Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  26 Jun 2011 11:47:48

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

De bonnes raisons de faire la révolution

JE PENSE DONC JE SUIS

Extrait de la Bible du clairvoyant Syti.net, je pose ce texte qui a le mérite de faire un rapide bilan du quotidien, et prendre conscience que nous sommes dans un régime totalitariste dicté par l'UE. Il ne faut plus parler de multinationales qui la composent car elles en sont à fusionner en transnationales concentrant un pouvoir déjà perdu par le peuple, dans l'élite des esclavagistes et servi des politiques corrompus et par les banques privées faisant partie intégrante du système.
Pour ceux qui n'aiment pas les prédicateurs, Jefferson avait déjà prédit le monde d'aujourd'hui qui prend forme chaque jour dessinant les noirs desseins de nos enfants.

"Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleuriront autour des banques priveront les gens de toute possession, d'abord par l'inflation, ensuite par la récession, jusqu'au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquis"

Thomas Jefferson : 1802 - Letter to the Secretary of the Treasury Albert Gallatin.

De fauses oppositions droites gauches servent leurs intérêts, et tout est pipé jusqu'au fausses prises de becs d'émission comme les "Grandes Gueules", où gauchos-libéraux font semblant quotidiennement de se disputer un bout de gras qui est depuis longtemps dans leurs assiètes si ils sont à l'antenne.
Les jeunes ne saurons pas comment c'était avant, mais nous sommes la génération qui voit le changement tout est fait pour ne pas le percevoir, pour l'imposer comme inéluctable, mais il s'inscrit dans l'histoire sous nos yeux. Mais le pouvoir est dans les mains de chacun, dans ses actes au quotidien pour éviter l'achat en grande surface, pour privilégier la note perdue "made in France" avant que d'entamer celle de blues, l'acte de rebellion est quotidien pour claquer le bec aux pro-europe et renier ce système, pour replacer l'homme au centre, la justice équitable  pour le citoyen et repressive pour le salopard. Car quel avenir si on laisse en vie le tueur de gosses, en liberté le violeur de femmes, en sursis celui qui vous dépouille ou vous plante, en liberté d'expression le pornographe, en immunité celui qui a le pouvoir... quel avenir dans un monde où l'on saccage le patrimoine pour le vendre à des investisseurs privés ou l'on met de la ferraille en exergue à Versailles en se demandant où l'on va accrocher le tableau du Roi Soleil. Qui sait ! la grèce en perte d'identité emprise par des chinoiseries nous montrera peut-être le chemin, à moins que l'Irlande soit le guide, dans l'histoire il a souvent suffit d'un homme, alors une nation... tout est possible pour qui a foi et courage.

Flash non détécté


Je viens de regarder la définition de Révolution avant de citer le texte de Syti.net, "révolution" vient étymologiquement du latin revolvere : « retourner en arrière »... ça tombe bien c'est ma vision de l'avenir, comprenne qui pourra.

http://carthoris.free.fr/Images/Revolution%2001.jpg


10 BONNES RAISONS DE FAIRE A NOUVEAU LA REVOLUTION
Texte de Sylvain Timsit sur  Syti.net

Les causes de la Révolution de 1789 sont à nouveau réunies: injustices criantes et accaparement du pouvoir par une caste de privilégiés. Voici donc 10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution...

1 - La hausse des prix de 40% - La misère en travaillant
A l'occasion du passage à l'Euro, les prix des produits de base ont augmenté de 40%, au bénéfice des entreprises de la grande distribution. Mais officiellement, l'inflation pendant cette période n'a été que de 2%. Alors que les prix augmentent, les salaires réels (après impôts, taxes et cotisations diverses, loyer, eau etélectricité) n'ont pas augmenté depuis 20 ans, et les salariés ne bénéficient jamais des fruits de la croissance, malgré les fantastiques bénéfices réalisées par les entreprises. Aujourd'hui, le salaire d'une majorité de salariés est à peine suffisant pour assurer la survie quotidienne.Autrefois, les seuls pauvres étaient des chômeurs. Avec le "nouvel ordre économique", il est devenu normal d'être pauvre en travaillant. Dans le même temps, les multinationales affichent des profits records qui bénéficient pour l'essentiel aux actionaires, rarement à l'investissement, et jamais aux salariés.


2 Deux poids et deux mesures pour les salariés et les dirigeants d'entreprises
http://carthoris.free.fr/Images/Revolution%2002.jpgL'écart entre les salaires est devenu astronomique. Par ailleurs, lorsqu'un salarié commet la moindre faute, il est licencié sans pitié. Le plus souvent, il est même licencié sans avoir commis de faute. Dans le même temps, les dirigeants qui ont ruiné leur entreprise conservent leur poste en bénéficiant même d'une augmentation de salaire (comme Serge Tchuruk à Alcatel), ou bien ils reçoivent des millions d'euros d'indemnités de départ (comme Michel Bon à France Telecom, ou Jean-Marie Messier à Vivendi Universal, parti avec 20 millions d'euros, soit 27.600 fois les indemnités de chômage du salarié de base). En 2002, le salaire moyen des PDG des grandes entreprises françaises était de 2.070.000 euros par an. Pour gagner la même somme, un salarié de base devrait travailler pendant 172 ans


3 - Deux poids et deux mesures pour la justice
http://carthoris.free.fr/Images/Manifestation%2002.gif Selon la constitution et la déclaration des droits de l'homme de 1789, la justice est la même pour tous. Laréalité est devenue bien différente. Alors qu'on accorde toujours plus de liberté aux entreprises, le citoyen ordinaire est soumis à une répression policière de plus en plus oppressante, et à des réglementations de plus en plus contraignantes. A la moindre faute de sa part, les sanctions sont impitoyables. Récemment, un automobiliste a été condamné à 2 ans de prison ferme pour un excès de vitesse qui n'a pas causé d'accident. Une mère de famille peut être condamnée à 4 mois de prison ferme si ses enfants ne sont pas allés à l'école. Et José Bové a été condamné à 18 mois de prison ferme pour avoir arraché des plants de maïs transgéniques dans un champs. Dans le même temps, et dans des affaires qui ont causé des préjudices beaucoup plus graves, les élites politiques et économiques bénéficient d'une impunité systématique. Ainsi, Jean-Claude Trichet (ancien président de la Banque de France et membre du Groupe de Bilderberg) a été "totalement blanchi" à propos des malversations financières du Crédit Lyonnais. De même, Roland Dumas a échappé à une condamnation dans l'affaire d'Elf-Aquitaine, des frégates de Taiwan et de leurs commissions occultes. Et dans l'affaire du "sang contaminé", le ministre de la santé Edmond Hervé a été condamné à quelques mois de prison ferme, mais a été "dispensé de peine" par le tribunal. Etc, etc...


4 - Le décalage entre les impôts élevés et l'inefficience croissante des services de l'état
Malgré la médiocrité des services publics, les impôts demeurent à des niveaux très élevés. En additionnant l'impôt sur le revenu, les impôts locaux, l'impôt foncier, la TVA et les taxes sur l'essence, les prélèvements de l'état représentent plus de la moitié du revenu d'un salarié moyen. Dans le même temps, la qualité de l'éducation se dégrade faute de professeurs en nombre suffisant, faute de locaux adaptés, et faute d'un matériel pédagogique moderne (ordinateurs, magnétoscopes, etc.). Pire encore est le délabrement des services de santé. Dans les hôpitaux, il devient habituel que des blessés attendent pendant 24 heures sur un brancard dans les couloirs, faute de chambres et de personnel médical. Les opérations sont réalisées "à la chaîne" et les erreurs médicales se multiplient. A cause du manque d'hygiène dans les hôpitaux, les malades ont 1 chance sur 4 d'être contaminés par des maladies nosocomiales mortelles ou fortement invalidantes, causées par des bactéries devenues résistantes aux antibiotiques et qui abondent en milieu hospitalier (à cause de l'emploi abusif des antibiotiques par les médecins).


5 - Le sabotage organisé des services publics pour justifier leur privatisation
Les gouvernements organisent le sabotage des services publics dont l'inefficience est ensuite utilisée comme prétexte pour justifier leur privatisation. Voici ce que l'on peut lire à propos de l'éducation publique dans un document de l'OCDE, l'organisation des Maîtres du Monde qui est également à l'origine de l'AMI: "Si l'on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d'élèves ou d'étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d'inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l'enseignement. Cela se fait au coup par coup, dans une école et non dans un établissement voisin, de telle sorte qu'on évite un mécontentement général de la population." (extrait du "Cahier de politique économique" n°13 de l'OCDE)


6 -  La corruption à tous les niveaux de l'Etat
Le décalage entre les impôts élevés et la médiocrité des services de l'état est causé principalement par la corruption, présente à tous les niveaux de l'administration: commune, département, région, état. Une autre cause de ce décalage est le train de vie somptuaire des ministres et des hauts fonctionnaires: luxueux appartements et voitures de fonction, déplacements en avion et en hélicoptère, voyages à l'étranger, nombreuses escortes de motards, gardes républicains mobilisés pour un protocole pompeux, repas avec les mets les plus raffinés, cocktails et réceptions dont le coût atteint couramment 100.000 euros pour une soirée... Tout ceci est une autre façon de détourner l'argent du contribuable. 


7 - Les subventions abusives distribuées par l'Etat aux entreprises Si l'état manque d'argent pour l'éducation, la santé ou les retraites, c'est aussi à cause des subventions abusives versées à des grandes entreprises, sous prétexte qu'elles vont créer des emplois, et quelquefois sans prétexte du tout. Puis une fois les subventions empochées, l'entreprise délocalise ses usines dans un pays où la main d'oeuvre est encore moins chère, ou la fiscalité plus avantageuse.


8 - La tromperie des "35 heures"
En 1998, le gouvernement de Lionel Jospin présentait sa grande mesure sociale: le passage aux 35 heures de travail hebdomadaire (au lieu de 39 auparavant), en échange d'une baisse des salaires, de l'instauration de la "flexibilité" (une mesure que les entreprises réclamaient depuis 20 ans), et d'une baisse des cotisations sociales des entreprises. Le résultat est aujourd'hui un déficit de 12 milliards d'euros de la Sécurité Sociale. Un déficit qui devra être payé par les salariés (si les cotisations augmentent), ou bien par les contribuables (si l'état prend en charge le déficit), ou encore par la population dans son ensemble (si les remboursement de soins diminuent). Autrement dit, le gouvernement Jospin a fait un "cadeau" aux salariés, tout en leur demandant de payer pour ce cadeau. En fait, les salariés ont même payé un prix supérieur à la valeur du cadeau. Pour éviter que les salariés s'aperçoivent de la supercherie, le MEDEF (le syndicat des entreprises) a pris soin de protester vigoureusement contre les 35 heures.


9 - Les accords multilatéraux négociés dans le dos des citoyens et qui vident la démocratie de son contenuDepuis 10 ans, le pouvoir réel a été transféré progressivement et discrètement vers des organisations non-élues (OMC, OCDE, Commission Européenne) qui sont entièrement au service d'intérêts particuliers (intérêts des entreprises multinationales) au lieu de l'intérêt général. Les accords multilatéraux (AMI, AGCS) élaborés dans le secret et l'opacité par ces mêmes organisations ont vidé la démocratie de son contenu. Ces accords réduisent en effet considérablement le pouvoir et le droit des états à jouer leur rôle de régulation dans le domaine économique, social, et environnemental.


10 - Le saccage de l'environnement par les entreprises, en toute impunité.
Par la pollution, le CO2, la déforestation, la destruction des paysages sauvages et de la biodiversité, les "prédateurs" saccagent la nature en toute impunité. L'homme et l'environnement sont sacrifiés aux intérêts économiques des multinationales, et un avenir bien sombre se dessine pour les générations futures. Le point de non-retour écologique est sur le point d'être franchi. Pour les citoyens de cette planète, c'est maintenant qu'il faut agir.


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#2  26 Jun 2011 13:11:47

Meryl Burbank
Modérateur
Lieu: rêveland
Date d'inscription: 20 Feb 2011
Messages: 630

Re: De bonnes raisons de faire la révolution

D'accord sur toute la ligne.
Je rajouterai au sujet de la justice et de l'éducation nationale une petite expérience personnelle.
J'ai reçu une lettre du rectorat fin février me disant qu'ils allaient m'enlever ma fille parce qu'elle avait manqué 72 demies journées d'école entre janvier et février.
Celle-ci s'est décidée à bosser et en trois mois, elle passe en 1ère S, elle aurait pu avoir les encouragements si elle n'avait pas eu 3 de moyenne en anglais (elle est dyslexique).
Elle a fait la même chose en 3ième.
C'est quoi cette Education nationale ou un élève n'a besoin que d'un tiers des cours pour pouvoir passer en classe supérieure ?



PS : C'est qui les auteurs du morceau de musique ? Je l'ai déjà entendu sur une radio libre (radio bip) mais ils ne disent pas toujours les auteurs des morceaux qu'ils passent.

Dernière modification par Meryl Burbank (26 Jun 2011 14:11:51)


Alia Petitscarabé :
- "Je saurai attendre...."

Hors ligne

 

#3  26 Jun 2011 23:35:46

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: De bonnes raisons de faire la révolution

Salut Meryl,

Je n'ai pas compris pour ta fille, elle n'a fait acte de présence qu'un tiers de l'année scolaire et elle a été admise en 1ere ? C'est ce qui te choque ou c'est le courrier reçu ? Quelle sont les raisons de ses absences ? Et qu'en pense t'elle ? Pour ma part honnêtement j'ignorais que l'on pouvais être absent aussi longtemps (la raison fut-elle médicale ou autre) sans devoir recommencer son année. Normalement ce ne doit pas être que les notes sur une période donnée qui doivent octroyer l'admission en classe supérieure, mais aussi la connaissance de l'intégralité du programme de l'année qui doit être assimilé... il me semble. Mais bon j'ai un peu de mal à comprendre le système éducatif. L'un de mes gamins change de classe et de professeur chaque semaine, ils changent régulièrement de voisin de table, font des spectacles de fin d'année un coup sur la musique, l'année d'après sur l'expression corporelle et cette année c'est... la danse. A mon époque bêtement c'était la période du Moyen âge... je crois qu'à les voir j'y suis resté un peu.

PS: Pour le titre c'est Démocratie de Goldofaf


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#4  27 Jun 2011 00:12:14

Meryl Burbank
Modérateur
Lieu: rêveland
Date d'inscription: 20 Feb 2011
Messages: 630

Re: De bonnes raisons de faire la révolution

En fait, elle a fait sauter des cours dés le début, dés le mois de septembre. Mais elle se débrouillait pour aller à quelques intéros, ce qui fait qu'elle a eu des notes toutes l'année. Elle disait avoir mal au ventre, et c'est vrai, je l'ai vu vomir. Par contre, je suis persuadé que sa maladie était dû au lycée, qu'elle y était malheureuse.
Elle a mis le paquet (dans le sautage de cours)en janvier et février. Et c'est pour cela que l'on a reçu un courrier du rectorat.

Ce qui me choque, c'est qu'enlever un enfant à ses parents pour soi-disant le bien de l'enfant ? Oui ça me choque.

et ce qui me choque aussi c'est qu'elle a réussi en ne travaillant que trois mois à passer en première, mais pas de justesse, avec un 17 de moyenne en math, environ 14 en physique .... Je sais pas ce qui se passe mais à mon époque un gamin qui ne faisait rien pendant six mois, ne réussissait pas à passer haut la main en 1ere. Le niveau a vraiment baissé.


Alia Petitscarabé :
- "Je saurai attendre...."

Hors ligne

 

#5  27 Jun 2011 09:56:30

Saint Just
Administrateur
Date d'inscription: 17 Jul 2010
Messages: 219

Re: De bonnes raisons de faire la révolution

Article 35.
"Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs".

Première Déclaration des Droits de l'homme et du Citoyen * constitution de l'AN I


"Un peuple n'a qu'un ennemi dangereux : c'est son gouvernement." Louis Antoine de Saint Just

Hors ligne

 

#6  27 Jun 2011 13:45:34

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: De bonnes raisons de faire la révolution

Ce qui me choque, c'est qu'enlever un enfant à ses parents pour soi-disant le bien de l'enfant ? Oui ça me choque.

ah oui c'était donc bien ce que j'avais compris en première lecture, c'était tellement gros que j'étais persuadé que tu voulais dire, "enlever de ce lycée", qu'ils te priaient de l'enlever de cet établissement pour la mettre ailleurs.
Assez stupéfiant et révoltant à lire je suis bien d'accord ! Même si l'absence d'un si grand nombre d'heures est moins excusable.

D'accord pour le reste de ta réflexion sur le niveau, c'est la culture de la médiocrité, le nivellement par le bas, le souci de faire passer tout le monde. Education rime alors plus avec "élevage" qu'avec "instruction".

Je ne suis pas persuadé que tous les profs soient en cause, je pense que beaucoup doivent être désabusés d'un système qui les broient, par la la réduction d'enseignants, par le fait que leur affectation ne leur permet pas de se rapprocher de chez eux, par l'imposition de programmes scolaires réformés etc etc...
En exemple avec le primaire car tout commence là... Sarko a donné le ton en faisant fermer de matière systématique et progressive, les petites écoles de villages, les petits collèges. Toujours le même mode opératoire, ils enlèvent une classe ou deux, puis prétendent 2 ans après que l'école n'est plus rentable, ce qui est normal puisqu'il l'on amputé d'une partie des effectifs et donc de ses rentrées financières. Alors on ferme la petite école de village ou de proximité, parquent les scolarisés dans de grandes structures déshumanisées en béton et métal, des environnement sans âme où ils se retrouvent mélangés à des gosses qui n'ont rien à foutre dans une école parce qu'ils y rentrent déjà descolarisés et souvent avec des parents peu soucieux de savoir ce qu'ils vont foutre à l'école, rappelons qu'elle est obligatoire. Bref à 30 ou 40 classes, 1000 ou 2000 élèves par école, comment peut-on croire une minute que c'est pour le bien et l'avenir des enfants. Comment peut-on croire une minute à un soutien pour avancer ou à une quelconque motivation vocationelle des instituteurs ou professeurs.
Ils gravitent dans le monde qu'on met à leur disposition profs autant qu'élèves. Les salauds qui nous gouvernent ont très bien compris que l'avenir de la France c'est l'enfance d'aujourd'hui et tout sera fait pour faire de cette masse des moutons obéissants en les empêcant de réfléchir par eux même.


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#7  27 Jun 2011 15:38:24

ressac
Modérateur
Date d'inscription: 20 Jun 2010
Messages: 596

Re: De bonnes raisons de faire la révolution

Meryl Burbank a écrit:

En fait, elle a fait sauter des cours dés le début, dés le mois de septembre. Mais elle se débrouillait pour aller à quelques intéros, ce qui fait qu'elle a eu des notes toutes l'année. Elle disait avoir mal au ventre, et c'est vrai, je l'ai vu vomir. Par contre, je suis persuadé que sa maladie était dû au lycée, qu'elle y était malheureuse.
Elle a mis le paquet (dans le sautage de cours)en janvier et février. Et c'est pour cela que l'on a reçu un courrier du rectorat.

Ce qui me choque, c'est qu'enlever un enfant à ses parents pour soi-disant le bien de l'enfant ? Oui ça me choque.

et ce qui me choque aussi c'est qu'elle a réussi en ne travaillant que trois mois à passer en première, mais pas de justesse, avec un 17 de moyenne en math, environ 14 en physique .... Je sais pas ce qui se passe mais à mon époque un gamin qui ne faisait rien pendant six mois, ne réussissait pas à passer haut la main en 1ere. Le niveau a vraiment baissé.

Bah mince alors, si j'avais su j'aurais séché les cours moi aussi! rire

Cette mesure est très excessive en effet. On ne déplace les enfants des gens comme on déplace du bétail. Il leur faudrait effectuer une enquête au préalable pour déterminer la ou les raisons de ces absences. Le rectorat n'en a pas fait mention dans leur courrier?

Lire la Déclaration des Droits de l'Homme, oui c'est pas une mauvaise idée, merci Saint Just gene

Hors ligne

 

#8  27 Jun 2011 18:00:45

Saint Just
Administrateur
Date d'inscription: 17 Jul 2010
Messages: 219

Re: De bonnes raisons de faire la révolution

Ressac grosourire

ceci s'appliquait au texte de carthoris


"Un peuple n'a qu'un ennemi dangereux : c'est son gouvernement." Louis Antoine de Saint Just

Hors ligne

 

#9  27 Jun 2011 18:36:39

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: De bonnes raisons de faire la révolution

Hum… Marrant le petit // entre le zapping de JP. Pernaut et l'histoire de Meryl:

Jeudi, le journal de 13 Heures de TF1 diffusait un reportage consacré au contrat de responsabilité parental mis en place dans les Alpes Maritimes pour lutter contre les absences scolaires. Parmi les personnes interrogées, une femme présentée comme une mère de famille s'exprimait sur ce dispositif inédit.

Or, il s'agissait en fait de l'attachée de presse du Conseil Général de la région qui, de surcroît, n'a pas d'enfant. « J'ai un enfant qui ne va plus à l'école, qui commence à sécher. Je suis un peu inquiète, l'éducation m'a alertée », expliquait-elle pourtant dans le reportage. La supercherie dénoncée par nos confrères de France Info, l'attachée de presse a démissionné de ses fonctions tandis que TF1 a nié toute responsabilité, rejetant la faute sur l'agence de presse auteur du reportage, une filiale appartenant au journal Nice Matin.

Aujourd'hui, Jean-Pierre Pernaut est revenu sur cet incident et a présenté ses excuses. « Nous sommes sincèrement désolés de ce manquement inadmissible au sérieux, à l'éthique et à la déontologie de l'information. C'est la première fois dans l'histoire de nos journaux. Nous ne pouvions ici ni déceler, ni imaginer pareille faute, malgré les procédures de contrôle mises en place pour les 15.000 reportages que nous diffusons chaque année. Néanmoins nous vous prions d'accepter nos excuses », a-t-il expliqué.

« Dans ce reportage, les infos étaient exactes et vérifiées (...) En revanche, un témoin présenté pendant quelques secondes comme une mère de famille était en fait une attachée de presse sans enfant du conseil général (...) Dès que l'on a eu connaissance, ici à TF1, de ce faux témoignage réalisé à la demande des journalistes de la société NMTV, qui assure la correspondance de TF1 dans la région, on a demandé au groupe de presse d'en tirer les conséquences auprès de ses deux collaborateurs afin de retrouver la confiance dans ce partenariat qui existe depuis 20 ans », a précisé Jean-Pierre Pernaut.

SOURCE

Infos, désinfos, infos…


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#10  27 Jun 2011 20:01:09

ressac
Modérateur
Date d'inscription: 20 Jun 2010
Messages: 596

Re: De bonnes raisons de faire la révolution

Intéressant, merci sourire

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire