est-il exclamé un jour.» «Les espèces ont-elles cessé de circuler parmi la classe politique après 2000 ? Evidemment non !»

«L’affaire Bettencourt a montré que le flux des espèces ne s’était pas tari. Que ce soit du côté de Neuilly-sur-Seine ou du côté de Marseille (13,7 millions d’euros dans des comptes en Suisse et au Luxembourg liées à différentes sociétés contrôlées par Alexandre Guerini, le frère de Jean-Noël Guérini, patron de la fédération PS des Bouches-du-Rhône, ndlr).»
(…) «L’histoire de la corruption française met en lumière la schizophrénie des hommes politiques de notre pays. Sous la pression de l’opinion, ils font adopter des lois et promulguent des décrets de plus en plus contraignants pour encadrer le financement de la vie politique et rendre les pratiques occultes théoriquement impossibles ; dans le même temps, ils sont toujours convaincus de l’importance, pour chacun, de disposer du trésor de campagne le plus gros possible.

De ce fait, les hommes capables de les alimenter en fonds efficacement, discrètement et aux frontières de la légalité, sont de précieuses recrues, dont le rôle devient des plus cruciaux au sein de la République : ils mènent à bien ces missions financières, servent de coupe-feu et savent garder le secret.» «Au niveau national, les intermédiaires sont toujours en activité, au premier rang desquels Alexandre Djouhri et Ziad Takieddine (…). Les grands contrats, notamment ceux d’armement, génèrent encore et toujours commissions et rétrocommissions mais, échaudés, les acteurs prennent de plus en plus de précautions.»

Monsieur Alexandre (Ahmed) Djouhri

«En progressant à tâtons, j’ai été amené à suivre de près le parcours d’un certain Alexandre Djouhri : inconnu du grand public (…). Il est le fil rouge de mon enquête», précise l’auteur. Qui est Alexandre Djouhri qui, «en ses jeunes années, a été à l’école de la délinquance, et qui peut désormais faire et défaire des carrières ? D’où tient-il son réseau et son influence, qui le fait redouter de la plupart des patrons du CAC 40» ? Celui que l’auteur appelle Monsieur Alexandre est souvent convié aux réunions officielles.
«Le 2 mars 2010, il est présent au dîner de gala offert par le président de la République en l’honneur de Dimitri Medvedev, son homologue russe. Il y a emmené son ami Henri Proglio, patron d’EDF, qu’il presse pour que celui-ci s’entende avec le géant russe du nucléaire Rosatom contre Areva. Il est encore là quand Nicolas Sarkozy épingle la Légion d’honneur au revers de la veste de Sergueï Chemezov, directeur de l’agence Rosoboron Export chargée des ventes d’armes à l’exportation, ami de Poutine du temps où les deux fonctionnaires du KGB étaient en poste à Dresde.

Toutefois, le plus souvent, il rencontre Claude Guéant au bar du Bristol, voire à dîner au restaurant le Stresa, ou bien ailleurs : à Tripoli, par exemple. Son intimité avec le secrétaire général de l’Elysée est renforcée par la proximité dans les affaires, à Londres, entre Germain, le fils d’Alexandre, et Jean-Charles Charki, le gendre de Claude Guéant.»
«L’homme se croit si invulnérable qu’il peut impunément menacer un conseiller du président de la République sans être expulsé de la cour et s’afficher au vu et au su de tous avec son ami Dominique de Villepin, pourtant l’ennemi irréductible de Sarkozy, tout en continuant à bénéficier d’un soutien sans faille du patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), Bernard Squarcini, lequel n’hésite pas à se montrer en sa compagnie dans de nombreuses capitales.»

(…) «C’est François Casanova, ancien flic de la deuxième brigade territoriale, vieille connaissance d’Alexandre Djouhri quand celui-ci frayait dans le camp des voyous et rencontrait les policiers dans les commissariats, qui l’avait présenté à Bernard Squarcini, alors numéro deux des Renseignements généraux.» (…) «Cohen (Philippe Cohen, auteur avec Richard Malka et Riss d’une BD, la Face kärchée de Sarkozy, publiée en novembre 2006 par Vents d’Ouest Fayard, ndlr) me demanda de vérifier si Alexandre Djouhri avait bien effectué un voyage à Tripoli dans le but de convaincre le Guide, Mouammar El Gueddafi, d’’aider’ Nicolas Sarkozy – conformément à une tradition bien établie entre chefs d’Etat africains et candidats à l’Elysée – dans la perspective de la présidentielle (de 2007, ndlr). Ce que je fis auprès d’une source américaine qui me confirma le renseignement.»

(…) «Monsieur Alexandre a passé sa jeunesse à Sarcelles. Après l’adolescence, il a basculé dans l’univers interlope de la nuit parisienne où se mêlent aux petits et grands malfrats les fils de bonne famille. Il s’oriente ensuite à la fois vers le business et les milieux politiques. Monsieur Alexandre a fait bien du chemin dans l’entregent et les affaires. L’approche de la cinquantaine voit son sacre, très discret. Il semble parler d’égal à égal avec Claude Guéant, secrétaire général de l’Elysée puis ministre de l’Intérieur, et avec Bernard Squarcini, patron des services secrets intérieurs ; il intervient dans plusieurs grands choix en matière de politique industrielle nationale, notamment dans le secteur du nucléaire ; il semble avoir son mot à dire dans la nomination de certains hauts fonctionnaires et grands patrons…

Dans les annales de la République, son cas est exceptionnel, sinon unique. Son cas s’inscrit dans une époque – grosso modo, celle qui dure depuis le début des années 1990 – où, sous les effets conjugués de la mondialisation et de la conversion des élites françaises, de droite comme de gauche, au néolibéralisme, l’argent est plus que jamais devenu roi... Une grande partie de l’establishment qui, hier, servait l’Etat et avait, chevillé au corps, le sens du bien commun, a basculé et n’a plus qu’une idée en tête : se servir.»

«La puissance d’Alexandre Djouhri ne découlerait-elle pas de son rôle de ‘facilitateur’ du système ? L’homme ne contribue-t-il pas à rendre possible son fonctionnement ? Et, à force de rendre service et de connaître les secrets de la nomenklatura française, du statut de serviteur n’est-il pas passé à celui de grand baron de cette principauté de non-droit ?»



Nadjia Bouzeghrane




Source : El  Watan


Alia Petitscarabé :
- "Je saurai attendre...."

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire