Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#21  23 Aug 2011 21:15:50

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: L'Or Bleu

De la nécessité de mieux protéger les écosystèmes
Info rédaction, publiée le 23 août 2011

http://nsa28.casimages.com/img/2011/08/23/110823092100969063.jpg



Selon un rapport de l’ONU, pour assurer la sécurité alimentaire d’une population mondiale de neuf milliards d’habitants, attendue d’ici à 2050, il faudra deux fois plus d’eau qu’aujourd’hui si on ne s’oriente pas maintenant vers des écosystèmes sains et bien gérés.

La planète épuise progressivement ses ressources en eau. Là où se concentrent les zones de forte production agroalimentaire, comme les plaines du nord de la Chine, le Pendjab en Inde ou le Grand Ouest américain par exemple, les limites sont atteintes. Le réchauffement climatique se rajoute à cela et menace d’accentuer les problèmes de sécheresse et d’inondations. Ces deux catastrophes menacent, à elles seules, d'aboutir à une réduction de la production agricole de 15 à 30% d'ici à 2100.

Ainsi, selon un rapport de l’ONU, pour assurer la sécurité alimentaire de la population mondiale qui attendra bientôt neuf milliards d’habitants, les ressources en eau devront être deux fois supérieures à leur niveau actuel. "Actuellement, 1,6 milliard de personnes vivent dans des zones déjà en proie à une pénurie d'eau et on pourrait rapidement arriver à deux milliards si rien ne change", souligne ce rapport rédigé par l'agence onusienne pour l'Environnement (PNUE) en collaboration avec l'Institut international de gestion de l'Eau (IWMI) et publié lundi.

"Si l'on maintient les mêmes pratiques agricoles" et "les régimes alimentaires actuels", si "l'urbanisation croissante" se poursuit, "la quantité d'eau nécessaire à l'agriculture [ ... ] qui est de 7.130 kilomètres cubes aujourd'hui, augmentera de 70 à 90% pour nourrir neuf milliards de personnes d'ici à 2050", avertit le document paru à l'ouverture de la Semaine mondiale de l'Eau qui se tient à Stockholm.

Source et suite
Augmenter la productivité en préservant les ressources
Des arbres et une meilleure coordination

http://www.maxisciences.com/%E9cosyst%E … 16453.html


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#22  1 Sep 2011 05:56:57

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: L'Or Bleu

Ouverture de la Semaine mondiale de l'eau à Stockholm
lundi 22 août 2011


http://nsa27.casimages.com/img/2011/09/01/110901060304291238.jpg

Une "travailleuse du sel" transporte de l'eau potable en Inde
REUTERS/Amit Dave




Près d'1,6 milliards de personnes dans le monde vivent actuellement dans des zones en proie à une pénurie d'eau, selon un rapport publié par le Programme des nations unies pour l'environnement (Pnue) le 22 août 2011, en collaboration avec l'Institut international de gestion de l'eau.Ce chiffre pourrait rapidement atteindre les 2 milliards si rien ne change. C'est dans ce contexte que s'ouvrira mardi 23 août 2011 la Semaine mondiale de l'eau à Stockholm, avec pour objectif de proposer des solutions pour un meilleur approvisionnement en eau à la population mondiale, en particulier dans les villes.

L'accès à l'eau est un enjeu majeur des années à venir. Et, contrairement à ce que l'on pourrait penser en premier lieu, les zones urbaines sont également touchées par les pénuries. En 2011, 830 millions de personnes manquent ainsi de service basiques d'accès à l'eau et aux installations sanitaires.

Ce chiffre risque malheureusement d'augmenter car le nombre de personnes ayant des revenus limités augmente plus dans les villes que dans les campagnes -alors que 70 % du PIB mondial est pourtant généré dans les zones urbaines.

Modifier les comportements et adopter des "agroécosystèmes" ...

La raison en est que les infrastructures n'ont pas suivi et c'est à ce problème que doit répondre la Conférence internationale. Toutefois, il ne s'agit pas de limiter les stratégies aux villes pour éviter des tensions avec les zones rurales selon Anders Berntell, le directeur de l'Institut international de l'eau de Stockholm. Les problématiques d'accès à l'eau dans les zones rurales seront aussi évoquées après le rapport rendu public ce 22 août 2011 par le Pnue.

Selon ce rapport, il faudra deux fois plus d'eau qu'actuellement pour nourrir les 9 milliards d'humains en 2050 -sauf si on change de système en adoptant par exemple ce que le rapport nomme des "agroécosystèmes" qui veillent à augmenter les rendements agricoles tout en préservant les ressources en eau et les différents écosystèmes.

Source
http://www.rfi.fr/science/20110822-ouve … -stockholm


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#23  6 Sep 2011 22:23:07

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: L'Or Bleu

Enfin de l'eau pour les Bushmen du Botswana
6 septembre 2011


http://nsa28.casimages.com/img/2011/09/06/110906103019593419.jpg



Survival International a communiqué avec les Bushmen de la Réserve du Kalahari central qui célèbrent la réouverture du puits de Mothomelo fermé il y a neuf ans. Cet événement marque la première étape vers leur retour définitif sur leur territoire ancestral, conformément au verdict prononcé par un tribunal en 2006.

Malgré leur victoire dans le procès le plus long de l'histoire du pays, leur droit fondamental à l'eau n'a été reconnu qu'en janvier dernier par la Cour d'appel du Botswana. Aujourd'hui, avec le concours de l'ONG Vox United, le puits de Mothomelo a été réouvert et une pompe solaire a été installée.

Les Bushmen sont actuellement en train de retourner dans la région. C'est la première fois depuis 2002 – date à laquelle le gouvernement botswanais avait scellé le puits – qu'ils peuvent enfin disposer d'eau à profusion. Durant toutes ces années, n'ayant jamais été autorisés à réouvrir ce puits, ils s'abreuvaient de melons sauvages ou de dépressions naturelles dans le sable qui retiennent les rares eaux de pluie.

Survival est convaincue que les Bushmen ont été expulsés de leur territoire parce qu'on y a découvert de riches gisements de diamants. De Beers, l'une des plus grandes compagnies diamantaires au monde, a bénéficié d'une concession minière dans la communauté bushman de Gope au cœur de la Réserve du Kalahari pendant 25 ans. Suite à une campagne d'envergure menée par Survival, la compagnie a dû céder sa concession à Gem Diamonds en 2007.

Gem Diamonds exploite actuellement cette mine tout en contribuant aux projets de réinstallation et de forage de nouveaux puits. Elle a financé celui de Mothomelo, en partenariat avec Vox United. La compagnie s'était également engagée à subventionner le forage de trois nouveaux puits destinés aux Bushmen. Prévus pour la fin du mois d'août, ils ne sont pas encore opérationnels.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré à cette occasion : "Les Bushmen ont enfin obtenu l'accès à leur puits au bout de neuf années durant lesquelles ils ont cruellement souffert du manque d'eau. Mais il est maintenant urgent que les autres communautés de la Réserve puissent également en bénéficier".

Source
http://www.notre-planete.info/actualite … tswana.php


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#24  7 Sep 2011 23:11:44

Organik
Modérateur
Lieu: suisse
Date d'inscription: 14 Oct 2010
Messages: 260

Re: L'Or Bleu

La guerre de l'eau - les maîtres de l'eau

Un tour du monde des problématiques autour de l’eau. L’avenir de l’humanité dépend de cette richesse naturelle. L’homme a toujours cherché à contrôler l’eau en fonction de ses besoins, mais cette ressource demeure inégalement répartie. Les conflits à venir semblent inévitables. Cette série présente les différents enjeux de cette guerre de l’eau, les difficultés historiques rencontrées par de nombreux pays, les intérêts des uns aux dépens des autres et les solutions proposées pour vivre en symbiose avec l’environnement.
Partie 1:


Hors ligne

 

#25  13 Sep 2011 22:46:32

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: L'Or Bleu

Consommation durable : les Français agissent pour préserver l'eau
Publié le 13 septembre 2011 par Bioaddict


http://nsa28.casimages.com/img/2011/09/13/110913105327251283.jpg



Des économies d'eau de plus en plus liées aux préoccupations environnementales donnez votre avis 10 10 personnes aiment cet article

Selon une étude du CREDOC parue en août, deux personnes sur trois cherchent aujourd'hui à économiser l'eau du robinet contre 52 % en 1995. S'il y a quinze ans, la motivation était surtout financière, le désir de préserver cette ressource naturelle prédomine aujourd'hui.
La vigilance vis-à-vis de l'eau fait désormais figure de norme sociale, tant elle s'est imposée dans l'ensemble de la société. Ainsi, selon cette étude du CREDOC sur la consommation et les modes de vies, 66 % des Français font aujourd'hui attention à fermer le robinet pour éviter le gaspillage inutile ; ils n'étaient qu'une courte majorité il y a quinze ans.

La prise de conscience touche aussi les jeunes : 57 % des 18-25 ans déclarent volontairement chercher à économiser l'eau; la proportion reste en deçà de la moyenne (66 %) mais elle progresse nettement par rapport à 1995 (+22 points).

Surtout, les raisons conduisant à limiter la consommation d'eau ont sensiblement évolué. En 1995, les conduites économes étaient principalement motivées par le souhait d'alléger la facture. Aujourd'hui, et malgré la crise économique, les considérations budgétaires passent au second plan : c'est le désir de préserver une ressource naturelle qui prime.

Dans l'intervalle, les volumes d'eau prélevés en France pour les particuliers ont baissé de 3 % (de 5 985 millions de m3 en 1995 à 5 775 millions en 2007) alors que le nombre d'habitants a progressé de 7 %.

De nombreux autres facteurs que l'attitude des ménages concourent à cette réduction (électroménager plus économe, mise en place de compteurs d'eau individuels...). Mais une analyse plus poussée montre que la sensibilité écologique est le facteur qui explique le mieux l'attention portée aux économies d'eau, avant le niveau de revenu, la catégorie professionnelle ou l'âge des enquêtés.

Une étude qui prouve que les Français se sentent de plus en plus concernés par le développement durable et la protection de l'environnement... et qui prouve qu'ils sont de plus en plus nombreux à appliquer leurs convictions au quotidien.

Mathilde Emery

Source
http://www.paperblog.fr/4848937/consomm … ver-l-eau/


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#26  14 Sep 2011 11:56:47

Apollo
Missionnaire
Lieu: Dordogne
Date d'inscription: 12 Jan 2011
Messages: 198

Re: L'Or Bleu

1,5 milliard d’euros de plomberie


Le député le plus impliqué dans les affaires d’approvisionnement en eau, André Flajolet (UMP, Pas-de-Calais), voudrait faire payer les usagers et les collectivités locales pour remettre en état le réseau d’eau potable français. Ses défauts d’entretien laissent s’échapper dans la nature près de 22% d’eau. Le chantier est évalué à 1,5 milliard d’euros.

Pour le financer, le parlementaire, rapporteur de la Loi sur l’eau de 2006 et président du Comité national de l’eau, privilégie l’émission de prêts à taux zéro via la Caisse des dépôts et consignation. Avec un remboursement à la charge des collectivités territoriales et des usagers, puisqu’une part de ce coût serait répercutée sur le prix au mètre cube. « 0,2 à 0,7 centime par mètre cube » nous précise André Flajolet. Mais rien à la charge de Veolia, Suez ou de la Saur.

Le 6 juillet dernier, André Flajolet avait marqué les esprits en avançant ce prix de 1,5 milliard d’euros pour la rénovation des tuyaux, lors d’un point presse organisé par le syndicat professionnel Canalisateurs de France. Or, l’entretien et le renouvellement des canalisations, les usagers français l’ont déjà payé, même plusieurs fois.
Entre 3 et 10 milliards d’euros de « négligences »

Jusqu’à la loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006, les opérateurs incluaient sur la facture une ligne dédiée à ce poste : les « provisions pour renouvellement », des sommes retenues pour être employées à la rénovation des réseaux. Seulement voilà : les sommes auraient elles-mêmes fuité. Comme le révélait une enquête de Jean-Luc Touly et Roger Langlet parue en 2003, 3 à 10 milliards d’euros de ces « provisions » ont ainsi rejoint en Irlande un véhicule financier commun aux deux géants du secteur (Suez, ex Lyonnaise, et Veolia, ex Générale des eaux) où ils ont fructifié à de bons taux.

Une pratique rendue illégale par la loi de 2006, dont André Flajolet était rapporteur. Mais qui est pour bonne partie à l’origine des problèmes de canalisations aujourd’hui pointés par lui. Le député du Pas-de-Calais se défend cependant de vouloir exonérer les deux majors de leurs responsabilités :

Les contrats de délégation qui ont été signés avant 2006 ont donné lieu à des dérives or, à ce moment là, la loi n’avait pas de caractère contraignant. Mais, pour moi, s’il y a deux signatures en bas d’un contrat, les deux parties sont également responsables, en l’occurrence, les entreprises comme les délégataires (collectivités territoriales délégant le service public de l’eau, NdR). Il ne s’agit pas de passer l’éponge !

Sauf que, curieusement, les géants de l’eau courante ont retenu leurs applaudissements à l’idée de ce plan. Directeur général adjoint de Veolia Eau, Marc Reneaume s’est vite défendu du « catastrophisme » des canalisateurs, assurant la qualité des installations. Une position qu’explique sans mal Gabriel Amard, élu de Viry-Châtillon, dont il a fait ramener la fourniture d’eau en régie publique :

S’il y a autant de fuites, c’est parce que les délégataires n’ont pas fait leur travail ! Sur la communauté d’agglomération de Lens-Liévain, le taux de renouvellement déclaré par le délégataire, Veolia, est de 0,14% par an… Il faudra 700 ans pour renouveler le réseau intégralement ! Les tuyaux ont une espérance de vie de 100 ans, la moindre des choses serait de garantir 1% de renouvellement par an.

De la buée sur les compteurs

Soulevé par Canalisateurs de France, cet océan d’eau fuitée est en fait une aubaine économique pour les délégataires : chargés de l’acheminement de l’eau, la plupart sont également propriétaires des centres de « potabilisation » où l’eau profonde (des nappes phréatiques) ou superficielle (des cours d’eau) est filtrée et rendue consommable. Chaque goutte « potabilisée » est dûment facturée au consommateur au moment où elle entre dans le tuyau, qu’elle arrive au robinet… ou pas. Un supplément inodore et incolore car il est directement intégré dans le prix au mètre cube.

L’estimation du syndicat des poseurs de tuyau est quant à elle juste… mais pas très précise. La faute, selon Emmanuel Poilane, directeur de la Fondation France Libertés, aux statistiques très incomplètes fournies par les agglomérations et les opérateurs :

La fourchette des fuites et des investissements nécessaires est bonne… mais nous ne savons pas où il faut remplacer les tuyaux ! L’Observatoire national de l’eau, censé compiler les informations sur les prix, l’état des réseaux, etc. n’est pas rempli par les acteurs du secteur !

Un épisode de plus dans la bataille qui oppose les canalisateurs et les grands opérateurs de l’eau mais qui tombe mal pour ces derniers. Entre 2012 et 2013, la majorité des délégations de service public seront renouvelées, notamment dans de grandes villes de France (Bordeaux, Marseille, Montpellier, Nice). Deux années stratégiques qui pourraient voir des contrats à 8 zéros s’achever à cause d’une simple fuite.

Source:

http://owni.fr/2011/09/14/suez-plombier … s-facture/

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire