Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  16 Feb 2011 19:22:58

Succube
Sage
Date d'inscription: 21 Dec 2010
Messages: 748

Kiberen....Ma Bro

@ Thx428, la voici, ma BZH, à moi, Nan mais!bouderire

Kiberen...ma bro .


C’est en dehors des mois d’été que j’aime le rejoindre, quand il n’est pas agressé de toutes parts par des âmes qui voudraient aussi le connaître. Je l’aime dans le froid de l’hiver, sous les pluies et les vents d’automne ou dans la lumière du soleil printanier, lorsque nous sommes presque en tête-à-tête à nous raconter nos pensées intimes…



Ca y est, je suis sur la longue route étroite et fréquentée qui mène à toi. La traversée des villages, les petites boutiques, les vieux, casquette de loup de mer sur le coin de l’œil. Une atmosphère familière, moi qui ne suis pas d’ici.


L’isthme et son odeur caractéristique mélange d’iode et de marée basse, pas forcément agréable, mais qui m’indique que je m’approche du but. Cinq heures de route, la fatigue et la lassitude des kilomètres avalés, et soudain un regain d’énergie, le sourire vient à poindre.


Les arbres sont toujours autant couchés de trop de tempêtes, accrochés à la terre meuble de la lande qui mène aux dunes des Sables Blancs… Quelques surfeurs combinaison noire de circonstance avancent vers la plage, une dame à vélo roule sur la piste cyclable ; celle qui a été installée il y a peu, sans doute nécessaire, mais brisant la farouche nature de ses alignements de barrières de bois…


Le sémaphore et l’arrivée, Sant Per Kiberen…


Aller à droite tout de suite, ne pas rater la ruelle qui s’enfile au travers des maisons blanches aux volets bleus bouffés par les pluies d’hiver. Un virage et le passage à niveau du chemin de fer qui ne fonctionne que l’été. A gauche dans Portivy maintenant, la Coop est ouverte, et c’est là, juste après, la minuscule route ensablée. Au bout, tu es là !


Merveilleuse Côte Sauvage.


Garer la voiture et courir maladroitement dans le sable fin au travers des joncs de mer, je vais te voir, enfin te voir.


Voilà, l’océan à perte de vue, les rochers, le bruit des vagues qui s’y écrasent et le vent, inévitable, compagnon de toujours qui donne cette sensation de liberté dans la solitude du plus grand bonheur enfin retrouvé. Je ne souris plus, non, je ris aux éclats de cette osmose entre toi et moi. Mes pieds rivés à ton sol, ma tête survole l’horizon, mes yeux attrapent les détails.


Je t’aime pour cette émotion chaque fois renouvelée que tu me fais ressentir. Je t’aime parce que tu me manques tant lorsque je suis loin et que c’est comme si c’était hier dès que je suis tout près. Je t’aime parce que tu fais s’envoler mes pensées pour les faire tourner comme le vol du goéland.


Plus rien n’a d’importance à tes côtés, les tristesses, les angoisses, les joies et les peurs, tout redevient normal, pas gênant pour un sou. Juste la vie… un corps et une âme ridicule face à l’immensité de la nature toute puissante…


Là je pourrais mourir…





Mais ce n’est que la fin de notre histoire. Pour en retrouver l’origine, il me faut cheminer jusqu’au château Turpault.


Ainsi mes pas me guident au milieu de la lande désormais protégée, sur la sente qui ondule d’un pic vertigineux dans la mer à un silence de légendes enfouies dans les combes de nos mémoires. Y croiserai-je les elfes, les korrigans, ou peut-être même l’Ankou*…


Les mollets tiraillent au gré des plongées vers les plages pour grimper encore sur les hauteurs, elles où chaque instant est différent, au fil des jours et des années qui passent. La mer ici n’est jamais la même, chaque éclat de vague en est un nouveau… parfois d’huile, l’étendue sait devenir la bête indomptable et rugissante. C’est alors la peur d’être arraché à la terre ferme qui s’installe, mais la fascination du spectacle prend le dessus. Des heures sans bouger à attendre le prochain rouleau plus fort, plus impressionnant que le précédent, moins que le suivant, au risque d’y être emporté. Comme le vertige attire irrémédiablement vers le vide celui qui en souffre, la folie tempétueuse entraîne aux pires dangers. Il faut savoir raison garder et laisser le respect entre l’homme et les éléments déchaînés prendre place, admirer sans s’abîmer.





Au gré de mes foulées, après moult arrêts de contemplations béates sur ces paysages changeants, proches et précis, lointains et étendus, j’arrive enfin au refuge.


Chez mon ami Jacky, à l’ancien Vivier. Je vais entrer et avec moi le souffle des embruns, le temps de réussir à refermer cette fichue porte qui résiste inlassablement. Deux belles bises sur les joues, on prend des nouvelles, puis on s’assoit pour une remontant mérité. Le visage appuyé dans le creux de la main, il ne reste qu’à tendre l’oreille et écouter les anciens parler. Des nouvelles du jour comme des vieilles histoires de naufrages, teintées d’un humour où l’œil pétille encore derrière la nostalgie des années passées en mer… Un bonheur tout simple, si simple, une régalade pour l’esprit tourmenté, imprégné des images bouleversantes, à peine délaissées.


Je resterai le temps de sécher les habits détrempés du côté d’où venait le vent, l’ouest le plus souvent pour les plus belles vagues. Et si le soleil daigne subitement pointer son nez comme il sait si bien le faire le soir venant, écartant les lourds nuages bleu-gris, le « glaz », pour à nouveau éclairer la sombre atmosphère, je traînerai encore en dégustant quelque chair de crustacé goulument trempé dans cette rouille qui fleure bon l’ail, jusqu’à ce qu’il rejoigne la nuit après avoir embrasé l’onde et le ciel d’horizon de mille couleurs.


Il ne reste plus que quelques centaines de mètres pour rejoindre la civilisation, une promenade de grand-mère, plus douce, moins collineuse, mais tout aussi jolie. J’y rencontrerai sûrement Michel noyé sous les bières, et son éternelle gentillesse, avec son chien Gwen a Du (ça ne s’invente pas !). Il me montrera encore le « rocher crocodile » et « le trou de la grotte aux trésors et aux démons » que l’on découvre à marée basse, souvenirs attendris de sa lointaine enfance. Oublié, ce sera pour une autre fois, le détour au-delà des ronces et des genêts par le calme et attachant village de Manémeur.


La fin de la côte approche, j’ai retrouvé ta naissance, mon amour, et mille fois je referai le chemin sans jamais me lasser de ta beauté unique et ensorcelante.





Kiberen, tu es à moi comme je suis à toi, et dans ma générosité, que j’aime te partager…



http://www.petitfute.com/tourisme_en_fr … blissement


L’Ankou* : http://www.bagadoo.tm.fr/kemper/LEBRAZ/chap3.htm


http://www.dailymotion.com/relevance/se … ron_travel


http://www.dailymotion.com/relevance/se … 005_events





http://3.bp.blogspot.com/_Po569GD2dGc/TDx-KyoJ9oI/AAAAAAAAABI/R7tMP-nosQA/s1600/kiberen.jpg


La langueur porte bien plus loin l'esprit que n'importe quelle philosophie. Succube

Hors ligne

 

#2  16 Feb 2011 20:45:34

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: Kiberen....Ma Bro


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#3  16 Feb 2011 20:58:03

Succube
Sage
Date d'inscription: 21 Dec 2010
Messages: 748

Re: Kiberen....Ma Bro

Grrrr...


La langueur porte bien plus loin l'esprit que n'importe quelle philosophie. Succube

Hors ligne

 

#4  16 Feb 2011 21:01:30

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: Kiberen....Ma Bro

T'es pas sympa, moi la chanson elle ne dure qu'1'21"…
Merci pour le pont clindoeil


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#5  16 Feb 2011 21:09:59

Succube
Sage
Date d'inscription: 21 Dec 2010
Messages: 748

Re: Kiberen....Ma Bro

Ben, plus c'est long, plus c'est bon, non?

http://www.emoticonland.net/smileys/Anges/ang15.gif


La langueur porte bien plus loin l'esprit que n'importe quelle philosophie. Succube

Hors ligne

 

#6  17 Feb 2011 03:28:34

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: Kiberen....Ma Bro

http://smileys.sur-la-toile.com/repository/Content/00101.gif

Dernière modification par Max (17 Feb 2011 03:29:26)


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#7  21 Feb 2011 03:40:29

Thx428
Missionnaire
Lieu: BZH (29)
Date d'inscription: 2 Oct 2010
Messages: 477
Site web

Re: Kiberen....Ma Bro

Magnifique!
Merci beaucoup SUccube,j'ai lu ces vers la gorge nouées par l'émotion,sincèrement...applaudi

Et sache Ma chere Succube,que l'on ne nait pas Breton,mais on le devient par CHOIX...comme le dit si bien Gilles SERVAT qui a préferé sa Terre à l'Amour qu'elle lui donnait...
mais tout ça,tu le sais déjà clindoeil bisou

Dernière modification par Thx428 (21 Feb 2011 03:41:47)

Hors ligne

 

#8  21 Feb 2011 04:01:16

Thx428
Missionnaire
Lieu: BZH (29)
Date d'inscription: 2 Oct 2010
Messages: 477
Site web

Re: Kiberen....Ma Bro

Cadeau pour toi Succube clindoeil   sur une magnifique musique d'un chanteur Breton exceptionnel : Denez Prigent (chanson composé par lui même: "Gortoz a ran" et qui a servit pour un film grandiose:"La chute du Faucon noir")

Dernière modification par Thx428 (21 Feb 2011 04:05:37)

Hors ligne

 

#9  21 Feb 2011 04:25:55

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: Kiberen....Ma Bro

Moi ce que j'en dis, hein Succube, si c'est pas de l'… C'est quoi alors?


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#10  4 Mar 2011 21:27:55

Succube
Sage
Date d'inscription: 21 Dec 2010
Messages: 748

Re: Kiberen....Ma Bro

Oh! Je viens seulement de voir cela.

Merci beaucoup charmant futur voisin, pour ces images tumultueuses comme je les aime et pour le merveilleux morceau de Denez Prigent....

Hmmpf... Ca transporte! http://www.emoticonland.net/smileys/Meteo/mete022.gif



Heu...Max... C'en est, c'en est! Y a plus de doute! http://www.emoticonland.net/smileys/Amour/11_1_205.gif  rire


La langueur porte bien plus loin l'esprit que n'importe quelle philosophie. Succube

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire