Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  18 Feb 2011 17:45:08

Pégase
Modérateur
Date d'inscription: 15 Feb 2011
Messages: 130

Kabbale et Guématrie

KABBALE ET GUEMATRIE
Article de "DANIEL POINAS"  pour la presse © 2011

Tout le monde connaît la Kabbale. On sait aussi la place qu’y occupe la Guématrie, autrement dit l’attribution d’une (ou plusieurs) valeur aux mots. Mais en terme de guématrie, deux systèmes existent. L’un est le système traditionnel utilisé par la grande majorité des kabbalistes. L’autre est le système introduit par l’ingénieur polytechnicien Raymond Abellio en 1950 dans son ouvrage La Bible document chiffré profondément remanié en 1984 sous le titre Introduction à une théorie des nombres bibliques chez Gallimard.

La guématrie classique se base sur une valeur des lettres qui est tout ce qu’il y a de plus linéaire. En effet les nombres comme nous les connaissons n’existent pas dans le monde hébreu d’avant la diaspora. Si bien que les juifs utilisaient les lettres pour compter.
Ci joint la table des lettres et leurs valeurs.

http://carthoris.free.fr/Images/P%e9gase%2002.jpg

Un juif voulant écrire le nombre 22 par exemple, écrira: כב.  Ce qui correspond à la lettre Kaph de valeur 20 + la lettre Beith de valeur 2. Notons que cinq lettres ont des formes finales (parce que placées à la fin d’un mot). À gauche de la forme normale dans le tableau. Ces formes ont des valeurs de 500 à 900.
La guématrie d’ Abellio est fondée sur la division du cercle de 360 degrés en 22 polygones. Autrement dit à chaque polygone correspond la valeur d’une lettre, puisque l’hébreu compte 22 lettres.
La première lettre correspond au triangle et a donc la valeur 3, la suivante correspond au carré et a donc la valeur 4 et ainsi de suite jusqu’à la dernière lettre de valeur 360.
Ci joint la table des lettres et leurs nouvelles valeurs proposées par Abellio. J’y ai adjoint la valeur du nom des lettres, appelée aussi valeur développée. Par exemple la valeur du nom de la lettre א, aleph, אלף, a pour valeur 3 + 24 + 60 = 87.

http://carthoris.free.fr/Images/P%e9gase%2003.jpg

Notons que cette guématrie n’a eu disons-le, quasiment aucun succès, le milieu kabbalistique rejetant cette nouveauté, tellement la remise en cause d’une pratique acceptée pendant des siècles est chose difficile. D’autant que l’argument d’autorité à joué à fond, le Zohar, et tous les kabbalistes juifs, utilisant l’ancienne clé.
Et pourtant... Il suffit de se plonger dans ce que propose Abellio pour s’apercevoir très rapidement de la pertinence de sa clé.
Quelques exemples très simples sont ici proposés qui montrent la profonde justesse et pertinence de cette nouvelle clé qu’Abellio n’hésite pas à qualifier d’ésotérique. Et qui pour lui est susceptible de désocculter l’univers biblique.

La Sphère des Séphiroth Bélimah
Mais il faut tout d’abord présenter la Sphère des Séphiroth Bélimah telle qu’on peut la construire à partir de ce texte très court et énigmatique de la Kabbale qu’est le Sépher Yetzirah.
Difficile de définir les Séphiroth. Disons que ce sont des émanations de l’énergie divine. Elles sont au nombre de 10, dont quatre fondamentales. Au Centre, se trouve immobile, réduit à un point sans dimension, רוח אלהים חיים, Rouah Elohim Hayim, l’Esprit d’Elohim Vivant, de valeur 302, selon le tableau fourni précédemment.
Et de valeur développée (en utilisant les valeurs des noms des lettres) de 1534, comme indiqué sur le dessin ci-dessous.
À partir de là, ce Centre génère le cercle équatorial, orienté par les quatre directions de l’Espace, רוח מרוח, Rouah Mi Rouah, l’Esprit issu de l’Esprit. Il s’agit du cercle du Paradis, le lieu de l’Éden. Et de la Lumière. Première émanation donc du Centre.
Puis a lieu une Chute. Et la formation de la demi-sphère inférieure, מים מרוח, les Eaux issues de l’Esprit. Suivi par une remontée ou Transfiguration permettant le retour en Éden, la formation de la demi-sphère du Feu, אש ממים, le Feu issu des Eaux.
Cette Quaternité est complétée par les six directions de l’Espace (Haut, Bas, Nord, Sud, Est, Ouest) et forme l’ensemble des dix Séphiroth Bélimah. Bien évidemment on va noter tout de suite l’importance fondamentale de la Quaternité et le fait que le trigon de 4 (somme des nombres de l’unité jusqu’à 4, noté T 4) est 10. Que le lecteur note l’importance de ces trigons abondamment utilisés en Guématrie. Ces nombres étaient particulièrement vénérées dans les écoles pythagoriciennes antiques, pour la probable raison qu’ils sont une sorte d’émanation à partir du 1 jusqu’au nombre considéré. À cet égard, l’importance du système décimal vient probablement de la primauté du nombre 4 et de son lien avec 10.

http://carthoris.free.fr/Images/P%e9gase%2004.jpg

Les 22 lettres sont, toujours selon le Sépher Yetzirah, réparties en trois groupes:
Trois lettres mères, sept doubles et douze simples (ou déployées, liées à des surfaces).
Les sept doubles représentent les sept planètes traditionnelles et les douze déployées les signes du zodiaque.
Comme le montre le schéma ci-dessous, qui montre la répartition des planètes sur la sphère, je propose d’attribuer les trois planètes découvertes depuis 1781 aux trois lettres mères.

http://carthoris.free.fr/Images/P%e9gase%2005.jpg

On voit déjà qu’apparaît un fait fondamental, la lettre ב, Beith, qui se trouve au centre et qui correspond à Saturne, vaut 4. On ne peut nier que cette valeur est plus pertinente que celle traditionnelle de 2, vu l’importance de la Quaternité pour cette construction ainsi que le fait que le cercle soit encadré par les Quatre directions et que ce cercle soit divisé en quatre par les quatre lettres correspondants aux signes fixes, autrement dit le Tétramorphe.
Mais c’est le nom même de la lettre qui tout d’un coup, devient compréhensible. En effet, ce nom, בית, Beith, veut dire maison, objet dont la caractéristique essentielle est d’être composée (je dirais même structurée) par quatre murs. Ici se fait jour l’idée du Temple, du Saint des Saints. Les douze lettres déployées occupent des surfaces réparties en 3 cercles orientés HEBO, HNBS et un cercle équatorial orienté NESO. Ce dernier cercle, celui de l’Esprit est donc composé des 4 signes fixes traditionnels du zodiaque correspondant au Tétramorphe. Je donne plus loin ce cercle.

http://carthoris.free.fr/Images/P%e9gase%2006.jpg

Les résultats
Et c’est maintenant que les résultats peuvent arriver. Feu d’artifice garanti. En effet, la somme des quatre lettres déployées formant le Tétramorphe est 9 + 15 + 36 + 72 = 132, valeur de אור, aur, la Lumière. Qui de façon logique est diffusée par le Centre.

Il est déjà assez stupéfiant de constater que le nombre 9153672 construit à partir de ces quatre valeurs est un multiple exact de 132 !

On voit que la lettre א, Aleph, règne sur le cercle central.
Or ce cercle fait jonction et équilibre entre les Eaux et le Feu, d’où la valeur de 3 de cette lettre, qui exprime sa main mise sur les trois niveaux.

Mais sa valeur développée de 87 est intéressante puisque valeur simple du mot עדן, Éden, Paradis.
Or précisément la valeur développée de ce mot est 588 et correspond à la somme de nos quatre lettres du Tétramorphe en développé: 18 + 393 + 81 + 96 = 588.
Divisons ce nombre par 4 en raison du centre. On obtient 147 qui est la valeur du mot אור, Lumière mis en triangle.
De même divisons 132, par 4, valeur simple de ב, Beith.
On obtient 33, que l’on va remultiplier par la valeur développée de cette même lettre: 382.
On a : 33 x 382 = 12606, résultat stupéfiant puisque:
12606 = 8778 + 3828 = T 132 + T 87, résultat qui lie ensemble, la Lumière, la lettre Aleph et Beith au Centre !
Notons d’ailleurs comme le trigon d’Aleph contient Beith, dans sa partie gauche, ce qui nous incite à proposer: 3828 ⟶ 382 + 8 = 390, valeur triangulée de רוח, Rouah, l’Esprit !
La valeur simple de l’Esprit est 141. Si on le multiplie par 3, valeur d’Aleph on obtient 423, valeur développée de la Lumière..
Si on le multiplie par 4, valeur de Beith, on obtient 564, somme des quatre lettres qui se trouvent aux quatre directions plus le Centre: 20 + 120 + 60 + 360 + 4 = 564.

L’intégration du mot “lettre”
Le mot pour dire “lettre” est אות, Oth. Si bien que “lettre beith” s’écrit: אות ב, et vaut en développé 874.
Or T 874 = 382375, ce qui nous restitue à gauche 382 ! et à droite 375, valeur simple de l’expression: אות א, soit “lettre aleph” !
Ce n’est pas tout, car 874 c’est 87 posé à côté de 4, soit la valeur développée d’Aleph à côté de la valeur simple de Beith !

Le cercle de l’Esprit du Tétramorphe
Au sein du Tétramorphe, il apparaît tout de suite un résultat capital, surtout pour ceux qui attendent l’ère du Verseau popularisée par Paul Le Cour. Il s’agit de la bipartition en deux axes, l’axe Taureau/Scorpion de valeur 45 et l’axe Lion/Verseau de valeur 87.


L’axe Lion/Verseau
En effet, cet axe de valeur 87 suggère que c’est lui qui donne son caractère édénique à l’ensemble du cercle du Paradis.
Or ce résultat ne peut qu’intéresser les lecteurs de Paul Le Cour et de l’association Atlantis qui a toujours proclamé depuis 1926 que l’ère du Verseau verra le retour de l’âge d’Or.
Mais ce résultat n’est que partiellement suffisant. Il eût été préférable que ce soit le signe du Verseau uniquement qui gère l’ensemble de l’Éden.
Or l’intégration du mot “lettre” va fournir le résultat suivant, si on l’applique à la lettre צ, Tzadé, qui correspond au Verseau: אות צ vaut en développé 588 soit la valeur du Tétramorphe tout entier !
Ainsi c’est bien le Verseau qui symbolise à lui seul l’état édénique.
Ce qui justifie en passant l’attribution d’Uranus au cercle tout entier puisque précisément Uranus est domicilié en Verseau.
Notons aussi que le Verseau est le seul signe d’Air au sein du cercle de l’Air.
Si on applique la règle du mot “lettre” à la lettre ט, Teth, qui règne sur le Lion, on obtient 885, l’inverse de 588...
On voit par ce dernier résultat le lien étroit entre le Verseau et le Lion.

L’importance de la base 4
Je signale juste ce fait majeur en passant, de l’importance de la base 4 (plus que du binaire noté en son temps par Abellio). Pour une raison évidente, l’importance du 4 lié à cette structure. En effet, beaucoup des nombres du cercle du Paradis peuvent être considérés comme des nombres de base 4 (avec donc les chiffres 0, 1, 2 et 3): 132, 312, 302. Par exemple le nombre 302 décimal, correspondant au Centre peut être lu comme un nombre de base 4. Or 302 (base 4) correspond au décimal 50. Qui n’est autre que le nombre du Jubilé, dont Guénon dit qu’il symbolise précisément le nombre du retour au Principe.

Dynamique de la Chute à partir de la Lumière
Il se dégage de ces jeux numériques une dynamique claire, attribuant à l’axe Lion/Verseau tout le caractère édénique propre au cercle de la Lumière, alors que l’axe Taureau/Scorpion a clairement le rôle de provoquer la Chute dans les Mondes d’en Bas, celui des Eaux.

Il est d’ailleurs manifeste que 45 (36 + 9), valeur de l’axe Taureau/Scorpion est l’inverse de 54, nombre décimal dont l’équivalent en base 4 est 312, ce nombre étant la valeur de la Séphirah n°2 correspondant au cercle de l’Esprit. Ces deux axes sont donc clairement antagonistes. (Notons cet autre résultat: T 54 + 87 = 1572 !!, 15 et 72 formant les valeurs de l’axe Lion/Verseau, avec 15 + 72 = 87)
De la même façon que c’est le Verseau qui au sein de l’axe Lion/Verseau est le pôle actif de ce couple générateur de l’Esprit, le Scorpion est le pôle actif au sein de ce couple Taureau/Scorpion chargé de générer les Mondes d’en Bas. D’où sa valeur de 36 qui génère T 36 = 666, le célèbre nombre de la Bête de l’Apocalypse !
Signalons d’ailleurs que 45 décimal s’écrit 231 en base 4, l’inverse de 132, nombre de la Lumière et valeur de שטן, Satan.
Notons à cet égard qu’il est tout à fait frappant de constater que notre actuel âge de Fer qui a commencé il y a environ 6000 ans et qui a fait suite à l’âge d’airain et qui correspond donc à une Chute sur le plan ontologique, correspond à l’entrée du point vernal dans le Taureau alors que la sortie de notre âge de Fer est programmée pour bientôt avec la venue de l’âge de l’Esprit et de l’ère du Verseau.
Si l’on se reporte au schéma fourni par Jean Phaure dans son célèbre “Cycle de l’Humanité Adamique” à la page 263 (éd. de 1988) on voit clairement que l’âge d’Or commence soit par le Lion, soit par le Verseau. Même chose pour l’âge d’Argent, qui bien que ontologiquement inférieur à l’âge d’Or est quand même sous l’égide d’un métal parfait et donc exprime la prééminence de la Vertu. Par contre les âges d’Airain et de Fer commencent par le Scorpion ou le Taureau. Signes qui expriment donc l’activation d’un processus de Chute.
Fulcanelli exprime la même chose quand il assimile l’âge d’Or à une vache sur ses quatre pattes. La vache tient encore debout avec trois pattes (âge d’Argent), mais tombe quand elle n’en a plus que deux (Chute de l’Âge d’Airain)..
On voit donc clairement que la guématrie kabbalistique d’Abellio apporte de l’eau au moulin à la cyclologie traditionnelle mise en lumière par Jean Phaure.
Signalons d’ailleurs que le Zohar confirme ces analyses quant au côté “maléfique” de l’axe נ/ו, Taureau/Scorpion.
En effet, au début de ce texte les lettres défilent devant le Saint afin de choisir celle nécessaire à la création du Monde.
La lettre נ, Noun, est rejetée parce que l’initiale du mot נפילה, Néfilah, qui veut dire: Chute. On ne peut être plus clair.

Ces résultats fournissent l’explication du fait que l’Ange (Verseau) et le Lion se trouvent à la droite du Christ (place des Élus) sur les Tétramorphes de nos cathédrales, alors que le Taureau et l’Aigle (Scorpion) sont à gauche (place des réprouvés)... Ce cercle, que la Kabbale attribue à l’Air et à l’Esprit est donc bien le lieu de la Lumière. Et de l’Éden. Ce qui explique l’omniprésence du Tétramorphe autour du Christ en Gloire. Il correspond à l’Esprit qui plane au-dessus des Eaux, de la Genèse. La demi-sphère des Eaux juste en-dessous de ce cercle correspondant à la Création et à l’Univers matériel dans lequel nous vivons tous.

La structure du Tétramorphe
Comme on va le voir maintenant, une dynamique va s’instaurer à l’intérieur des signes fixes, suivant en cela le modèle de la structure absolue présentée par Abellio en 1965. Pour l’instant, penchons nous sur l’aspect structural.
En effet, si le cercle équatorial de la sphère des Séphiroth Bélimah, est le cercle de l’Esprit et de la Lumière selon les données mêmes du Sepher Yetzirah, il apparaît donc de façon claire qu’un antagonisme existe au sein de cette Lumière. Autrement dit, une place est faite au sein de la Lumière, à l’Obscurité. Cette obscurité est l’axe “matériel” Scorpion/Taureau.
À l’inverse, l’axe Verseau/Lion est l’axe de l’Esprit. Les deux axes sont antagonistes et correspondent à la classique dualité sujet/objet évoquée par Abellio.
Mais de la même façon qu’Abellio dédouble le sujet en corps global et organe local, l’Esprit se dédouble en Esprit global (Verseau) et esprit local (Lion).
Pas de surprise pour les amateurs d’astrologie qui savent pertinemment que le Verseau a toujours été le signe des réalités célestes et du Soi. À l’inverse, le Lion est le siège du Moi. Qui est complémentaire du Soi, mais qui en émerge. Chaque conscience locale (autrement dit chacun de nous-mêmes) fait partie d’une conscience unique et globale, l’Esprit universel, symbolisé par le Verseau.
De la même façon, le Taureau est depuis toujours le signe de la Matière. Mais là aussi, comme pour l’axe Lion/Verseau, qui montre un esprit apparent et local, observable, notre propre conscience (Lion) dont la source est l’Esprit universel, symbolisé par le Verseau, le Taureau est le signe de l’ensemble des objets qui s’enlève sur un fond matériel invisible (Scorpion). Le véritable signe de la Matière n’est pas en effet le Taureau, mais le Scorpion. Sa symbolique correspond intégralement à ce que nous dit Plotin à propos de la matière à la fin de son traité 12.
Je cite: “La matière est pauvreté non en ce qui concerne la richesse ou la force, mais pauvreté en ce qui concerne la raison, pauvreté en ce qui concerne la vertu, la beauté, la force, la figure, la forme, la qualité. Comment donc ne serait-elle pas difforme ? Et comment ne serait-elle pas en tout point laide ? Et comment ne serait-elle pas en tout point mauvaise ? (..) Elle n’est donc point un être, (..), restant à côté de la beauté de l’être.”. Le Taureau est donc à la Matière ce que le Lion est à l’Esprit.
Le Tétramorphe respecte donc intégralement la disposition en croix de la structure absolue d’Abellio.
Il ne reste plus qu’à en saisir la dynamique.

La dynamique du Tétramorphe
Comme on va le voir maintenant, cette dynamique est celle de la Lumière, ce qui va nous permettre d’aller faire un tour du côté de la tradition chinoise. Car la dialectique du Yin et du Yang serait stérile et bloquée si elle ne se basait pas là aussi sur le nombre 4. En effet, chaque pôle, là aussi, se dédouble, le Yin, en jeune Yin et vieux Yin, le Yang en jeune Yang et vieux Yang. Notons tout de suite que quand une polarité est “vieille”, elle devient mutable. Autrement dit, elle se transforme en son contraire. Le cycle de la Lumière est donc celui-ci: au début obscurité totale, la Lumière va naître au sein de cette obscurité, croître, jusqu’à atteindre un maximum, puis l’obscurité fera son retour.
Ce qui donne en utilisant les traditionnelles digrammes chinois:

http://carthoris.free.fr/Images/P%e9gase%2007.jpg
     
Il est évident que le Yin va correspondre à notre axe “matériel” Scorpion/Taureau et le Yang correspondre à notre axe “spirituel “Verseau/Lion”. Le Vieux Yin va correspondre à la Matière arrivée à son plein épanouissement, autrement dit au Taureau, et le Vieux Yang va correspondre au Lion. Notons tout de suite que l’axe de l’Esprit correspond à des signes chauds et exprime une tendance à la montée. À l’inverse, l’axe de la Matière correspond à des signes froids et exprime une tendance à la descente. Les polarités vieilles correspondent au signes secs et les jeunes aux signes humides. Ce qui est sec exprime donc une tendance au vieillissement et donc au changement. L’humide à l’inverse est la caractéristique de la jeunesse et exprime une résistance au changement.
Le trajet zodiacal de la Lumière est alors tout trouvé et donne:

http://carthoris.free.fr/Images/P%e9gase%2008.jpg

Ce qui donne le cercle équatorial de l’Esprit fourni par le Sepher Yetzirah, avec son trajet lumineux:

http://carthoris.free.fr/Images/P%e9gase%2001.jpg

Pour ceux qui connaissent l’œuvre d’Abellio, que je ne peux malheureusement présenter ici, on a le même trajet que dans la structure absolue, ce qui valide à la fois, cette structure présentée dès 1965 dans son ouvrage phare: La structure absolue, et également ce trajet lumineux au sein du Tétramorphe. Notons d’ailleurs que l’on pourrait traduire ce trajet Yin/Yang par les nombres binaires: 00, 01, 11, 10 qui traduits en décimal donnent: 0, 1, 3, 2. On retrouve le nombre 132, valeur de la Lumière, qui n’exprime donc rien d’autre que sa propre dynamique. Bien sûr, comme plus haut avec le nombre 9153672 construit à partir des quatre valeurs formant le Tétramorphe, le nombre 9721536 construit dans le sens du trajet lumineux est aussi un multiple exact de 132..

La caution d’Ézéchiel...
Mais ce n’est pas tout. Car une voix venue du fond des âges va venir apporter de l’eau à notre moulin..

Il s’agit d’Ézéchiel. Citons le chapitre 10, verset 14:

“Chacun avait quatre faces. La face du premier était une face de chérubin, la face du second, une face d’homme, du troisième, une face de lion, du quatrième, une face d’aigle.”

Il suffit de remplacer chérubin par taureau, ce qui est tout à fait légitime, puisque les chérubins viennent des taureaux ailés d’Assyrie, pour avoir l’ordre fourni par le schéma plus haut... Rappelons quand même pour ceux qui l’ignorent que l’homme (ou ange parfois) correspond au Verseau et l’Aigle au Scorpion.

L’axe vertical
La structure absolue ne serait pas complète si l’on n’évoquait pas la polarisation Haut/Bas et qui est le fruit de notre quaternité. Il est bien évident que le pôle Haut est engendré par l’axe Yang, Verseau/Lion et le pôle Bas par l’axe Yin, Scorpion/Taureau.

La clé du 666 de l’Apocalypse
À cet égard, on l’a vu, le Zohar est formel. La lettre Noun qui correspond au Scorpion est cause de Chute. Sa valeur ésotérique de 36 fournie par Abellio est donc la clé du 666 de l’Apocalypse et du dragon.
En effet le trigon de 36 est 666. Notons que la lettre Noun est l’initiale à la fois du mot Nephila, la Chute, et du mot Nahash, qui veut dire Serpent. Le célèbre Serpent de la Genèse...
Ce n’est pas tout. Car nos quatre polarités peuvent être mises en analogie avec les quatre directions de l’espace. Il en ressort que la lettre Noun correspondant au signe du Scorpion et donc au 666, correspond à l’Ouest.

À méditer quand on sait d’où provient la crise financière (et ploutocratique..) actuelle...

Autres résultats
En effet, d’autres résultats stupéfiants peuvent être obtenus.
Tout d’abord, la valeur développée de la lettre ט, correspondant au Lion, donne, confrontée à la Quaternité:
393 x 4 = 1572, nombre qui nous restitue l’axe Lion/Verseau soit 15 et 72.
Un autre résultat avec le jeu des deux lettres א et ב, qui forment le mot אב, Père, de valeur simple 7 et développée 469.
Or 469 / 7 = 67. On va récupérer ce coefficient et le confronter au Tétramorphe: 588 x 67 = 39396, nombre ici aussi hallucinant, car nous restituant les valeurs développées du Lion et du Verseau soit 393 et 96 !
Inversons 67 ⟶ 76. Confrontons le à la valeur développée du Verseau: 76 x 96 = 7296, nombre qui nous donne la valeur simple du Verseau et sa valeur développée ! soit 72 et 96..
Ce dernier résultat suggère de faire la somme 72 + 96 = 168.
Or T 168 = 14196, nombre stupéfiant ici aussi puisque faisant cohabiter 141 valeur de l’Esprit et 96 valeur du Verseau.
Notons que 168 est la valeur du mot צדק, Tzadiq, Justice, être juste...
Le mot צדק entre dans la composition du célèbre מלכיצדק (Melchitzédeq) mot qui veut littéralement dire Roi-prêtre.
Le Zohar précise d’ailleurs de la lettre Tzadé qu’elle est juste..!
Le décalage entre valeur simple et développée du Tétramorphe fournit: 588 - 132 = 456 ⟶ T 456 = 104196, nombre qui nous fournit 1041 (équivalent à 141) et 96...
On ne peut nier la cohérence interne de tous ces résultats qui lient ensemble Verseau, Esprit, Justice, Caste sacerdotale..
Mais aucune preuve au sens de la science moderne ne peut être apportée. En effet, tous ces résultats cohérents échappent à toute expérimentation. Il s’agit d’un donné brut qui pointe sur un infini et une transcendance que l’homme n’arrivera jamais à épuiser.

La clé d’Abellio, clé de la Bible
On pourrait aller beaucoup plus loin et montrer que la clé d’Abellio permettra de rendre de façon claire tout l’aspect métaphysique de la Bible, notamment quant à la Genèse et bien d’autres...  Je vais me contenter ici de citer l’âge en apparence aberrant d’Adam lors de sa mort. Selon la Genèse, אדם, Adam est mort à 930 ans. Or il suffit d’inverser ce nombre pour avoir la valeur d’Adam: 39. La Kabbale présente d’autre part depuis plusieurs siècles l’Arbre des Séphiroth qui est présenté comme un schéma d’Adam. Or le Centre de cette structure, תפארת, Tiphéreth, vaut 903 qui est une permutation à la fois de 930 et de 39.
Un dernier pour la route: la valeur développée de יהוה, Yahvé, est la même que la valeur simple d’ אלהים, Elohim, soit 83.
Mais il y en a bien d’autres..


"L'ancienne tradition selon laquelle le monde doit être consumé par le feu, au bout de 6000 ans, est vraie, ainsi que je l'ai appris de l'Enfer" William Blake, 1790.

Hors ligne

 

#2  19 Feb 2011 08:31:33

Pégase
Modérateur
Date d'inscription: 15 Feb 2011
Messages: 130

Re: Kabbale et Guématrie

Bon je reconnais que le texte est assez technique. Mais le forum est fait pour fournir toutes les explications et développements nécessaires. J'avoue ne pas être un habitué des forums, mais j'arriverai à surmonter cette lourde épreuve grosourire

Sinon ce texte n'a d'autre but que de montrer par des exemples bien précis que les mots et les nombres peuvent être étroitement entremêlés et cela de façon évidente. Et que les apparentes absurdités bibliques peuvent cacher tout un univers qui nous attend les bras ouverts... sourire


"L'ancienne tradition selon laquelle le monde doit être consumé par le feu, au bout de 6000 ans, est vraie, ainsi que je l'ai appris de l'Enfer" William Blake, 1790.

Hors ligne

 

#3  11 Mar 2011 19:17:53

infomysteres
Coopérateur
Date d'inscription: 26 Jun 2010
Messages: 43
Site web

Re: Kabbale et Guématrie

Pégase,

Si j'en crois Jacques Carles et Michel Granger (L'Alchimie, superscience extra-terrestre ?, Ed. Albin Michel) :
"Le notarikon est le procédé cabalistique qui consiste à former un nouveau mot à partir des lettres initiales ou finales de plusieurs autres mots."
"La guématria repose sur le fait que les Hébreux, comme les Grecs, emploient les lettres de l'alphabet comme des chiffres numériques. Elle consiste à évaluer la valeur numérique d'un mot et ensuite à substituer à ce mot un autre dont la valeur numérique est équivalente."
"La thémoura consiste à transposer arbitrairement les lettres d'un mot ou à leur substituer, d'après certaines règles, d'autres lettres de l'alphabet. Les règles peuvent être relativement simples ou au contraire extrêmement complexes."



Pégase a écrit:

Difficile de définir les Séphiroth. Disons que ce sont des émanations de l’énergie divine. Elles sont au nombre de 10, dont quatre fondamentales.

Dans mon livre, je fais cette remarque (basée sur les propos d'Edouard Schuré, auteur du livre Les Grands Initiés) :
Il y a dix Séphiroths dans la Kabbale. Les trois premiers représentent le ternaire divin (c'est à dire les aspects de l'Unité qui forme la Trinité), les sept autres, l'évolution de l'univers (c'est à dire les sept Logoï planétaires).

Et je complète par ceci (repris d'Annie Besant, La généalogie de l'homme) :
"Autour de ceux-ci se trouvent les Puissances, les Hiérarchies créatrices, les douze Ordres créateurs de l'Univers qui ont pour symbole les signes du zodiaque.
Ces Hiérarchies travaillent à la construction de l'Univers."

Es-tu d'accord avec cela ?



Pégase a écrit:

Cette Quaternité est complétée par les six directions de l’Espace (Haut, Bas, Nord, Sud, Est, Ouest) et forme l’ensemble des dix Séphiroth Bélimah. Bien évidemment on va noter tout de suite l’importance fondamentale de la Quaternité et le fait que le trigon de 4 (somme des nombres de l’unité jusqu’à 4, noté T 4) est 10. Que le lecteur note l’importance de ces trigons abondamment utilisés en Guématrie. Ces nombres étaient particulièrement vénérées dans les écoles pythagoriciennes antiques, pour la probable raison qu’ils sont une sorte d’émanation à partir du 1 jusqu’au nombre considéré. À cet égard, l’importance du système décimal vient probablement de la primauté du nombre 4 et de son lien avec 10.

Ci-dessous un autre extrait de ce que j'ai écrit pour connaître ton avis.

Le nombre 1 représente l’Actif.
Le nombre 2 représente le Passif
Le nombre 3 représente la Réaction de l’Actif sur le Passif.

Le nombre 4 est une « nouvelle Unité » qui renferme en elle les trois termes précédents.
Par exemple :
1 : Père
2 : Mère
3 : Enfant (résultat de l'union du père et de la mère)
4 : Famille (qui réunit le père, la mère et l'enfant mais qui est également une nouvelle unité)

Roger Luc Mary exprime ainsi l'importance du chiffre 4 :
« Le quaternaire est le chiffre sacré de ce monde. Il s'inscrit à égale distance de l'Unité impénétrable (4-1=3) et du septénaire (7-4=3) qui exprime son union à la Triade Divine, c'est à dire à l'UN considéré sous ses trois rapports avec la création : puissance, intelligence, amour. Cette situation du quaternaire, à égalité entre le 1 et le 7, définit assez bien la vocation de l'homme : issu de l'Unité, il s'en distingue comme le créé du Créateur, mais il est appelé à retourner au Créateur et à s'unir à lui, manifestant ainsi sa puissance, son intelligence et son amour. Il fait aussi en sens inverse le même chemin, une première fois dans le sens de la différenciation, une seconde fois dans le sens de la réintégration.
Le quaternaire exprime une situation, mais une situation évolutive, l'homme étant placé sur terre, dans une dynamique intéressant tout l'univers. Le 4 symbolise le terrestre, la totalité du créé et du révélé. »350

L'auteur de cette citation fait allusion à l'évolution selon la conception théosophique (3 étapes de descente, 1 étape d'équilibre, et 3 étapes de remontées). Le 4 correspond à l'étape d'équilibre située à mi-chemin entre les étapes de descentes et celles de remontées.

La réunion de 4, 5 et 6 donne le 7 qui devient lui-même une nouvelle unité.
Ensuite, 7, 8 et 9 donne le 10 (qui est ramené à 1 par la somme de ses chiffes 1 + 0).

Tout ceci représente en quelque sorte la structure fractale du monde.



Pégase a écrit:

Fulcanelli exprime la même chose quand il assimile l’âge d’Or à une vache sur ses quatre pattes.

La symbolique de la vache est exposée ainsi dans les propos de H.P. Blavatsky :
"La vache est le symbole de la génération prolifique et de la nature intellectuelle. Elle était consacrée à Isis, en Egypte, à Christna en Inde et à une infinité d'autres dieux et déesses, personnifications des diverses forces productrices de la nature. La vache était considérée, en un mot, comme l'emblème de la Grande Mère de tous les êtres, tant mortels que dieux, et de la génération physique et spirituelle des choses." (Isis Dévoilée)

"De là, le culte universel de la vache et du taureau, spécifiant, l'un, le pouvoir producteur, l'autre, le pouvoir générateur dans la Nature : symboles reliés aux divinités Solaires et Cosmiques." (La Doctrine Secrète)

Extrait de Fulcanelli, Le Mystère des Cathédrales dont tu parles :
"Dans la mythologie hindoue, les quatre secteurs égaux du cercle que partage la croix servaient de base à une conception mystique assez singulière. Le cycle entier de l’évolution humaine s’y incarne sous la forme d’une vache symbolisant la Vertu, dont les quatre pieds reposent chacun sur un des secteurs figurant les quatre âges du monde. Au premier âge, qui répond à l’âge d’or des Grecs et que l’on nomme Crédayougam ou âge d’innocence, la Vertu se tient ferme sur la terre : la vache pose en plein sur ses quatre pieds. Dans le Trédayougam ou second âge, lequel correspond à l’âge d’argent, elle s’affaiblit et ne se tient plus que sur trois pieds. Pendant la durée du Touvabarayougam, ou troisième âge, qui est celui d’airain, elle est réduite à deux pieds. Enfin, dans l’âge de fer, qui est le nôtre, la vache cyclique ou Vertu humaine touche au suprême degré de faiblesse et de sénilité : elle se soutient avec peine, en équilibre sur un seul pied. C’est le quatrième et dernier âge, le Calyougam, âge de misère, d’infortune et de décrépitude."

Je pense que la perte des pattes symbolise la "chute" de l'homme. Cette chute, étant la phase d'involution (descente de l'Esprit dans la matière).
Chaque "patte" perdue étant une perte de plus en plus importante de la conscience suprême du pur potentiel originel.

Pour faire un parallèle, l'âge d'or pourrait être représenté par l'aspect ondulatoire traité par la mécanique quantique.
Une onde est un pur potentiel. Tout existe. L'individu n'existe pas car il n'y a pas d'individualité à l'état ondulatoire. Tout est Un. Il n'y a qu'un pur potentiel.
La descente dans les âges suivants représente la transformation de l'onde en corpuscule (si on continue de faire le parallèle avec la mécanique quantique).
Au fur et à mesure de la descente dans les âges, le corpuscule perd la connaissance de sa liaison à l'onde de laquelle il est issu.
Et plus le temps passe, et plus il se croit être un corpuscule et occulte son aspect ondulatoire.
La descente de l'Esprit dans la matière génère donc un état où l'être humain croit dur comme fer que seule la matière existe. Il oublie son état originel de "pur potentiel".

Pour info, certains auteurs parlent de 5 âges (et non pas 4) :

Andrew Thomas parle de quatre âges qui seraient décomposés ainsi :
âge d'or où les mortels vivaient comme des dieux
âge d'argent où leur intelligence était déjà moindre
âge de l'airin, où les hommes étaient forts, guerriers et se détruisaient mutuellement
âge correspondant à la période des « héros » de la mythologie.
Selon les anciens Grecs, nous traversons actuellement le cinquième âge, l'âge de fer.

Les cinq périodes (or, argent, airin, héros, fer) sont respectivement les cinq premières races décrites par la doctrine ésotérique :
La première était située au Pôle Nord (sur l'Ile Blanche)
La deuxième était située en Hyperborée.
La troisième était située en Lémurie.
La quatrième était située en Atlantide
La cinquième (la nôtre) concerne la race aryenne


Pégase a écrit:

Je vais me contenter ici de citer l’âge en apparence aberrant d’Adam lors de sa mort. Selon la Genèse, אדם, Adam est mort à 930 ans. Or il suffit d’inverser ce nombre pour avoir la valeur d’Adam: 39.

Je suis persuadé que les nombres ont une importance.
Pour reprendre les propos d'Edouard Schuré, la science des nombres était celle des forces vivantes, des facultés divines en action. Un nombre n'est pas une valeur abstraite, c'est une « vertu intrinsèque et active de l'UN suprême, de Dieu, source de l'harmonie universelle »

Par contre, on peut leur faire dire tout et parfois n'importe quoi.
Pourquoi prendre un nombre et l'inverser ? Sur quelle base faire cela ? Pourquoi pas faire la somme des chiffres et dire qu'il est mort à 12 ans. Ou enlever le 0 en disant que le 0 ne compte pas et qu'il est mort à 93 ans. On peut faire dire ce que l'on veut aux chiffres si on les triture dans tous les sens. Mais est-ce que vraiment crédible de les "triturer" de la sorte ?
 
Autant je suis convaincu que les nombres ont une très grande importance, autant je suis aussi convaincu qu'il faut les laisser nous parler et non pas chercher à les triturer pour qu'ils nous parlent.

Il ne faut pas tomber dans la même erreur que l'auteur qui a écrit "La Bible, le code secret" affirmant avoir trouvé un code dans la Bible.
Son raisonnement ne tient pas. Ou du moins, si il prend n'importe quel ouvrage suffisamment volumineux, il sera capable de trouver par ci par là des phrases qui diront quelque chose.
Cela ne prouve rien.
Avec les nombres, il faut aussi -je pense- faire attention de ne pas trop les "triturer". Car, certes, ils pourront dire des choses. Mais ce sera souvent ce que nous voudrons qu'ils nous disent et rarement ce qu'ils ont à nous dire.

Mais ne prends pas mal ni pour de la morale ce que je te dis. C'est juste mon avis et ce que je ressens en lisant ce que tu écris.


Je peux me tromper...

Et j'espère même que tu vas me montrer que je me trompe...

Dernière modification par infomysteres (11 Mar 2011 19:49:08)


Hors ligne

 

#4  12 Mar 2011 08:52:41

Pégase
Modérateur
Date d'inscription: 15 Feb 2011
Messages: 130

Re: Kabbale et Guématrie

Bonjour infomystères.. Houlà quel pavé ! clindoeil

Tu commences par rappeler les procédés kabbalistiques. Il y a quand même un fait d'importance en ce qui concerne la Guématrie, c'est la valeur initiale accordée aux lettres. Or il est assez évident que le système que j'appelle "classique" parce qu'utilisé de tous temps est linéaire et même a un côté utilitaire évident puisqu'il permet de compter. La valeur des lettres selon Abellio est déduite du cercle qui a de tous les temps été considéré comme l'image même de l'Absolu. Première remarque. Et qui immédiatement suggère que l'utilisation de ces valeurs "ésotériques" sera plus performante que l'ancien système. Après il faut faire des "calculs" pour confirmer cela. Les exemples que je fournis sont suffisamment pertinents pour précisément montrer qu'il y a effectivement quelque chose avec cette nouvelle clé qui n'existait pas avec l'ancienne.



Il y a dix Séphiroths dans la Kabbale. Les trois premiers représentent le ternaire divin (c'est à dire les aspects de l'Unité qui forme la Trinité), les sept autres, l'évolution de l'univers (c'est à dire les sept Logoï planétaires).

Et je complète par ceci (repris d'Annie Besant, La généalogie de l'homme) :
"Autour de ceux-ci se trouvent les Puissances, les Hiérarchies créatrices, les douze Ordres créateurs de l'Univers qui ont pour symbole les signes du zodiaque.
Ces Hiérarchies travaillent à la construction de l'Univers."

Es-tu d'accord avec cela ?

Aïe ! Pas vraiment, non. Le propre des ésotéristes passés est qu'ils n'ont fait que rabâcher pendant des décennies ce qu'ils avaient pu glaner précédemment. Donc diviser 10 en 3 + 7 est une facilité qui ne tient pas la route en regard du texte hébreu qu'est le Sepher Yetzirah. Celui-ci divise clairement 10 en 10 = 4 + 6. Les quatre premières Séphiroth accompagnées des six directions de l'Espace. Sur les Quatre premières, une est à part, le Centre, là où se situe l'Esprit d'Elohim Vivant. On a donc: 10 = 1 + 3 + 6. Il y a une sorte de jeu qui se joue entre 3 et 4 . La première lettre vaut 3 et est symbole d'Unité dit le Zohar. On retrouve la vieille tradition chrétienne qui fait de la Trinité un équivalent du Dieu Un.
Le 4 lui est la valeur de Beith, la lettre dont se sert le Saint pour la Création du Monde. Pour bâtir, autrement dit. Comme je l'ai montré, c'est le jeu des quatre lettres formant le Tétramorphe qui engendre le pôle du Bas, autrement dit les mondes matériels et donc la Création, et le pôle du Haut, autrement dit la possibilité pour cette même Création qui est en Bas de pouvoir remonter et être transfigurée. Ce que l'on appelle en langage théologique l'Incarnation suivie de l'Assomption.
Il est assez symptomatique que le nom du Dieu créateur, Yahvé, vaille 43, et fasse cohabiter côte à côte le 4 et le 3. La structure même du Nom avec quatre lettres au total, mais basé sur 3 lettres seulement, va dans le même sens.

Le 3 est lié à la notion de niveau. Les 3 étages de la structure. Demi-sphère inférieure, demi-sphère supérieure, et cercle équatorial, qui fait équilibre entre les deux. L'Alchimie connaît cela aussi avec soufre et mercure, le sel étant équivalant au cercle équatorial et jouant le rôle de médiateur entre les deux.



Le nombre 1 représente l’Actif.
Le nombre 2 représente le Passif
Le nombre 3 représente la Réaction de l’Actif sur le Passif.


D'accord avec les deux premières propositions. Moins avec la troisième. Le 3 c'est la (ré)conciliation entre les deux premiers contraires. Autrement dit, il rétablit l'harmonie que le deux avait tendance à rompre. Raison pour laquelle par exemple, le trigone, en astrologie est un aspect dit harmonique de réconciliation entre les tendances de deux planètes en aspect de 120°, dit aspect trine.


Pas vraiment d'accord non plus avec

1 : Père
2 : Mère
3 : Enfant (résultat de l'union du père et de la mère)
4 : Famille (qui réunit le père, la mère et l'enfant mais qui est également une nouvelle unité)


qui me semble assez artificiel. La notion du 4 est plutôt la confrontation de 2 + 2 en face à face. Comme le montre le schéma du Tétramorphe. C'est donc un nombre de conflit, comme le suggère l'aspect de 90° en astrologie, dit aspect de carré, qui est un aspect de conflit entre tendances planétaires.
Toutefois, la confrontation est moins forte que dans le nombre 2 où l'on a deux pôles en face à face. Ici, il y a tentative de conciliation. C'est ce qu'exprime cette vieille recherche typiquement alchimique du Moyen-Âge qu'est la quadrature du cercle.

Sur le sens du 7: comme le veut la Tradition juive, c'est le nombre du Shabbat, du Repos, du retour au Centre et donc à l'Un. Le mot Père en hébreu, אב, Ab, vaut 7. Il y a bien sûr analogie avec Yahvé de valeur 43 puisque 4 + 3 = 7.
Il s'oppose donc au 6 qui est le nombre de la Vie. Ce nombre exprimant le 4 + 2, quatre pôles équatoriaux en dynamique, engendrant 2 pôles verticaux. D'où l'importance de ces nombres dérivés du 6 exprimant le refus du 7, par exemple dans l'Apocalypse: 666, composé de trois six. Ou encore 42 (avec 4 + 2 = 6) exprimant la même chose.
Ce n'est pas un hasard donc si la lettre ד, Daleth, positionnée au pôle du Bas, vaut 6..

Je ne donne pas la symbolique de 8 et 9 ça nous emmènerait trop loin..


Sur l'aspect cycle des Manvantaras: le choix de la Vache pour moi est indubitablement lié au signe du Taureau qui est le signe de la Matière. Le Kali-Yuga a commencé précisément par l'entrée du point vernal dans le Taureau. René Guénon n'a jamais insisté là-dessus, ni Paul Le Cour, car ils n'avaient pas compris que Taureau et Scorpion étaient des signes activant un processus de Chute. Or l'on ne peut que constater la profonde cohérence entre ces doctrines traditionnelles et la dynamique à l'intérieur du Tétramorphe que j'ai proposé. Le Verseau, comme le Lion, étant signes de Réintégration au Paradis.



Pour faire un parallèle, l'âge d'or pourrait être représenté par l'aspect ondulatoire traité par la mécanique quantique.
Une onde est un pur potentiel. Tout existe. L'individu n'existe pas car il n'y a pas d'individualité à l'état ondulatoire. Tout est Un. Il n'y a qu'un pur potentiel.
La descente dans les âges suivants représente la transformation de l'onde en corpuscule (si on continue de faire le parallèle avec la mécanique quantique).
Au fur et à mesure de la descente dans les âges, le corpuscule perd la connaissance de sa liaison à l'onde de laquelle il est issu.
Et plus le temps passe, et plus il se croit être un corpuscule et occulte son aspect ondulatoire.
La descente de l'Esprit dans la matière génère donc un état où l'être humain croit dur comme fer que seule la matière existe. Il oublie son état originel de "pur potentiel".

Tout à fait d'accord..

Sur l'aspect des cinq âges: oui je connaissais. Pour moi, cela ressort plus d'une mauvaise compréhension de la doctrine des 4 âges qu'autre chose.. mais peut-être pas.. j'avoue ne pas m'être penché là-dessus avec profondeur..

Sur les nombres:

Par contre, on peut leur faire dire tout et parfois n'importe quoi.

Bien d'accord grosourire

Pourquoi prendre un nombre et l'inverser ?

Cela fait partie des opérations courantes sur les nombres..
Un nombre inversé exprime souvent le contraire de ce même nombre, et se trouve de toute façon en parenté. Il en est de même des permutations de nombre.



Mais ne prends pas mal ni pour de la morale ce que je te dis. C'est juste mon avis et ce que je ressens en lisant ce que tu écris.

Je peux me tromper...

Et j'espère même que tu vas me montrer que je me trompe...

Mais tu te trompes.. et totalement. Et je le prouve par les résultats obtenus que manifestement (et ne le prends pas mal non plus) tu n'a pas bien compris.

Par exemple ce résultat ci: La somme des quatre lettres du Tétramorphe fait 588. Pour rappel: 18 + 393 + 81 + 96 = 588. Sur ces quatre nombres, l'axe Lion/Verseau est exprimé par les nombres: 393 et 96.
Le jeu sur les valeurs des lettres Aleph et Beith donne, je le rappelle, 469/7 = 67. (Avec Aleph = 87 et Beith = 382 --> 87 + 382 = 469 pour les valeurs développées)

Or 588 x 67 = 39396, nombre qui fait cohabiter 393 et 96, nombres du Lion et Verseau. Comment expliquer un tel résultat ? Par le hasard ? Par un coup de pouce tendancieux de ma part ? grosourire



Bon courage, j'attends de pied ferme la démonstration...grosourire


"L'ancienne tradition selon laquelle le monde doit être consumé par le feu, au bout de 6000 ans, est vraie, ainsi que je l'ai appris de l'Enfer" William Blake, 1790.

Hors ligne

 

#5  12 Mar 2011 17:14:10

infomysteres
Coopérateur
Date d'inscription: 26 Jun 2010
Messages: 43
Site web

Re: Kabbale et Guématrie

diviser 10 en 3 + 7 est une facilité qui ne tient pas la route en regard du texte hébreu qu'est le Sepher Yetzirah. Celui-ci divise clairement 10 en 10 = 4 + 6. Les quatre premières Séphiroth accompagnées des six directions de l'Espace.

Non. Du moins, ce n'est pas ce que moi j'en comprends.

Pour expliquer mon raisonnement, je vais partir d'extraits de la Doctrine Secrète de H.P. Blavatsky (qui, pour moi, mériterait d'être mieux connue et mieux comprise).

En conséquence, Vâch, Shékinah ou la "musique des sphères", de Pythagore, ne font qu'un.
...

La Cabale en donne ainsi la définition :
Il y a trois sortes de lumières, plus celle [la quatrième] qui interpénètre les autres : 1) la lumière claire et pénétrante, la lumière objective, 2) la lumière réfléchie et 3) la lumière abstraite.
Les dix Séphiroth, les Trois et les Sept, sont appelés dans la Cabale les Dix Mots DBRIM (Dabarim), les Nombres et les Emanations de la Lumière Céleste, qui est à la fois Adam Kadmon et Séphira, Prajâpati-Vâch ou Brahma. Dans la Cabale, la Lumière, le Son et le Nombre sont les trois facteurs de la création. 
...
C'est cette Trinité qui est désignée par les "trois pas de Vishnou" qui signifient, puisque l'exotérisme considère Vishnou comme l'Infini, que de Parabrahman sont issus Mūlaprakriti, Pourousha (le Logos) et Prakriti : les quatre formes de Vâch (avec elle-même comme synthèse), Dans la Cabale, Aïn-Soph, Shékinah, Adam Kadmon et Séphira, les quatre ou les trois émanations. sont distinctes et cependant unes.


Maintenant, je vais citer une phrase très juste que tu dis :
"Sur les Quatre premières, une est à part, le Centre, là où se situe l'Esprit d'Elohim Vivant."
Là, on est d'accord.

Je comprends de tout cela que le 4 est la synthèse du ternaire. Ce qui fait que 4 est équivalent à 1 (ce qui est exactement ce que j'ai dit dans mon précédent message où j'indique que 4 est une nouvelle unité.

Lorsque tu dis "La notion du 4 est plutôt la confrontation de 2 + 2 en face à face.", cela veut il dire que tu n'es pas d'accord avec le fait que le ternaire soit une nouvelle unité ?

Pour moi, il y a d'un côté le ternaire qui, en devenant 4, devient une nouvelle unité.

Ensuite, je vais reciter un passage de la Doctrine Secrète de H.P. Blavatsky :
"Lorsque l'Homme Céleste (le Logos) prit d'abord la forme de la Couronne [Kether] et s'identifia à Séphira, il en fit émaner [de la Couronne] Sept Lumières splendides", ce qui porte leur total à Dix ; de même Brahmâ-Prajâpati, dès qu'il fut séparé de Vâch tout en lui étant identique, fit jaillir de cette Couronne les sept Richis et les sept Manous ou Prajâpatis. Dans l'exotérisme on trouvera toujours 10 et 7, qu'il s'agisse de Séphira ou de Prajâpati ; dans l'exposé ésotérique : toujours 3 et 7 qui font aussi 10. Seulement, lorsque, dans la sphère manifestée, ils sont divisés entre 3 et 7, il forment , l'androgyne et ou la figure X manifestée et différenciée.

Je comprends ça, par le fait que la nouvelle unité précédente (le 4) se décompose en 7 éléments.

Il y a donc :
- le ternaire (3) originel dont la synthèse fait 4.
- le 4 qui se manifeste de 7 manières différentes.

Le 7 est donc équivalent au 4. Il ne s'ajoute pas.

Il y a donc bien d'un côté le 3 et de l'autre le 7.


Tu as donc 10 = 3 (trinité) + 7 (qui est le 4 qui se manifeste en 7 principes différents)

La notion du 4 est plutôt la confrontation de 2 + 2 en face à face. Comme le montre le schéma du Tétramorphe

Qu'est-ce qui te fait dire que le schéma montre un 2 en face à face ?
J'avoue avoir du mal à comprendre ce schéma.

C'est donc un nombre de conflit, comme le suggère l'aspect de 90° en astrologie, dit aspect de carré, qui est un aspect de conflit entre tendances planétaires.

Je ne suis pas très doué en astrologie (je n'en connais que de très grande généralité) mais le carré est un aspect entre 2 planètes. Je ne vois donc pas bien le rapport qu'il y a avec le chiffre 4.

Si conflit il y a pour le nombre 4, c'est peut être plutôt un conflit de la nouvelle unité avec le ternaire dont il est issu.
Le 4 étant une nouvelle unité, il a tendance à oublier qu'il est issu du ternaire précédent.
C'est un peu comme l'être humain qui, en se manifestant dans la matière, oublie son essence originelle.
C'est le problème des unités qui se croient unique et oublient donc qu'elles font partie d'un Grand Tout.
Pour moi, le monde est fractal. Il y a donc plusieurs unités qui se croient "uniques". Mais en ayant une vision d'ensemble, on se rend compte que les unités sont imbriquées les unes dans les autres (un peu comme les poupées russes).


Sur le sens du 7: comme le veut la Tradition juive, c'est le nombre du Shabbat, du Repos, du retour au Centre et donc à l'Un.

Là, je suis d'accord.

Extrait du livre "la Kabbale dévoilée" :
Il est un au dessus des trois, trois sont au dessus des sept, sept au dessus des douze et tous sont liés ensemble" (Chapitre VI du Sepher Yetsirah)
Un : Source, infini, Dieu
Trois : Création de l'un, Trinité
Sept : Aspects de la divinité
Douze : Extension et plénitude du dessein


Par exemple ce résultat ci: La somme des quatre lettres du Tétramorphe fait 588. Pour rappel: 18 + 393 + 81 + 96 = 588. Sur ces quatre nombres, l'axe Lion/Verseau est exprimé par les nombres: 393 et 96.
Le jeu sur les valeurs des lettres Aleph et Beith donne, je le rappelle, 469/7 = 67. (Avec Aleph = 87 et Beith = 382 --> 87 + 382 = 469 pour les valeurs développées)
Or 588 x 67 = 39396, nombre qui fait cohabiter 393 et 96, nombres du Lion et Verseau. Comment expliquer un tel résultat ? Par le hasard ? Par un coup de pouce tendancieux de ma part ?

En fait, j'ai du mal à comprendre à quoi ça sert concrètement (c'est à dire qu'est-ce que cela apporte) tous ces calculs.
Je ne dis pas que le calcul d'Abellio n'est pas correct. En fait, je n'y comprends rien. Je trouve cela beaucoup trop abstrait. Je n'arrive pas à prendre la hauteur suffisante pour le ramener à quelque chose de concret qui me parle.
Il est possible qu'Abellio ait raison et que sa démarche ait un sens.
Disons simplement que je ne la comprends pas. Tout comme je ne comprends pas non plus la démarche du calcul traditionnel.
Peut être pourrais tu m'éclairer sur ces sujets.
Quel est le but de tous ces calculs ?
Est-ce de la pure absraction ?
Ou y-a-t'il quelque chose de concret qui en ressort ?


Hors ligne

 

#6  13 Mar 2011 10:35:53

Pégase
Modérateur
Date d'inscription: 15 Feb 2011
Messages: 130

Re: Kabbale et Guématrie

Bonjour Didier. Pour commencer nous n'avons pas la même admiration en ce qui concerne Blavatsky. Je partage les réticences de René Guénon à l'égard de cette personne que je trouve particulièrement confuse.
Les citations que tu propose ne me parlent pas.

Pas d'accord avec ça:

Dans la Cabale, la Lumière, le Son et le Nombre sont les trois facteurs de la création.  


Et les 22 lettres alors ? C'est pourtant bien avec la lettre Beith que s'opère la Création du Monde selon le Zohar.
D'autre part il y a une Kabbale graphique liée à la forme des lettres. Ne pas confondre non plus Cabale et Kabbale.
La Cabale (mot qui vient du latin cabalus qui veut dire cheval) étant lié à l'emploi de la langue des Oiseaux en Alchimie.

Dans la Cabale, Aïn-Soph, Shékinah, Adam Kadmon et Séphira, les quatre ou les trois émanations. sont distinctes et cependant unes.

Qu'est-ce que c'est confus tout ça.. L'Aïn-Soph est l'Infini, le Sans-limite (c'est la traduction mot à mot). La Shékinah est la Présence de Dieu. L'Adam Kadmon est l'Homme primordial. Une Séphirah est une catégorie divine, comme je l'ai dit, difficile à définir, d'autant que ce terme est employé indistinctement dans le Sepher Yetzirah comme pour l'Arbre des Séphiroth. Et ce ne sont pas du tout les mêmes..

Ce qui fait que 4 est équivalent à 1 (ce qui est exactement ce que j'ai dit dans mon précédent message où j'indique que 4 est une nouvelle unité.

Mais pas d'accord du tout, là. C'est même exactement le contraire. Le 4 ouvre sur la multiplicité. René Guénon indique bien que le carré est le symbole de la Terre alors que le cercle est celui du Ciel, la Terre étant féminine et le Ciel masculin. Le Ciel masculin renvoie au 1. La Terre féminine renvoie au 2. Donc à la multiplicité. D'où l'architecture des mosquées par exemple, avec 4 murs pour les fidèles et la prière, le tout surmonté d'un dôme circulaire symbolisant le Ciel. En Kabbale, c'est la lettre n°2, la lettre ב, Beith, qui vaut 4.

Lorsque tu dis "La notion du 4 est plutôt la confrontation de 2 + 2 en face à face.", cela veut il dire que tu n'es pas d'accord avec le fait que le ternaire soit une nouvelle unité ?


Je pense que tu voulais dire quaternaire et non pas ternaire..
Le ternaire est bien en lien avec le 1, je l'ai dit dans mon précédent post. La lettre א, Aleph, de valeur 3, est la lettre préférée du Saint parce qu'elle est celle de l'Unité. On ne peut pas être plus clair.
À l'inverse la lettre ב, Beith, de valeur 4 est utilisée pour la Création. Elle ouvre donc bien sur la multiplicité.
Sur l'aspect 4 = 2 + 2 en face à face. C'est la structure même de toute quaternité. Par exemple le Tétramorphe comprend deux axes principaux antagonistes. Un axe "spirituel" Lion/Verseau en conflit (il y a donc dynamique et même une sorte de guerre) avec un axe "matériel" Scorpion/Taureau. Chaque axe comprend deux pôles complémentaires l'un de l'autre. J'espère ici que cela devient plus clair.. Tu remarquera, si tu suis le sens des flèches du schéma, que l'axe Lion/Verseau tourne à droite, alors que l'autre axe tourne en sens inverse.. On ne peut mieux exprimer un antagonisme au sein de cette structure que cet aspect rotatoire.

Après nous avons droit à une nouvelle citation de Blavatsky pour moi particulièrement obscure..

Le 7 est donc équivalent au 4.

AÏe, aïe.. certainement pas ! Le 7 symbolise le Retour au Principe, donc au Centre, lieu du Repos. Rien à voir avec le 4 qui est mise en place d'une dynamique. En fait, le 7 est plus proche du 3 et donc du 1. En fait le 7 intègre le 3 et le 4, 7 = 4 + 3, c'est-à-dire qu'il est encore une fois, retour au Principe, après avoir participé au monde matériel (symbolisé par le 4).. Ce n'est donc pas la même Unité que celle du 3. Bon là ça devient abstrait, mais je pense que les lecteurs peuvent suivre.

Je ne suis pas très doué en astrologie (je n'en connais que de très grande généralité) mais le carré est un aspect entre 2 planètes. Je ne vois donc pas bien le rapport qu'il y a avec le chiffre 4.

C'est très simple, le carré, appelé comme cela parce que l'on divise le cercle en 4, est un aspect de 90° (avec 4 x 90 = 360) de conflit. Cela est cohérent avec ce que je viens d'expliquer.

Si conflit il y a pour le nombre 4, c'est peut être plutôt un conflit de la nouvelle unité avec le ternaire dont il est issu.

Non, le conflit est interne, comme expliqué plus haut.

En fait, j'ai du mal à comprendre à quoi ça sert concrètement (c'est à dire qu'est-ce que cela apporte) tous ces calculs.
Je ne dis pas que le calcul d'Abellio n'est pas correct. En fait, je n'y comprends rien. Je trouve cela beaucoup trop abstrait. Je n'arrive pas à prendre la hauteur suffisante pour le ramener à quelque chose de concret qui me parle.
Il est possible qu'Abellio ait raison et que sa démarche ait un sens.
Disons simplement que je ne la comprends pas. Tout comme je ne comprends pas non plus la démarche du calcul traditionnel.
Peut être pourrais tu m'éclairer sur ces sujets.
Quel est le but de tous ces calculs ?
Est-ce de la pure absraction ?
Ou y-a-t'il quelque chose de concret qui en ressort ?

Cela permet tout simplement de ne pas dire n'importe quoi. Les nombres et le sens des mots se fécondent mutuellement pour dégager un Sens. Par exemple, le nom de la lettre Aleph de valeur 87 peut-être mis en lien avec le mot Eden (Paradis) lui aussi de valeur 87. Cela permet de dégager que pour le Sepher Yetzirah, le cercle équatorial de l'Esprit, représente l'existence paradisiaque. Cela est cohérent (j'insiste beaucoup sur la cohérence interne de tout mon discours..) avec le fait que la demi-sphère inférieure est le lieu de la Chute. Le fait que la somme des quatre lettres du Tétramorphe qui occupent ce cercle et le divise en 4 parts, fasse 132, nombre de la Lumière permet de savoir que ce cercle est une première émanation lumineuse, dont j'ai d'ailleurs donné le trajet (ce qui donne d'ailleurs la clé d'une citation d'Ézéchiel incompréhensible sans cette clé). Le fait que la somme des valeurs développées de ces mêmes 4 lettres donne 588, valeur développée du mot Eden (Paradis) CONFIRME que je ne fait pas fausse route en attribuant à ce cercle le qualificatif de paradisiaque...  Comme on le voit on est loin d'un délire sans bases solides..

Quant à l'aspect: 588 x 67 = 39396, franchement l'équation est simple. On retrouve les nombres 393 et 96 posés côte à côte, alors que 588 est précisément composé dans sa somme de ces mêmes nombres 393 et 96 ! Quant au facteur multiplicatif de 67 il ne doit rien au hasard et à l'arbitraire non plus puisque directement issu du jeu des deux lettres gérant ce cercle équatorial, la lettre Beith au Centre, et la lettre Aleph, attribuée au cercle entier !

On pourrait à la rigueur invoquer le hasard. Sauf que j'ai donné une pléthore d'autres résultats tout aussi miraculeux les uns que les autres et qui mettraient des boutons à tout cotisant d'un cercle zététiste langue

Bien sûr, il est plus facile de tourner la tête de côté et de prétendre qu'il n'y rien à regarder.. Comme on dit, "circulez, etc.." (Je ne dis pas cela spécialement pour toi..)

Dernière modification par Pégase (13 Mar 2011 13:23:39)


"L'ancienne tradition selon laquelle le monde doit être consumé par le feu, au bout de 6000 ans, est vraie, ainsi que je l'ai appris de l'Enfer" William Blake, 1790.

Hors ligne

 

#7  13 Mar 2011 18:17:26

infomysteres
Coopérateur
Date d'inscription: 26 Jun 2010
Messages: 43
Site web

Re: Kabbale et Guématrie

Bonjour Pégase,

Pour commencer nous n'avons pas la même admiration en ce qui concerne Blavatsky. Je partage les réticences de René Guénon à l'égard de cette personne que je trouve particulièrement confuse.

Je ne la trouve pas du tout confuse. Où, si elle l'est, c'est parce qu'elle écrit des ouvrages "ésotériques" qui n'ont pas pour but d'être de la littérature accessible à tout le monde. Et donc, si elle est confuse, tous les auteurs ésotériques le sont.
Disons que, si j'avais lu ce qu'elle écrivait sans avoir lu auparavant les livres d'Annie Besant ou Alice Bailey (qui ont vulgarisé ses ouvrages), j'aurai peut être partagé ton avis. Avec un peu de temps, je pense avoir réussi à comprendre une bonne partie des propos de H.P. Blavatsky. Je reconnais que je ne comprends pas certains sujets qu'elle traite. Mais est-ce parce qu'elle est confuse ou parce que moi, je ne suis pas capable de les comprendre ? J'opterai plutôt pour la deuxième solution.

J'ai un peu le même problème avec la Cabale.

Je ne connais pas la différence entre Cabale et Kaballe.
Ce ne sont donc pas des sujets sur lesquels je pourrais débattre parce que je ne les comprends pas.
Je ne dis pas que les propos sont confus, juste que je ne les comprends pas.

Je me contente de parler des sujets que je connais (ou "crois" connaitre). Parce que je ne peux pas donner mon avis sur ce que je ne comprends pas.

Pour revenir à Blavatsky, beaucoup de thèmes qui, auparavant, étaient confus dans ma tête sont devenus clairs grâce à ce qu'elle a écrit.
Donc, en ce qui me concerne, elle ne m'a pas apporté de la confusion mais beaucoup de clarté.

Par contre, peut être que je "crois avoir compris" mais qu'en fait, je n'ai rien compris. C'est possible. Et c'est pourquoi j'aime bien de temps en temps parler sur des forums pour échanger mes idées avec d'autres pour voir si je dois les changer ou pas.

Pas d'accord avec ça: Dans la Cabale, la Lumière, le Son et le Nombre sont les trois facteurs de la création. 
Et les 22 lettres alors ? C'est pourtant bien avec la lettre Beith que s'opère la Création du Monde selon le Zohar.
...
Ce qui fait que 4 est équivalent à 1
...
Mais pas d'accord du tout, là. C'est même exactement le contraire. Le 4 ouvre sur la multiplicité.

Je pense qu'un symbole ne peut et ne doit être interprété que dans son contexte.
Dans un contexte de trinité (ou ternaire) 4 est analogue à 1 (car il est l'unité formée par la trinité précédente). De même, 7 est analogue 1 (car il est l'unité formée par 4, 5 et 6) et 10 à 1 (car il est l'unité formée par 7, 8 et 9).

Je sais que le 22 est un nombre important également mais dans un autre contexte. Je ne m'y connais pas suffisamment dans les nombres pour discuter en profondeur de ces sujets.

Le 7 symbolise le Retour au Principe, donc au Centre, lieu du Repos. Rien à voir avec le 4 qui est mise en place d'une dynamique. En fait, le 7 est plus proche du 3 et donc du 1. En fait le 7 intègre le 3 et le 4, 7 = 4 + 3, c'est-à-dire qu'il est encore une fois, retour au Principe, après avoir participé au monde matériel (symbolisé par le 4).. Ce n'est donc pas la même Unité que celle du 3.

Dans un contexte de septénaire, c'est très juste et c'est même ce que je dis dans mon livre (et ce que dit H.P. Blavatsky également. Je dirais même que c'est un des piliers de ses enseignements.) en citant un propos de Roger Luc Mary :
« Le quaternaire est le chiffre sacré de ce monde. Il s'inscrit à égale distance de l'Unité impénétrable (4-1=3) et du septénaire (7-4=3) qui exprime son union à la Triade Divine, c'est à dire à l'UN considéré sous ses trois rapports avec la création : puissance, intelligence, amour. Cette situation du quaternaire, à égalité entre le 1 et le 7, définit assez bien la vocation de l'homme : issu de l'Unité, il s'en distingue comme le créé du Créateur, mais il est appelé à retourner au Créateur et à s'unir à lui, manifestant ainsi sa puissance, son intelligence et son amour. Il fait aussi en sens inverse le même chemin, une première fois dans le sens de la différenciation, une seconde fois dans le sens de la réintégration.
Le quaternaire exprime une situation, mais une situation évolutive, l'homme étant placé sur terre, dans une dynamique intéressant tout l'univers. Le 4 symbolise le terrestre, la totalité du créé et du révélé. »

Lorsque je dis que le 7 est équivalent au 1 et au 4, c'est en étant dans un contexte de "trinité".
Par contre, dans un contexte de septénaire, le 4 est exactement ce que tu dis.
Comme analogie, ramené, à l'échelle des civilisations. Le 4 correspond à celle de l'Atlantide (retour à l'équilibre).
Notre civilisation actuelle étant la cinquième (début de la remontée de la matière vers l'Esprit).

Cela permet de dégager que pour le Sepher Yetzirah, le cercle équatorial de l'Esprit, représente l'existence paradisiaque. Cela est cohérent (j'insiste beaucoup sur la cohérence interne de tout mon discours..) avec le fait que la demi-sphère inférieure est le lieu de la Chute.
...
Quant à l'aspect: 588 x 67 = 39396, franchement l'équation est simple. On retrouve les nombres 393 et 96 posés côte à côte, alors que 588 est précisément composé dans sa somme de ces mêmes nombres 393 et 96 ! Quant au facteur multiplicatif de 67 il ne doit rien au hasard et à l'arbitraire non plus puisque directement issu du jeu des deux lettres gérant ce cercle équatorial, la lettre Beith au Centre, et la lettre Aleph, attribuée au cercle entier !

Je ne doute pas de ta cohérence ni que tu trouves que tout ce que tu dis est simple à comprendre.
Par contre, j'aurai envie de te demander de ne pas douter que je ne comprends pas ta cohérence. Tout comme, apparemment, tu ne comprends pas celle que -je pense- avoir.
J'ai beau essayé de comprendre ce que tu me dis, je n'arrive pas à m'y retrouver. Parce que je n'arrive pas à le rattacher à quelque chose de tangible.
Toi non plus, tu n'arrives pas à t'y retrouver dans ce que je dis (et pourtant, j'ai l'impression de faire de mon mieux pour être clair).
Peut-être que nous avons des approches trop distinctes pour nous comprendre.
Mais peut-être aussi, arriverons-nous un jour à nous comprendre...

Merci tout de même à toi pour tous tes échanges.
Car je ne doute pas une seconde que tu as acquis des connaissances très intéressantes.
Et il y a donc certainement beaucoup de choses que tu connais et qui pourraient être intéressant que j'arrive à comprendre.


Hors ligne

 

#8  14 Mar 2011 08:44:19

Pégase
Modérateur
Date d'inscription: 15 Feb 2011
Messages: 130

Re: Kabbale et Guématrie

Effectivement, avons-nous des formations et des approches trop différentes pour pouvoir véritablement communiquer. Merci de cet échange en tous les cas sourire

Peut-être nous retrouverons nous plus en communion sur autre chose plus tard.. clindoeil

Cordialement, sourire


"L'ancienne tradition selon laquelle le monde doit être consumé par le feu, au bout de 6000 ans, est vraie, ainsi que je l'ai appris de l'Enfer" William Blake, 1790.

Hors ligne

 

#9  19 Mar 2011 15:31:48

infomysteres
Coopérateur
Date d'inscription: 26 Jun 2010
Messages: 43
Site web

Re: Kabbale et Guématrie

Merci à toi Pégase également.
Sache que je t'aime bien sourire

Par contre, je n'aime pas ne pas comprendre quelque chose.
Alors je vais essayer de comprendre ta démarche.
Je vais oublier ce que je pense et essayer de me mettre dans "ta tête".

J'aimerai comprendre la guématrie. Ou plutôt comprendre à quoi ça sert.
Alors, je vais te poser des questions -si tu le veux bien- afin que j'arrive à rassembler les morceaux pour les rattacher à quelque chose de tangible pour moi.
Il me faudrait en quelque sorte "une guématrie pour les nuls !"

Si j'ai bien compris, il y a des chiffres associés aux lettres. Jusque là, je crois que j'ai compris.

Par contre, je ne comprends pas pourquoi il y a une polémique entre la version "officielle" et celle d'Abellio.
Pourquoi n'est-il pas possible de déterminer "scientifiquement" laquelle des deux versions est la plus proche de la réalité ?

Je suppose qu'avec une version on obtient certaines traductions et avec une autre, on obtient d'autres traductions ?
Ou alors obtient-on les mêmes traductions avec les deux versions ?
Ou alors, celle d'Abellio permettrait d'avoir plus de traductions ? ou des traductions plus précises ?
C'est là que c'est un peu flou dans ma tête.

Existe-t-il un lexique de ce que traduit la version "officielle" ?
et un lexique de ce que traduit la version Abellio ?
N'est-il pas possible de comparer ces deux versions en ayant une approche la plus rigoureuse possible.

Tu cites des exemples où la version d'Abellio donne des résultats intéressants.
Mais n'y a-t-il pas des exemples où c'est la version traditionnelle qui donne des résultats intéressants et non celle d'Abellio ?

Est-ce que ces deux approches sont réellement contraires ou ne pourraient-elles pas être "mariées" ?

Si déjà tu réponds à ces questions, cela devrait sans doute être un peu plus clair dans ma tête...



Merci à toi


Hors ligne

 

#10  19 Mar 2011 18:59:58

Pégase
Modérateur
Date d'inscription: 15 Feb 2011
Messages: 130

Re: Kabbale et Guématrie

J'aimerai comprendre la guématrie. Ou plutôt comprendre à quoi ça sert.


C'est très simple. Un mot peut avoir une certaine valeur de par la somme des valeurs des lettres qui composent ce mot.
Il peut de ce fait être mis en relation avec un autre mot de même valeur, ou de valeur contraire, ou autre (beaucoup de combinaisons possibles), relation que l'on n'aurait pas songer forcément à faire sans les nombres.

Par contre, je ne comprends pas pourquoi il y a une polémique entre la version "officielle" et celle d'Abellio.
Pourquoi n'est-il pas possible de déterminer "scientifiquement" laquelle des deux versions est la plus proche de la réalité ?


Il n'y a à vrai dire pas vraiment de polémique. Les kabbalistes traditionnels, les plus nombreux, notamment dans les milieux juifs, ignorent purement et simplement les découvertes d'Abellio, sans s'être donné la peine de vérifier les calculs, voir si ceux-ci fonctionnent. Cela est dû à une certaine inertie et une peur inconsciente de remettre en cause toute une exégèse traditionnelle. Cela se comprend.

Mais les rencontres kabbalistiques "traditionnelles" ne sont pas vraiment parlantes. Et pour tout dire assez rares. Par exemple, on connaît l'exemple classique: Père = 3; Mère = 41 --> Enfant = 44 = Père + Mère. Comme on le voit ça marche. Sauf que ce genre de rencontres qui "marchent" sont rares en guématrie classique.

Au contraire, elles sont surabondantes avec la clé fournie par Abellio. J'en ai donné quelques exemples.

Quant à déterminer "scientifiquement" cela est rigoureusement impossible. Pour la bonne raison qu'il est extrêmement difficile de savoir s'il faut attribuer ces rencontres au hasard, à un heureux hasard, ou non.
En fait, c'est la sur-abondance de résultats signifiants qui finit par emporter l'adhésion et la conviction qu'il y a bien "quelque chose"..

Existe-t-il un lexique de ce que traduit la version "officielle" ?
et un lexique de ce que traduit la version Abellio ?

Il n'y a pas de lexique. Ni officiel, ni non officiel. Il s'agit juste de rencontres entre des mots rapprochés par leur valeurs. C'est au kabbaliste de savoir interpréter correctement ces rencontres. C'est ce que j'ai essayé de faire.

Est-ce que ces deux approches sont réellement contraires ou ne pourraient-elles pas être "mariées" ?



Pour moi elles sont incompatibles. La faiblesse des résultats traditionnels y est pour beaucoup. Et cela se comprend. Les valeurs des lettres sont dans un ordre croissant tout ce qu'il y a de plus linéaire. Celles d'Abellio sont fondées sur le cercle. Or le cercle a de tout temps été l'image même de Dieu. Il est logique donc que ces valeurs, déduites du cercle, soient plus pertinentes.

Un bon exemple. La valeur traditionnelle d'Adam est 45. La valeur selon la clé d'Abellio est 39. Laquelle de ces deux valeurs peut se rapprocher le plus facilement de l'âge fourni par la Genèse atteint par Adam quand il meurt et qui est de 930 ans ? Comme déjà dit, il suffit de mettre 930 à l'envers pour obtenir la valeur d'Adam: 39.

Quant à la Sphère des Séphiroth telle que je l'ai présentée en haut de cette page, il est impossible d'obtenir des résultats aussi cohérents que ceux que j'ai présenté avec la guématrie "classique". Je rappelle ici que la lettre ב, de valeur 4, se trouve au Centre. Que la somme des 4 lettres occupant les 4 quadrants du cercle équatorial, fait: 9 + 15 +36 +72 = 132. Ce qui donne cette équation simple: Si on divise ce 132, par 4, valeur simple de ב, Beith, on obtient 33, que l’on va remultiplier par la valeur développée de cette même lettre ב, Beith: 382.

J'espère que tu suis. On remplace simplement la valeur 4 par la valeur 382 attribuée à la même lettre ! Le résultat est: 33 x 382 = 12606, résultat stupéfiant puisque:
12606 = 8778 + 3828 = T 132 + T 87, résultat qui lie ensemble, la Lumière (de valeur 132, somme des 4 lettres des 4 quadrants), la lettre Aleph (de valeur développée 87) et Beith au Centre !.. J'espère que tu es d'accord.. On peut toujours courir pour avoir une telle cohérence interne avec le système classique.

Rappelons que T 132 désigne le trigon de 132, c'est-à-dire la somme des nombres de 1 jusqu'à 132..


Bon je crois que je vais te laisser digérer tout ça.. clindoeil


"L'ancienne tradition selon laquelle le monde doit être consumé par le feu, au bout de 6000 ans, est vraie, ainsi que je l'ai appris de l'Enfer" William Blake, 1790.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire