Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#11  8 Mar 2011 14:03:17

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Clonage possible ? farfelu ?… ou tout simplement déplacé

Le philosophe : Le clonage ne relève pas de la morale.
Critiques, par deux experts, de la raison éthique.

OGIEN RUWENRuwen Ogien est philosophe, directeur de recherches au CNRS, il a publié, entre autres, «les Causes et les Raisons, philosophie analytique et sciences humaines» (J. Chambon 1995) et «le Réalisme moral» (PUF, 1999).»

Toutes sortes de projets d'innovation technique ou sociale (clonage reproductif humain, adoption d'enfant par des couples homosexuels, etc.) sont critiqués pour des raisons dites éthiques. Quand on y regarde d'un peu plus près, on s'aperçoit, que, parmi ces raisons dites éthiques, un certain nombre devraient probablement être qualifiées autrement. Il serait plus juste de dire qu'il s'agit de raisons psychologiques, sociales, politiques, juridiques, religieuses, techniques, etc.

Ce genre de confusion ne doit pas nous surprendre. Il n'est pas très facile de distinguer les raisons éthiques de celles qui ne le sont pas. Personnellement, je crois qu'il vaut mieux, dans ce domaine, adopter une stratégie minimaliste ou déflationniste, en réservant la qualification d'éthiques à un groupe très limité de raisons. Celles, par exemple, qui invoquent l'égale considération des intérêts ou de la dignité de chacun (à condition de donner un sens suffisamment clair à cette formule). Si on adopte cette stratégie minimaliste ou déflationniste, de nombreux problèmes, pompeusement baptisés «éthiques», rejoindront la catégorie plus terre à terre (mais non moins honorable) des problèmes psychologi ques, sociaux, juridiques, techniques etc. On entend souvent dire que le clonage reproductif humain pose des problèmes éthiques effrayants et sans précédent. Mais, si le clonage ne menace en rien le principe d'égale considération des intérêts ou de la dignité de chacun (comme il semble bien que ce soit le cas), où est le problème éthique? En fait, le clonage paraît plutôt poser un problème politique ou juridique d'une banalité déprimante: comment éviter l'exploitation malveillante d'une technique qui, en elle-même, est neutre ou indifférente du point de vue éthique?



Source et suite
http://www.liberation.fr/cahier-special … -la-morale


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#12  8 Mar 2011 14:08:50

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Clonage possible ? farfelu ?… ou tout simplement déplacé

BIOTECHNOLOGIES
Dignité, éthique et clonage.
TRAVAUX DE LA COMMISSION MARCHÉS ÉMERGENTS - NOUVELLES TECHNOLOGIES DU BARREAU DE PARIS
vendredi 28 mars 2003, par Véronique Tharreau

(…) En effet l’humanité dans son unité est constituée par la diversité de ses membres. L’humanité dans sa continuité est animée par le hasard de la reproduction. Finalement on peut se demander si l’hypothèse du clonage ne toucherait pas du doigt les actes sanctionnés par les Statuts de Nuremberg parce qu’infligés pour des motifs politiques, religieux ou raciaux, et nous pourrions ajouter, eugéniques. L’interdiction du clonage sur le fondement de la dignité humaine paraît dès lors rationnelle à condition d’y voir un principe universel dont la vocation serait notamment de jouer en tous lieux voire tous temps.

C’est indubitablement ce raisonnement qui a conduit le gouvernement à déclarer le clonage, crime contre l’espèce.

D’aucuns invoqueront l’avancée nécessaire de la médecine et de la science, avancée qui est susceptible de profiter à l’homme. Ils ajouteront aussi que les nouvelles découvertes ou inventions ont de tout temps provoqué de fortes réticences.

Le clonage reproductif est en revanche susceptible de bouleverser fondamentalement la reproduction des êtres humains, ce qui perturbe en conséquence la famille humaine.

En tout état de cause, on a pu voir par le panorama qui a été fait des législations européennes, que les réponses pouvaient varier mais qu’en dépit de ces législations différentes, les instances européennes, soulignent cet aspect de la dignité. (…)



Source et complément
http://www.avocats-publishing.com/Digni … et-clonage


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#13  3 Apr 2011 01:06:20

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Clonage possible ? farfelu ?… ou tout simplement déplacé

01 février 2011

Les visions et les craintes face au clonage et B) Le clonage : un futur commerce?

Le clonage : un futur commerce ?

Tout d'abord, ce qui fait peur est l’un des moteurs permettant de réaliser ces projets : l'argent. On trouvera toujours des gens qui seront prêts à répondre aux exigences d'un client fortuné, qui a les moyens de réaliser ses fantasmes. Les perspectives du clonage semblent donc être réels pour certaines personnes. La course aux clones a commencé et apparaît comme un enjeu économique. Certains chercheurs et industriels voient déjà les débouchés rentables de ce type de manipulations.

De plus, le clonage thérapeutique aurait un coût très important si on voulait réparer des parties du corps à l'aide d'organes clonés, comme les reins, les poumons, le cœur… Cependant certains seraient prêts à mettre des milliards pour cloner un être cher. Cela serait alors à la portée des plus riches uniquement, créant ainsi une sorte de discrimination.

Ensuite, le clonage a un but commercial : le trafic d'ovocytes par exemple. Ces ovocytes étant peu nombreux : les traitements hormonaux font que l'on récupère une dizaine d'ovocytes par cycle, or, la réussite d'un clonage nécessiterait une centaine d'ovocytes. Un trafic important permettrait de multiplier le nombre d’ovocytes et donc les perspectives de clonage. Cependant, ces trafics dangereux pour les ovocytes et pour l’Homme mettraient à mal les recherches scientifiques, qui coûtent très cher. De plus, l’argent deviendrait un facteur dominant pour pratiquer le clonage, car pour avoir un clone, il faut le plus souvent un ovocyte. En conséquence, les ovocytes pourraient devenir rares et donc, le clonage pourrait être corrompu par des histoires sombres d’argent dans des études scientifiques.

Enfin, l'enjeu économique est énorme. La sécurité sociale ne peut pas souhaiter la réussite de la médecine prédictive, qui étudie les facteurs de risques d'apparition de certaines maladies avant que celles-ci ne surgissent, et qui empêcherait la naissance de trop d'individus à risque, donc la multiplication d’organes clonés permettrait d’être rassurer si des maladies difficiles à soigner apparaissent. En conséquence, la multiplication des trafics d’ovocytes serait omniprésente, en vue de cloner encore plus. L’enjeu économique est donc réel, car il est soutenu par la peur d’un manque d’organes, de graves maladies et de la perte de contrôle de l’être humain. Cet enjeu est important car il permettrait aussi de développer une économie médicale qui s’appuierait sur les travaux scientifiques.



Source et complément
http://clonagehumain.canalblog.com/arch … index.html


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#14  2 May 2011 21:49:57

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Clonage possible ? farfelu ?… ou tout simplement déplacé

Etats-Unis : autorisation du financement public de la recherche sur cellules souches

http://nsa25.casimages.com/img/2011/05/02/110502095519986735.jpg

Une cour d'appel fédérale américaine a autorisé vendredi la poursuite du financement public de l'étude sur les cellules souches embryonnaires. Cette nouvelle décision achève l'interdiction sur la recherche qui avait été établie en première instance en août.

L'autorisation de poursuivre le financement public de la recherche sur les cellules souches embryonnaires a provoqué l'enthousiasme de la Maison Blanche. Celle-ci n'a pas manqué d'exprimer sa satisfaction, qualifiant la décision de la cour d'appel de "victoire pour nos scientifiques et les patients du monde entier", selon les propos rapportés par l'AFP.

Après 8 ans d'interdiction,  Barack Obama avait, en mars 2009, permis la recherche publique sur les cellules souches afin de développer de nouveaux traitements thérapeutiques. Toutefois, le 23 août 2010, le juge fédéral Royce Lamberth avait donné raison à deux scientifiques qui contestaient la décision.

Une procédure de recherche au sein d'un débat idéologique

Selon les opposants, un embryon doit être considéré comme un être humain à part entière ce qui interdit tout financement d'une recherche liée à sa destruction, quand bien même celle-ci permettrait de sauver d'autres vies. Leur défense se base sur l'amendement Dickey Wicker adopté par le Congrès en 2006. Celui-ci interdit l'utilisation de fonds publics dans une procédure comprenant la destruction d'un embryon.

La décision de la cour d'appel fédérale a mis fin hier au débat en donnant son accord à deux voix contre une pour la relance de l'administration Obama. Selon elle, "l'amendement Dickey Wicker n'interdit pas le financement public d'un projet utilisant des cellules souches provenant d'un embryon puisque une cellule souche n'est pas un 'embryon' et ne peut pas se développer pour devenir un être humain".

Selon Nick Papas, porte-parole de la présidence : "Une recherche responsable sur les cellules souches recèle le potentiel de soigner certaines des maladies les plus graves et donne de l'espoir à des familles dans tout le pays et le monde entier". Ces études devraient permettre d'offrir des perspectives dans le traitement de lourdes pathologies comme le diabète, la maladie de Parkinson, l'Alzheimer ou encore la paralysie suite a des blessures de la moelle épinière.

Source
http://www.maxisciences.com/cellule-sou … 14343.html


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#15  12 May 2011 09:42:59

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Clonage possible ? farfelu ?… ou tout simplement déplacé

Clonage humain - les risques

L'objectif de la recherche sur le clonage humain n'a jamais été de cloner une personne ou de faire naître des bébés pouvant servir de " pièces de rechanges ".

Cette recherche vise à obtenir des cellules souches destinées à soigner des maladies graves (clonage thérapeutique).

Toutefois, les résultats des recherches sur les cellules souches issues du clonage humain et animal ont été publiés : comme pour toute découverte scientifique, ces résultats sont accessibles dans le monde entier.

Il était inévitable qu'un jour ou l'autre, personnes certains individus abusent de cette connaissance. Dans plusieurs pays du monde, des soit-disant médecins ont déjà annoncé leur intention de cloner un bébé.

Ces personnes ne travaillent pour aucune université, hôpital ou autre institution reconnus par un gouvernement. La communauté scientifique s'est opposée à l'unisson à tout éventuel clonage d'un enfant.

" La majorité des recherches publiées montre que le clonage de mammifères se termine le plus souvent par la mort ou la mutilation du clone " souligne John Kilner, président du Centre pour la Bioéthique et la dignité humaine aux Etats-Unis.

Personne ne sait exactement jusqu'où sont parvenu les tentatives de cloner un bébé. En avril 2002, un scientifique italien, le Dr Severino Antinori, a déclaré avec désinvolture que trois femmes portaient déjà un embryon cloné. Il s'est depuis retiré de la scène médiatique et n'a jamais confirmé ou infirmé cette révélation. Il a peut-être menti, ou bien sa tentative a-t-elle échoué, mais il semble que son dessein soit réellement de cloner un enfant dans le futur proche.

Les médecins considèrent que les risques liés au clonage humain sont considérables.

" Exposer les êtres humains au clonage n'est pas prendre un risque inconnu, c'est faire sciemment du mal au gens ", précise John Kilner.

La plupart des scientifiques partagent ce point de vue. Dans une vaste majorité des cas, les tentatives de clonage animal ont débouché sur des embryons malformés ou sur des fausses couches. Les scientifiques rappellent que les quelques rares animaux clonés ayant vu le jour souffrent d'anomalies indétectables lors des examens intra-utérins; il s'agit par exemple de malformations de l'épithélium respiratoire.

En 1996, le mouton Dolly fut cloné. Dolly est le premier animal cloné à partir d'un ADN prélevé sur un mouton adulte. Auparavant, on utilisait l'ADN d'un embryon. Même si Dolly semble en assez bonne santé, des doutes planent sur son possible vieillissement prématuré. De plus, 277 tentatives infructueuses ont été nécessaires avant de parvenir à obtenir un clone viable.

Qui accepterait de réaliser des d'expériences aussi hasardeuses sur des bébés humains?

Cependant, certaines personnes accepteraient le clonage pour avoir un enfant. Par exemple, des parents qui auraient perdu en bébé et voudraient le remplacer, ou encore des couples stériles. l'ADN d'un homme stérile pourrait être inséré dans l'ovule de sa partenaire, créant ainsi un clone de lui-même.

Si le clonage est votre unique chance d'avoir un enfant, y auriez-vous recours? Et qui aimeriez-vous connaître, le clone ou l'original? Pourriez-vous reconnaître un enfant cloné parmi des enfants " naturels "?

Source
http://www.bionetonline.org/francais/co … _cont5.htm


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#16  12 May 2011 09:44:22

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Clonage possible ? farfelu ?… ou tout simplement déplacé

Que sont les cellules souches?

Les cellules souches sont des cellules remarquables dont le destin n'a pas encore été fixé. Elles peuvent se transformer en une variété de cellules de différents types, selon un processus appelé "différentiation".
Durant les premières étapes du développement humain, les cellules souches dans l'embryon "se différentient" en tous les types de cellules du corps humain: cerveau, os, cœur, muscle, peau, etc.

Les scientifiques sont séduits par la possibilité de domestiquer les capacités naturelles spectaculaires de ces cellules souches embryonnaires pour soigner différentes maladies. Par exemple, les maladies de Parkinson et d'Alzheimer proviennent d'une lésion du cerveau touchant des groupes de cellules bien spécifiques. En transplantant des cellules souches d'un embryon dans la partie endommagée du cerveau, les scientifiques espèrent remplacer le tissu cérébral endommagé.
Dans un avenir proche, la recherche sur les cellules souches pourrait représenter une révolution dans le traitement d'autres maladies mortelles telles que les attaques cérébrales, le diabète, les maladies cardiaques (dont l'infarctus) et les paralysies.

Les pays ont des attitudes différentes quant à l'utilisation de cellules souches embryonnaires humaines pour la recherche et le traitement médical. En Allemagne, par exemple, il est illégal de prélever des cellules souches sur un embryon.

En revanche, au Royaume-Uni, ce prélèvement est légal mais strictement régulé : les scientifiques britanniques peuvent utiliser les embryons humains pour la recherche jusqu'à 14 jours après la fécondation. A ce stade l'embryon est une boule creuse de cellules d'une taille d'environ un quart d'une tête d'épingle (0,2 mm).

De nombreux pays ne disposent d'aucune législation explicite pour réglementer la recherche sur les cellules souches humaines.

Puisque l'utilisation d'embryons est controversée d'un point de vue éthique, les scientifiques du monde entier sont en quête d'autres sources de cellules souches. L'une des possibilités est d'utiliser un type de cellule situé dans la moelle osseuse d'adultes. Ces cellules souches ont déjà le potentiel de "se différentier" en une variété de cellules sanguines tout au long de la vie.

A l'avenir, les scientifiques espèrent manipuler ces cellules souches adultes pour qu'au lieu de produire des cellules sanguines, elles puissent également fournir des cellules de cerveau, de foie, de cœur et de nerfs.

Toutefois, d'ici là, les cellules souches issues d'embryons représentent probablement les perspectives les plus immédiates pour de nouveaux traitements.

Source
http://www.bionetonline.org/francais/co … _cont1.htm


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#17  12 May 2011 09:45:35

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Clonage possible ? farfelu ?… ou tout simplement déplacé

D'où viennent les embryons humains?

Actuellement, il y a au moins 100 000 embryons humains "en stock" , conservés dans les congélateurs des centres de FIV (fécondation in vitro). de toute l'union européenne.

Ces embryons ont été créés lors des traitements contre la stérilité par FIV. Lors de ce traitement, plusieurs ovules sont fécondés simultanément. Une partie d'entre eux sont ensuite implantés dans l'utérus de la mère, et le reste est congelé dans le cas où la première tentative de grossesse échouait.

Si le couple ayant recourt à la FIV obtient immédiatement une grossesse, il peut décider de ne pas utiliser les embryons restants. Dans certains pays, les couples ont la possibilité de faire don de ces embryons à la recherche ou encore, ils peuvent choisir de s'en débarrasser.

Certains de ces embryons stockés ne font cependant l'objet d'aucune décision. Au cours de ces 20 dernières années (depuis que la FIV existe) un grand nombre de donneurs de sperme et d'ovules ont changé d'adresse, se sont remariés et ont changé de nom, ou peut-être sont-ils même décédés. Les centres de FIV ne sont pas toujours capables de retrouver leurs traces. Le destin de nombreux embryons stockés est donc incertain.

Une seconde possibilité d'obtenir des cellules souches, encore plus controversée, consiste à créer des embryons destinés uniquement à la recherche ou au traitement médical. Bien qu'il n'est jamais été question de les manipuler dans le corps d'une femme, de nombreuses personnes (et certains gouvernements). considèrent que créer un embryon à cette fin est un mauvaise option d'un point de vue éthique.

Néanmoins, il existe déjà des millions de spermatozoïdes et des milliers d'ovules non fécondés dans les congélateurs des centres de FIV à travers toute l'Europe. Si les spermatozoïdes étaient utilisés pour féconder les ovules, on disposerait d'encore davantage d'embryons pour fournir des cellules souches et soigner des maladies.

Il existe un dernier moyen pour obtenir des embryons humains : recourir à la technique du clonage. Elle permet la création d'un embryon humain contenant le patrimoine génétique complet d'une personne vivante. En théorie, si l'on implante cet embryon dans l'utérus d'une femme, le bébé serait le clone (une copie génétique identique) de cette personne. Mais si on l'utilise en recherche, sans l'implanter dans l'utérus maternel, l'embryon pourrait fournir des cellules souches permettant de soigner des maladies.

Source
http://www.bionetonline.org/francais/co … _cont2.htm


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#18  13 Jun 2011 15:48:57

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Clonage possible ? farfelu ?… ou tout simplement déplacé

Une vision des choses…

Humain, plus qu'humain
Après s’être débarrassé de Dieu, l’homme est en passe de se débarrasser de lui-même par les manipulations génétiques.

http://nsa19.casimages.com/img/2011/06/13/1106130354484193.jpg
Depuis très longtemps, on sait que le jour viendra où la génomique tiendra ses promesses. Il fallait pour cela que les progrès informatiques dégagent la puissance de calcul nécessaire pour réduire massivement le coût du séquençage du génome (végétal, animal et humain); et que les leçons soient tirées des premières expériences de clonage d’un être vivant et d’introduction de gènes d’une espèce dans une autre. Ce jour est arrivé. Et les exploits les plus insensés, rêves et cauchemars, sont désormais réalisables.

Ainsi, une équipe de chercheurs argentins, qui avait déjà su cloner une vache capable de produire de l’insuline, vient d'introduire simultanément deux gènes humains dans le génome d'un mammifère: une  vache a reçu deux gènes humains contrôlant la production du lait maternel chez la femme; ils permettront au lait de cette vache de contenir de la lactoferrine et du lysozyme, deux protéines tres abondantes chez la femme et presque absentes chez la vache,  favorisant chez les enfants qui en consommeront l'assimilation du fer, la fabrication des globules rouges, le développement des dents et de certaines cellules intestinales. Plus encore, les veaux issus de cette vache auront une chance sur trois de disposer des mêmes  gènes modifiés.   

A priori, il s’agit d’un grand progrès: qui peut critiquer une technique qui permettra d'améliorer la santé des enfants en améliorant les qualités du lait qu’ils consomment? Pourtant, bien des questions se posent: le lait d’une telle vache sera-t- il consommable sans risque? Une vache ainsi clonée  et modifiée génétiquement est-elle encore une vache, ou bien  constitue-t-elle l’amorce d’une nouvelle espèce animale?  A-t-elle une dimension humaine? Enfin, consommer sa viande serait–il cannibale?

Ces questions sont d’autant plus importantes que cette innovation, en apparence mineure, s’inscrit dans un ensemble de mutations beaucoup plus vastes , qui permettent déjà, et permettront plus encore demain, de faire porter des gènes humains par des animaux et, en travaillant sur les cellules souches,  de rendre des organes animaux compatibles avec l’espèce humaine, afin de les y greffer. Plus loin encore, on créera des espèces animales nouvelles, des chimères, capables d’intervenir dans des milieux difficiles, radioactifs par exemple, ou de remplacer les hommes au combat. Et même, transgression suprême, de doter des animaux  d’un cerveau proche de l’humain. Un peu plus tard, la rencontre de l’informatique, de la génomique,  des nanotechnologies et des neurosciences permettra à l’homme de créer d’autres espèces, ultra-humaines, hyper-humaines.

Qu’on n’espère pas y mettre une barrière. A moins d’une très improbable police mondiale, faisant du génome un sanctuaire, on trouvera toujours un lieu pour mener ces expérimentations, peu coûteuses, en les justifiant par la promesse  de guérir des maladies rares ou de prolonger  l’espérance de vie des hommes. Et  même si l’Occident y résiste, les pays émergents, de l’Argentine à la Chine, en passant par le Brésil et demain le Nigéria et l’Indonésie, accueilleront des  chercheurs prêts à tout.  Après s’être débarrassé de Dieu, l’homme se sera débarrassé de lui-même.

Jacques Attali

Cette chronique a été publiée dans L'Express

Source
http://www.slate.fr/story/39345/genetiq … mme-avenir


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#19  14 Jun 2011 04:42:16

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: Clonage possible ? farfelu ?… ou tout simplement déplacé

Attali n'a pas vraiment tord, surtout pour ça:

Qu’on n’espère pas y mettre une barrière. A moins d’une très improbable police mondiale, faisant du génome un sanctuaire, on trouvera toujours un lieu pour mener ces expérimentations, peu coûteuses, en les justifiant par la promesse  de guérir des maladies rares ou de prolonger  l’espérance de vie des hommes. Et  même si l’Occident y résiste, les pays émergents, de l’Argentine à la Chine, en passant par le Brésil et demain le Nigéria et l’Indonésie, accueilleront des  chercheurs prêts à tout.

Parce que là, il y a beaucoup d'argent à se faire, de l'agroalimentaire à la chirurgie, de la pharmacie à l'armement.

Dernière modification par Max (14 Jun 2011 04:44:52)


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#20  19 Jun 2011 13:59:33

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Clonage possible ? farfelu ?… ou tout simplement déplacé

Argentine : une vache clonée pour donner du lait maternel

http://nsa19.casimages.com/img/2011/06/19/110619020512924703.jpg



Des chercheurs argentins ont annoncé avoir cloné une vache qui pourrait donner du lait maternel. A quelques nuances près, une équipe chinoise arrivait à la même conclusion. Le clonage des animaux à des buts médicamenteux franchit un cap supplémentaire. Des procédés qui sont utilisés par des mouvements artistiques pour d'autres revendications.

« La vache clonée, baptisée Rosita ISA, est le premier bovin né au monde avec deux gènes humains contenant les protéines dans le lait maternel », selon l’Institut technologie agricole (INTA). Une découverte qui va changer beaucoup de chose chez les nouveaux nés, d’après les responsables de recherches de l’INTA et l’Université argentine de San Martin.

C’est en quelque sorte un pas supplémentaire vers l’utilisation du clonage à des fins médicamenteux pour l’homme. « Le clonage est jusqu’à présent le seul procédé qui permet de modifier génétiquement et de façon ciblée des animaux d’élevage, par exemple pour fabriquer des protéines thérapeutiques dans les glandes mammaires des vaches », expliquait Eckhard Wolf, spécialiste de la génétique animale à l’université Ludwig Maximilian à Munich.

La découverte de l’équipe de chercheurs argentins vient après l’annonce de chercheurs chinois d’avoir mis au point un procédé similaire, mais en clonant deux vaches portant chacune l’un des deux gènes alors que l’équipe argentine a réussi à implanter les deux dans une même vache.

Source et suite
http://www.rfi.fr/science/20110612-arge … t-maternel


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire