Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#11  30 Dec 2010 23:13:25

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: La Thèse du Complot

Non666 a dit :

Le 11 septembre implique un choix de cible qui n'est pas du tout le fruit du hasard, des interets sous-jacent evident et un controle total sur l'information, non seulement aux etats unis et chez les godons, mais aussi chez nous, en France .

C'est cela qui est inquietant et qu'il faut mettre en perspective avec la liste de ceux qui controlent l'information en France:
Bouyghes, Beterlsmann, Lagardere, Weil, Arnault, Bolloré, Rottschild, Vivendi , Dassault....

C'est les memes interets que ceux qu'on appellent aux etats unis les "neo-cons".
Les "amis d'israel" et les grands interets financiers.

Mais c'est surement un hasard.

Analyse très juste, un exemple avec Bernard Arnault pour se rendre compte.
PDG de LVMH premier groupe de Luxe mondial.
1ere fortune de France, 7eme fortune mondiale commandeur de la Légion d'Honneur, ne demandons pas qui la lui a refilée.
Témoin du mariage entre Nicolas Sarkosy et Cécilia Sarkosy, invité au Fouquet's lors de sa dernière élection.

Cocasserie :  un 1er mariage avec Anne Dewavrin remariée depuis avec Patrice de Maistre... ça vous dit vaguement quelque chose ! mais si le c'est la fermeture cassée du porte monnaie de Liliane Bettencourt.

Dans la presse il contrôle :
Le quotidien "Les Échos"  journal information économique et financière,
et contrôle également son principal concurent: le journal "La Tribune". nondit

Sinon il est accessoirement le PDG de :
Investir, Givenchy, Kenzo, Céline, Conforama, Guerlain, Sephora, Moet et Chandon, Louis Viutton, , Veuve Clicquot, plusieurs marques de champagnes, Hennessy, Radio Classique, la Financière Agache, le groupe Boussac,  Feadship (Yacht de luxe), Christian Dior, le grand magasin Le Bon Marché, Marc Jacob... .... et beaucoup d'autres encore il est même dans le capital de Carrefour.

Bref Luxe, Presse, et Politique font allègrement bon ménage, et nous enrichissons cet état de fait tous les jours de par  notre consommation. Comme dit plus haut par non666 "Toujours suivre l'argent" pour appréhender.
Les dés sont pipés, l'information est en vase clos, "voici" pourquoi il semblerait que tous les journalistes d'investigation de jadis soient plus préoccupés par les grains de beauté sur les fesses de la 1ere dame de France que par les déclarations d'Aaron Russo. j'ai beau réfléchir je ne voie qu'une raison à ça, celle de masquer au public les vraies réalités qui les concernent.   

On connait aujourd'hui avec certitude les grands secrets d'hier, l'opération Northwood pour attaquer Cuba, comment Johnson, Hoover, Dulles et leur clique ont fait assassiné Kennedy, comment Nixon à trempé dans tout ce qui s'est fait de fieleux à l'époque,  comment Bush grand'pa a fait fortune dans des entreprises juteuses avec les nazis, comment son fiston Georges a financé et armé Hussein pendant le conflit Irano-iraquien, comment les princes d'Arabie Saoudite ont financé l'arrivée au pouvoir de Powell,  comment le groupe Carlyle s'est engraisser sur tous les conflits dans lesquels ont trempé les US ces 20 dernières années, comment la quasi totalité de ce gouvernement a des intérêt particulier dans les affaires pétrolières et d'armement et s'engraissent honteusement, Rumsfeld, Cheney et Bush en tête. Le voile se lève peu à peu sur les décombres et les secrets du Wall trade et les dessous du patriot act imposé par Ashcroft à l'époque, sur les motivations pour envahir l'Irak, tout ceci et des milliers d'autres encore qui nous sont connues ou non, ou que nous avons oublié, comment en France on nous a vendu l'Europe... Tout ça sur fond de mondialisation de pouvoir des banques et paupérisation du peuple que nous sommes.

Ou est passé la vérité, la morale et la logique ou sont les êtres humains ?




Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#12  18 Mar 2011 14:43:06

Apollo
Missionnaire
Lieu: Dordogne
Date d'inscription: 12 Jan 2011
Messages: 198

Re: La Thèse du Complot

Des centaines de témoignages d'explosions, des effondrements à une vitesse proche de la chute libre, des feux inextinguibles dans les décombres, la présence d'acier fondu, etc. ... Des experts soutiennent que la réalité observée est incompatible avec la théorie officielle des effondrements (par incendies) mais qu'elle corrobore l'hypothèse d'une destruction volontaire par explosifs.  Point sur une controverse scientifique.




Source et Suite:

http://www.reopen911.info/11-septembre/ … u-realite/

Hors ligne

 

#13  3 Jun 2011 21:29:02

Maverick
Nouveau Membre
Date d'inscription: 3 Jun 2011
Messages: 1

Re: La Thèse du Complot

Salut à tous, clindoeil

Je suis nouveau,

Si quelqu’un connait des liens de sites où il existe des débats sujet à la tragédie du 11/09/01, je suis preneur.

Surtout les contradictoires,

Merci par avance.

Apollo, une réponse suggestion peut-être ?

++

PS/edit: Je suis allé voir sur reopen9/11.org...Mais, ils n'ont pas l'air d'avoir + d'infos sujet à des  forums où il existe un débat houleux..

Dernière modification par Maverick (3 Jun 2011 21:32:45)

Hors ligne

 

#14  2 Sep 2011 06:33:25

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: La Thèse du Complot


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#15  2 Sep 2011 21:15:22

non666
Disciple
Date d'inscription: 4 Nov 2010
Messages: 53

Re: La Thèse du Complot

Ma conviction profonde est que reopen est infiltré et sous contrôle depuis longtemps.

Le site est maintenu pour voir arriver les nouvelles preuves et préparer les ripostes avant que les informations ne soient rendues publiques.
Aujourd'hui, la communication défensive est la thèse du "laisser faire".
L'ennemi admet avoir été au courant parce que les preuves sont trop nombreuses, y compris les fausses pistes...
Mais admettre cela signifie toujours maintenir la culpabilité des faits principaux sur un nombre limité de fanatiques islamiques.

Les frères Naudet ont fait un retour étonnant ces jours ci, sur les vidéos yahoo.
Ces frères , aux prénoms improbables , disent plusieurs choses dont au moins une est fausse.

Hors ligne

 

#16  4 Sep 2011 12:06:30

Apollo
Missionnaire
Lieu: Dordogne
Date d'inscription: 12 Jan 2011
Messages: 198

Re: La Thèse du Complot

11 septembre
Dix ans de mensonges?


Par Patrick Vallélian - Mis en ligne le 31.08.2011 à 15:07

Y a-t-il eu complot le 11 septembre 2001? Alors que la polémique entre les truthers et des debunkers fait rage, il est temps de jeter un regard critique sur des événements qui ont bouleversé l’ordre mondial, estime Daniele Ganser, professeur d’histoire à l’Université de Bâle. Comme beaucoup d’autres, il réclame une enquête indépendante et internationale.

Une nouvelle enquête sur les attentats du 11 septembre 2001. Impartiale et internationale… Daniele Ganser, professeur d’histoire à l’Université de Bâle, y pense depuis l’été 2004. Depuis que ce chercheur sur les questions de paix a lu le 9/11 Commission Report, le rapport officiel de la Commission d’enquête sur les attaques terroristes contre les Etats-Unis.
«ILS M’ONT PRIS POUR UN FOU ET M’ONT CONSEILLÉ DE ME TAIRE.» Daniele Ganser, professeur d’histoire à l’Université de Bâle

Un pavé de plus de 550 pages qui a justifié à lui seul la guerre contre le terrorisme, les guerres en Irak et en Afghanistan et la chasse aux sorcières islamistes. Mais un pavé qui n’a pas convaincu ce scientifique qui travaillait à l’époque au Centre d’études sécuritaires de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich.

Trop de questions encore ouvertes. Trop de pistes abandonnées. L’impression d’un rapport orienté politiquement afin de justifier la guerre du monde libre contre l’Axe du mal. L’impression aussi et surtout de lire le scénario trop lisse d’un nouveau Pearl Harbour, d’un blockbuster mettant aux prises le bon président chrétien Bush au méchant musulman Ben Laden.

Bien caché en Afghanistan dans des grottes dignes du réduit national – un mensonge parmi d’autres des Cheney et Rumsfeld – Ben Laden aurait lâché 19 kamikazes sur les USA. On connaît la suite: quatre avions détournés, les deux tours jumelles de New York détruites, le Pentagone touché, 3000 morts le jour même, des centaines de milliers plus tard en Irak et en Afghanistan, mais aussi les prisons secrètes de la CIA, la torture légalisée, des Patriot Acts, des dépenses militaires en hausse partout dans le monde et surtout une traque de plusieurs centaines de milliards de dollars.

Celle de l’ennemi public numéro un qui a été finalement abattu le 1er mai 2011 d’une balle dans la tête dans une villa pakistanaise. Sans le procès qui aurait pu lever le voile sur les mystères et les mensonges autour du 11 septembre.
Pourquoi la WTC-7 s'est-elle effondrée ?

Mais revenons à 2004 et à Ganser. «Je me souviens avoir fait part à mes collègues de mes étonnements par rapport à la version officielle. Je ne comprenais pas, par exemple, pourquoi le rapport n’évoquait même pas la tour 7 du World Trade Center (WTC). Elle s’était effondrée vers 17 h, soit sept heures après les tours jumelles. Sans raison: aucun avion ne l’avait touchée.»

Etonnant oubli effectivement pour un bâtiment qui abritait le siège de l’Organisme fédéral de réglementation et de contrôle des marchés financiers (SEC) ainsi que des bureaux secrets de la CIA. Les autorités américaines expliqueront que ce monstre de 170 mètres de hauteur avait été touché par des débris projetés par le crash et qu’il y avait eu des feux, puis une grosse explosion de cuves d’huile de chauffage au sous-sol.

Le problème, c’est que jusqu’au 11 septembre, aucun incendie n’avait réussi à détruire une tour à ossature métallique dans le monde et surtout pas à provoquer son effondrement à la vitesse de la chute libre. Fallait-il y voir dès lors une démolition contrôlée par des explosifs?

Des ingénieurs comme Hugo Bachmann, professeur émérite d’analyse structurelle et de construction de l’ETH de Zurich, y croient dur comme l’acier des tours vendu un peu à la sauvette à des recycleurs coréens et chinois sans que les enquêteurs aient vraiment pu l’analyser. Comme si l’administration Bush ne voulait pas laisser de traces, notamment celles de nanothermite, un explosif militaire qui aurait été retrouvé sur place.

«Ils m’ont pris pour un fou et m’ont conseillé de me taire, que ce ne serait pas bon pour ma carrière», sourit Daniele Ganser dont le parcours scientifique le fait passer pour un «type sérieux». Né en 1972 à Lugano, il a étudié à Bâle, Londres et Amsterdam avant de travailler pour le très libéral Avenir Suisse.

«Il était impossible de remettre en cause la vérité d’évangile de la commission. Il fallait croire et ne pas questionner cet événement historique comme on le ferait avec d’autres», poursuit Ganser qui sait, en outre, ce dont les Etats, même démocratiques, peuvent être capables. Il a publié une recherche historique sur le terrorisme manipulé (Les armées secrètes de l’OTAN, Ed. Demi Lune).

«Après tout, le Rainbow Warrior de Greenpeace avait été coulé en 1985 par les services français», rappelle-t-il. Mieux même, par deux agents, les faux époux Turenge, qui étaient d’ailleurs de faux… Suisses.
Terrorisme par délit d'inité ?

Bref, Daniele Ganser est dès lors classé dans le camp des sceptiques sans que cela pèse trop sur sa carrière. Mais que remettent en cause finalement ces truthers? La liste de leurs doutes sur des incohérences ou des omissions étonnantes est longue.

Il y a notamment ces transactions financières suspectes qui ont eu lieu peu de jours avant les attentats du 11 septembre 2001, notamment sur les titres d’United Airlines et d’American Airlines, les deux compagnies dont les avions ont été détournés et dont les cours se sont effondrés après le crime.

«Il s’agissait d’options de vente sur actions, dont la détention permet de parier sur la chute de cours boursiers. Tant le secteur aérien que le secteur financier furent concernés», indique Marc Chesney, professeur d’économie à l’Université de Zurich, avant de regretter l’absence d’un rapport digne de ce nom à ce sujet. Or le «butin» est estimé à plusieurs centaines de millions de dollars, voire plusieurs milliards.

D’autres, dont Robert Fisk, correspondant au Moyen-Orient du quotidien anglais The Independent et un des seuls Occidentaux à avoir rencontré Ben Laden, se demandent pourquoi les débris du vol 93 se sont dispersés sur des kilomètres alors que l’appareil est censé s’être écrasé dans un champ (a-t-il été abattu par un avion de chasse?), comment les poutres des tours – dont le point de fusion est à 1480 degrés – ont cédé alors que le kérosène brûle au mieux à 820 degrés.

Fabrizio Calvi (11 septembre la contre enquête, Fayard) se demande, lui, pourquoi le rapport officiel n’évoque pas le rôle d’Ali Mohammed, taupe d’al-Qaida à l’intérieur de l’armée américaine et de la CIA. C’est pourtant lui qui met au point le modus operandi de l’attaque.
Bush ne savait-il vraiment rien ?

Les sceptiques estiment également que les attentats du 11 septembre n’ont pas pris l’administration Bush par surprise. Pour les truthers, le président Bush a même menti lorsque, après les attentats, il a juré sur l’honneur, la larme à l’oeil, que les attaques n’étaient pas prévisibles et qu’il n’avait rien pu faire pour sauver la vie des 3000 martyrs de l’attaque islamiste.

En fait, les signaux d’alerte étaient au rouge depuis quelques mois. Les services secrets allemands, égyptiens, jordaniens, pakistanais, israéliens, français, anglais… et même talibans avaient tiré le signal d’alarme. Aux USA aussi, des alertes retentissent.

En juin 2001, la FAA (Federal Aviation Administration) met en garde les compagnies aériennes contre de possibles détournements. En juillet 2001, un agent du FBI de Phoenix avertit que des partisans de Ben Laden prennent des leçons de pilotage dans un but terroriste et recommande de les traquer. Puis la CIA intercepte des messages islamistes prédisant une attaque «à grand spectacle» dans un proche avenir.

Le président Bush en est informé. Il reçoit le 6 août 2001 une note de renseignement de la CIA intitulée Ben Laden est décidé à frapper aux Etats-Unis qui lui annonce la couleur: des islamistes se trouvent aux USA et préparent des détournements d’avion. Un vieux scénario à vrai dire.

En 1995, l’incendie de l’appartement qu’occupe à Manille Ramzi Ahmed Yousef, le cerveau du premier attentat contre le World Trade Center en 1993, permet d’éventer l’opération Bojinka. Ce complot visait à faire exploser des avions de ligne à destination des USA ainsi qu’à détourner des appareils pour détruire les tours jumelles ou le quartier général de la CIA.

Des apprentis pilotes kamikazes étaient en formation aux USA alors qu’un certain Khalid Sheikh Mohammed était une des chevilles ouvrières du projet terroriste. Considéré comme le cerveau des attaques du 11 septembre 2001 et soumis à la torture (simulation de noyade) lors de ses interrogatoires, il sera jugé par un tribunal militaire d’exception, à Guantanamo Bay. A huis clos.
«BEN LADEN EST L’ENFANT LÉGITIME DES SERVICES SAOUDIENS ET DE LEURS PARRAINS AMÉRICAINS.» Richard Labévière, auteur de «Vérités et mythologies du 11 septembre»
Derrière Ben Laden, l'Arabie Saoudite ?

Se sachant en danger, pourquoi les USA n’ont-ils dès lors pas pris des mesures pour éviter la catastrophe? Tout simplement parce que le terrorisme islamiste n’était plus une priorité pour l’administration Bush, répond le journaliste Fabrizio Calvi. «La cible de Bush au début de sa présidence, c’était l’Irak et son pétrole. Il voulait renverser Saddam Hussein.»

Ben Laden n’est donc plus l’ennemi public numéro un qu’il était à l’époque du président Clinton. Une preuve? Le Saoudien, pourtant recherché par toutes les polices, mais étrangement pas pour les attentats du 11 septembre, s’est fait soigner en juillet 2001 dans l’hôpital… américain de Dubaï pour une infection rénale. Il en profite pour rencontrer sa mère notamment ainsi que le représentant local de la CIA, relève Richard Labévière.

Et pour cause: «Ben Laden est l’enfant légitime des services saoudiens et de leurs parrains américains.» Un enfant traité dès 1979 par les services américains pour collecter de l’argent et enrôler des volontaires pour la résistance contre l’envahisseur soviétique. Eh oui, le terrorisme islamiste est aussi une invention américaine comme on l’oublie trop souvent.

Ben Laden ne retourne sa veste qu’en 1990, au moment où les troupes américaines entrent en Arabie saoudite pour la guerre du Golfe. «Notre pays est devenu une colonie des Américains», expliquait-il à Robert Fisk. Un avis partagé par des princes saoudiens qui ont financé et protégé Ben Laden. «Les attentats du 11 Septembre étaient motivés par la simple présence des forces américaines en Arabie saoudite», abonde Jacques Baud, spécialiste suisse en politique de sécurité. Un message que Bush recevra cinq sur cinq en 2003.
Complot ou incompétence ?

Mais cela n’explique toujours pas les ratés du 11 septembre. Pour Calvi, la catastrophe – totalement évitable – est due aux erreurs d’aiguillage, à l’incompétence, à la bureaucratie et à un réel manque d’imagination des services américains. Il y avait alors une guerre des services entre le FBI, la NSA, l’armée et la CIA. Une guerre qui affaiblissait la capacité de réaction du pays.

Ensuite, les responsables de la sécurité ne faisaient pas confiance aux néoconservateurs qui avaient les clefs de la Maison Blanche en janvier 2001. Et ces derniers le leur rendaient bien… Autre bombe que vient de lâcher Richard Clarke, tsar de l’antiterrorisme US sous Clinton et Bush: les attentats auraient pu être évités si la CIA avait averti le FBI de la présence aux USA des kamikazes Khalid Al-Mihdhar et Nawef Al-Hazmi. Or l’agence s’est tue. Elle voulait les retourner.

Mais y voir un complot serait aller trop loin, souligne Fabrizio Calvi. «Si cela avait été le cas, des centaines de personnes auraient été dans la confidence. Il y aurait eu des fuites.» Or, comme Anne, il n’a rien vu venir de concret.

«En cas de complot, seule une poignée de personnes sait ce qui se passe, rétorque Daniele Ganser. Les autres exécutent ce qu’on leur a ordonné de faire. Sans savoir qu’ils participent à une action plus vaste.» En outre, une opération d’influence de ce type n’aurait pas été une première pour les USA. En 1962, le plan Northwoods devait amener l’opinion publique américaine à soutenir une guerre contre Cuba en faisant en sorte qu’un faux avion charter américain soit abattu par la chasse de Castro.

Alors, complot ou pas? Bush s’est-il tricoté un nouveau Pearl Harbour? «Un événement catastrophique et catalytique» qu’appelaient de leurs vœux en 2000 les Dick Cheney, futur vice-président, ou Donald Rumsfeld, futur ministre de la Défense, dans un rapport intitulé «Reconstruire les défenses de l’Amérique». L’enjeu: faire des USA «la puissance dominante de demain».

Dès lors, est-ce qu’une partie du gouvernement aurait laissé agir Ben Laden? Ou pire, aurait organisé le coup en utilisant l’épouvantail Ben Laden qui jura après le 11 septembre n’y être pour rien alors que le FBI n’a jamais recherché le Saoudien pour sa participation dans les attentats américains?

Après tout, ce gouvernement a menti sur la présence d’armes de destruction massive pour justifier la guerre en Irak en 2003. Tout comme le président Johnson avait utilisé un faux accrochage entre des navires nord-vietnamiens et américains pour justifier l’intervention US au Vietnam.

Fisk, attablé dans un restaurant de Beyrouth, sourit. «Comme je l’ai écrit à plusieurs reprises, l’administration Bush a quasiment tout raté. Alors comment aurait-elle pu cacher une telle affaire?»
Commission sous influence ?

Tout le monde est d’accord sur un point: le doute autour du 11 septembre est surtout dû à la faillite de la commission d’enquête qui s’est appuyée sur des informations obtenues sous la torture ou a écarté des témoignages susceptibles de contredire ses thèses. Notamment ceux des survivants qui disent avoir entendu de grosses explosions dans les tours lors de leur effondrement.

«Ses impasses sont telles qu’elles lui valent le surnom de “commission des omissions”, ironise Fabrizio Calvi. Il est évident qu’une nouvelle enquête sérieuse serait nécessaire.» Mais le pire fut sans doute la nomination de Philip Zelikow au poste de directeur exécutif de la commission. Ce dernier était un proche de Condoleezza Rice et il fit son possible pour embrouiller les pistes… «Notre commission a été mise en place pour échouer», lâcha même son président Thomas Kean, amer.
A qui profite le crime ?

Si les USA voulaient utiliser le 11 septembre pour asseoir leur suprématie, avouons qu’ils ont échoué. Pour Fabrizio Calvi, la crise financière et la chute libre du dollar s’expliquent en grande partie par ces dépenses militaires inédites dans l’histoire du monde. L’empire a contre-attaqué. Mais il est aujourd’hui à bout de souffle.

Reste que le crime a néanmoins profité au complexe militaro-industriel mondial. Les dépenses militaires américaines ont bondi de 81% depuis 2001 pour s’établir à plus de 700 milliards de dollars en 2010. Tout comme les investissements dans la sécurité. Dans le même temps, des mesures limitant les libertés individuelles et permettant des actes de torture dignes de la Gestapo sont passées comme des lettres à la poste. Sans oublier que l’Occident a fermé les yeux sur une islamophobie ignoble qui a vu naître un meurtrier comme Anders Behring Breivik.

Mais s’agit-il là de la cause ou de la conséquence du 11 septembre? C’est là que la discussion légitime sur cet événement historique, mais encore trop polluée par les disputes sans fin entre les truthers paranos et les debunkers obtus, doit avoir lieu. Le refuser serait aussi stupide que d’affirmer que tout a été dit sur les crimes nazis après le procès de Nuremberg.

«En dix ans, la société occidentale s’est construit des murailles juridiques, politiques et sécuritaires souvent en contradiction avec les valeurs qu’elle défendait avec succès depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La question de la délimitation entre besoin sécuritaire et valeurs de liberté n’a pas fait l’objet d’un débat», abonde Jacques Baud. Que le vrai débat autour du 11 septembre commence...
Comment l'ambassade américaine intervient en Suisse pour faire taire les truthers

Plutôt seul au début, Daniele Ganser a été rejoint depuis par des centaines, des milliers de sceptiques. Des hurluberlus complotistes ou des anti-américains primaires comme les appellent les debunkers, les démystificateurs?

S’il est vrai que certains veulent nous faire croire que les petits hommes verts sont responsables des attentats du 11 septembre, il y a dans le lot des travaux troublants, réalisés par des architectes, des ingénieurs, des pilotes, des pompiers, des militaires, des policiers, des journalistes...

Des quidam, bien plus nombreux aux USA qu’en Europe, qui comme David Ray Griffin, professeur américain de théologie à la retraite et un des fers de lance du 9/11 Truth Movement, se sont dit qu’un gouvernement qui avait traîné les pieds à constituer la commission d’enquête pouvait aussi avoir camouflé une partie de la vérité. Ils voulaient ainsi replonger dans les faits pour savoir si la croisade «bushienne» contre l’Islam radical était «juste».

C’est le cas du conseiller national vert bernois Alec von Graffenried qui a signé la pétition 911untersuchen.ch comme une centaine de personnes. Mise en ligne tout dernièrement par Stefan Schaer, un journaliste bernois, elle revendique… une nouvelle enquête. Tout comme l’ONG Human Rights Watch qui veut traduire les pontes de l’administration Bush pour crimes de guerre et torture après le 11 septembre.

«Je n’adhère à aucune théorie du complot, et je me considère comme un ami des Etats-Unis. Mais devant les soupçons actuels, il faut en avoir le cœur net», souligne l’élu. Reste que faire part de ses doutes est loin d’une sinécure. «On me reproche de faire partie de fous qui croient à des théories aberrantes. Comme si poser des question n’était pas possible sans “s’asseoir dans le même bateau” que des psychopathes...»

Des pressions que Daniele Ganser connaît. «L’ambassade américaine à Berne intervient systématiquement pour faire taire ceux qui remettent en cause la version officielle.» Et l’arrivée du président Barack Obama n’a rien changé à l’affaire.


Source:

http://www.hebdo.ch/dix_ans_de_mensonges_118292_.html

Hors ligne

 

#17  7 Sep 2011 10:34:57

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: La Thèse du Complot

L'article ci-dessous n'est peut-être pas à sa place…
Si quelqu'un y voit une objection, qu'il le dise clindoeil



11-Septembre : "conspirationnistes" contre "démystificateurs"
Publié le 06-09-11par Sarah Diffalah

Dix ans n'ont pas suffi à tordre le cou aux thèses du complot sur les attaques du World Trade Center. Leurs contradicteurs tentent d'inverser la tendance.


http://nsa27.casimages.com/img/2011/09/07/110907103507402113.jpg



"De toute façon on nous cache tout". Qui n'a pas un jour entendu cette affirmation ? A chaque événement de grande ampleur, le complot n'est jamais loin, surtout depuis les attaques du 11-Septembre. Bien sûr, cela ne date pas d'hier. Conspirations depuis les plus hautes sphères de l'Etat, médias complices, CIA et FBI maîtres d'œuvres des plus grands drames... internet et cafés du commerce bruissent de toutes sortes de théories dites "alternatives".

Dix ans après l'attentat du World Trade Center, les "conspirationnistes", bien que plus discrets, n'ont pas pour autant disparus. La mort de Ben Laden, les révélations de Wikileaks et l'arrestation de Dominique Strauss-Kahn ont fait ressusciter les théories du complot et les ont même renforcées. Malgré les débats et les interviews de sociologues, d'historiens et d'experts, les versions "officielles" même validées, recoupées et vérifiées sont sujettes à caution.

En face, une communauté moins remarquée mais tout aussi vigoureuse tente de couper l'herbe sous le pied de ceux qui réfutent la thèse officielle. Les "conspirationnistes" (aussi appelés, "Truthers") et les "démystificateurs" (aussi appelés "Debunkers") se livrent une bataille toujours pas tranchée.

Des explosifs placés sciemment dans les tours du World Trade Center et qui accréditeraient la thèse d'une démolition contrôlée ? Non, les mini explosions mille fois revues sur la façade des tours jumelles sont dues aux incendies qui se sont déclarés après le crash des deux avions, répondent les déboulonneurs de thèses conspirationnistes.

Un missile s'est écrasé sur le Pentagone ? Les photos et les vidéos de mauvaise qualité ne sont pas des preuves, commentent les "démystificateurs". La défense anti-aérienne américaine, dotée de puissants avions de chasse, aurait dû intercepter les avions détournés. Personne n'est parfait, même les Américains, leur répond-t-on.

La hache de guerre n'est pas prête d'être enterrée.

Les Truthers

Devant les dissimulations et les incohérences de l'administration Bush au lendemain de l'attentat du 11 septembre 2001, de nombreuses familles de victimes se sont réunies en collectifs pour réclamer la vérité. L'un des collectifs le plus écouté, le 9/11 Truth Movement, (le Mouvement pour la vérité sur le 11-Septembre) s'est au fur et à mesure des années et notamment au moment de la guerre en Irak en 2004, élargi à des citoyens intéressés par la démarche.

Le mouvement des "Truthers" s'est accentué avec la défiance et le rejet d'une partie de la population américaine à l'égard de l'administration Bush qui agitait des chiffons rouges à longueur de réunions à l'Onu pour justifier leur "Global War On Terror" (menace d'attaque biologique avec de l'anthrax, menace nucléaire..).

En France, c'est la publication en 2002 du livre de Thierry Meyssan, "L'effroyable imposture" qui expliquait qu'aucun avion ne s'était écrasé sur le Pentagone, qui a fait le lit des théoriciens du complot. Bien que très rapidement réfuté par les journalistes Guillaume Dasquié et Jean Guisnel dans une contre-enquête, la contestation de la version officielle n'a pas faibli et de nombreuses personnalités (Marion Cotillard, Matthieu Kassovitz, Christine Boutin, David Lynch...), se sont faites les représentants de tous les citoyens qui doutent.

Des "experts" à la rescousse

Le mouvement "conspirationniste" se veut de moins en moins politique, et pour donner des gages de crédibilité à leurs thèses, il argue de preuves scientifiques étalées par pléthore d'experts notamment par des ingénieurs, des architectes et des physiciens : Architects and Engineer for 9/11 Truth, Scholars for 9/11 Truth and Justice, Scientists for 9/11 Truth, Pilot for 9/11 Truth, Collectif scientifique francophone pour la vérité sur le 11-Septembre, pour ne citer qu'eux.

Richard Gage, un ancien architecte, est même devenu l'un des leaders de ceux qui doutent, enchaînant les plateaux de télévision et demandant sans cesse la réouverture d'une enquête. Reste que les recherches réalisées à ce sujet n'ont jamais démontré leurs théories avec des arguments solides, et n'ont pas rencontré l'écho escompté dans la communauté scientifique mondiale.

Les "Truthers", pour beaucoup, ne souhaitent pas être associés aux théoriciens du complot. Un souci d'image sans doute.

L'association des architectes et des ingénieurs pour le la vérité sur le 11-Septembre ont produit pour les dix ans un nouveau documentaire. Richard Gage donne la parole à des experts :




"Spot d'information de l'association des "Rememberbuilding7", qui s'est penché sur les raisons de la fameuse tour n°7 du World Trade Center :




Affiche de la campagne de publicité des l'association "Remember building 7" pour la vérité sur l'effondrement de la tour 7 du World Trade Center. (DR)


http://nsa28.casimages.com/img/2011/09/07/110907103921804252.jpg



Les déboulonneurs

Relayer une bonne théorie du complot, c'est plus facile et plus vendeur que de la critiquer. Surtout quand discuter une théorie du complot, c'est souvent être suspecté d'être à la solde des médias et du pouvoir. C'est pourquoi les sites dits de "debunking" ne sont pas légion et largement inférieurs à ceux des "conspirationnistes".

Les médias viennent de temps en temps à l'aide de cette communauté moins exposée. Le site d'information Rue89 avait par exemple entrepris en 2009 une campagne de désintox.

Points communs

Le point commun entre les deux communautés réside essentiellement dans le caractère citoyen de la démarche. Chacun peut enquêter à sa propre manière et y est vivement encouragé. Les "démystificateurs" sont aussi divers que les "conspirationnistes".

Le sociologue Philippe Corcuff, proche de l'extrême gauche, se définissant lui-même comme un militant anti-capitaliste, anti-impérialiste et altermondialiste, ne manque pas de critiquer les tendances conspirationnistes au sein même de sa propre pensée politique. Le site du mensuel de l'organisation communiste Alternative libertaire, a même publié une notice à l'intention de ceux qui auraient des "amis en train de basculer".

Florilège : "Que répondre à un ami qui va basculer ? N'essayez pas de contester la litanie de chiffres, de données physiques, mécaniques, architecturales ou autres glanées sur internet. Vous n'êtes pas ingénieur, votre ami non plus. Le Titanic 'ne pouvait pas' couler, il était réputé insubmersible. Pourtant il a coulé. Alors quoi ? Le complot sioniste ?"

Et aussi : "Des centaines de témoins ont vu un avion de ligne leur passer au-dessus de la tête et se crasher sur le bâtiment. Alors ? Ils ont tous été payés par la CIA pour mentir ?"

Jérôme Quirant, ingénieur expert en génie civil au CNRS et fondateur du site bastison.net  répond point par point aux arguments des "Truthers". En sillonnant le monde d'abord, assistant aux conférences sur le sujet pour recueillir les avis contradictoires. Et en actualisant son site, truffé de vidéos, de photos et d'infographies.

Son objectif est clair : démontrer techniquement que les attentats du 11-Septembre ne se sont pas déroulés tels que présentés par ceux qu'il appelle "les partisans de la théorie du complot". "Je dois aussi préciser que je ne suis pas là pour défendre l'administration américaine... je souhaite juste dénoncer les raccourcis scientifiques qui sont utilisés pour corroborer la théorie conspirationniste", écrit-il sur son site. "En effet, je suis tout à fait prêt à aller dans le sens de ceux qui pensent que les Américains ont cherché à cacher leur négligence et leurs erreurs dans l'attaque terroriste qu'ils ont subie. (…) Négligence oui, complot je ne sais pas... en tout cas sur le plan technique les affirmations conspirationnistes ne tiennent pas la route."

En juin 2011, en collaboration avec la revue "Science...et pseudo-sciences", l'ingénieur coordonne avec le sociologue Valéry Rasplus - qui y signe une étude sociologique sur le mouvement des Truthers - , un dossier d'une centaine de pages où l'on peut y lire les avis de scientifiques reconnus dans leur domaine qui entendent clore définitivement le débat.

Course pour la faveur du public

Aux Etats-Unis, Pat Curley, un expert immobilier habitant Phoenix dans l'Arizona a monté un blog, Screw Loose Change, pour contester le film "Loose Change" qui avait reçu les faveurs d'un large public tenté par le complot. "C'est comme un débat entre un croyant et un athée", répondait-il à "Libération" en 2006. "Si une preuve ne soutient pas leur théorie, elle fait forcément partie du complot. La seule chose que vous puissiez espérer, c'est empêcher ceux qui sont en train d'enjamber la palissade de passer de l'autre côté."

Ces particuliers font appel eux aussi à des scientifiques. Dans le meilleur des cas, ces derniers sont considérés par les "Truthers" comme des crédules et manipulés et dans le pire des cas comme des agents de désinformation à la botte du pouvoir gouvernemental tant ils considèrent leur version comme acquise et ne la remettent jamais en cause.

La machine à comploter dans son coin ne s'arrêtera pas tant que les initiatives individuelles pour convaincre le public continueront de palier le manque d'informations divulguées par le gouvernement américain.

Sarah Diffalah – Le Nouvel Observateur

Source
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualit … teurs.html


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#18  7 Sep 2011 16:56:01

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: La Thèse du Complot

11-Septembre : les questions en suspens
Publié le 07-09-11 par Sarah Diffalah

La CIA aurait-elle pu empêcher les attentats ? Les Etats-Unis avaient-ils prévu d'attaquer l'Irak avant le 11-Septembre ?


http://nsa28.casimages.com/img/2011/09/07/110907050036764916.jpg



Si de nombreuses théories du complot se sont développées depuis les attaques du 11-Septembre, c'est que de nombreuses zones d'ombre, nourries par les silences et les ambiguïtés du gouvernement américain au lendemain de l'attentat, demeurent. Le rapport de la commission nationale sur les attaques terroristes contre les Etats-Unis, publié le 22 juillet 2004, considéré comme bâclé par beaucoup de familles de victimes, n'a pas répondu aux questions de ceux qui s'interrogent encore sur le déroulé de cette journée. Cet excès de secret et le manque de communication de l'administration Bush n'est pas parvenu non plus à avoir raison de l'obstination des adeptes des contre-théories.

Dix ans après, les recherches n'ont pas révélé la moindre trace de complot. En revanche, les défaillances techniques dans le dispositif global de la sécurité américaine, la mauvaise organisation des secours et les lenteurs bureaucratiques ont participé à rendre le chaos possible. C'est sans doute pour cacher son inertie et ses erreurs que le gouvernement américain ne souhaite pas lever certaines zones d'ombre.

Passage en revue de quelques questions sans réponses :

- Pourquoi les tours du World Trade Center se sont effondrées ?

L'impact des avions a provoqué des incendies qui ont fragilisé les structures métalliques et provoqué l'effondrement des deux tours jumelles. A 100 mètres, une troisième tour, dite tour n° 7, s'écroule aussi sans qu'aucun avion ne soit venu s'y encastrer. Les journalistes présents sur place, en direct à la télévision, comparent ce qu'ils viennent de voir à une démolition contrôlée d'immeuble, sans se rendre compte que leurs commentaires allaient être utilisés comme preuves pour alimenter les théories du complot.

Au lendemain de l'attaque, les interrogations commencent. Comment une tour conçue pour résister à des tremblements de terre et des ouragans a-t-elle pu s'affaisser d'un seul coup, sans qu'à aucun moment elle ne tangue ? C'est la première fois dans l'histoire qu'un gratte-ciel s'effondre verticalement à la suite d'un incendie.

L'administration américaine, sous la pression des associations de proches de victimes, diligente une enquête. Mais la totalité de l'acier du World Trade Center n'a pas pu être récupéré par les enquêteurs.

Dans son ouvrage "11 questions sur le 11 septembre" (Ed. Jean-Claude Gawsewitch, 2011), Medhi Ba rappelle que le rapport de l'Agence fédérale des situations d'urgence (Fema) publié en mai 2002, indique "qu'en raison des informations disponibles et du temps imparti, la séquence des événements qui ont conduit à l'effondrement de chacune des tours ne peut être établi de manière définitive". Le rapport suggère seulement que les planchers situés au-dessus de l'impact de l'avion se sont détachés des colonnes porteuses, entraînant l'écroulement des étages inférieurs.

Pourtant en 2008, l'Institut officiel de normalisation américain (NIST) rend public les résultats de sa propre enquête qui conclut elle à un effondrement dû à la chaleur de l'incendie. Les structures métalliques ont tout simplement fondu, le système de refroidissement des tours étant endommagé. Mais même ce dernier rapport se révèle incapable d'expliquer pourquoi le reste de la tour est tombée et de manière verticale.

Le refus des autorités américaines d'enquêter sur les explosions entendues par de multiples témoins n'a fait qu'alimenter les théoriciens du complot. La plupart des "pièces à convictions" sont aujourd'hui irrécupérables rendant assez difficile la possibilité d'une enquête fiable. Les autorités américaines auraient-elles voulues cacher un défaut de construction des tours ?

- Pourquoi la défense anti-aérienne américaine n'a pas intercepté les avions détournés ?

Pendant une heure et demi, des avions détournés ont volé dans le ciel américain et tout près du Pentagone sans être inquiétés. Le ministère de la Défense américain est pourtant une zone particulièrement surveillée, on s'en doute. A 16 kilomètres du Pentagone, la base de Saint-Andrews surveille en permanence l'édifice.

Pourtant, alors que les autorités américaines ont été alertées des deux premiers avions détournés, le troisième filait tranquillement vers le Pentagone, en passant au-dessus de la Maison Blanche. D'après Mehdi Ba, il ne faut pas plus de 10 minutes à un avion de chasse pour décoller dès qu'une alerte est donnée. De leurs côtés les autorités avouent avoir penser à un avion militaire en patrouille.

- La CIA aurait-elle pu empêcher les attentats ?

C'est l'un des plus grands mystères qui entourent le 11-Septembre. Depuis décembre 1999, l'agence centrale de renseignement américaine surveillait deux des futurs pirates de l'air, les Saoudiens Khalid Al-Mihdhar et Nawef Al-Hazmi. Elle savait qu'il s'agissait là de terroristes affiliés à Al-Qaïda et qu'ils se trouvaient sur le sol américain. Pourtant, à aucun moment elle n'a transmis ses informations au FBI, manquant ainsi une occasion d'empêcher les attentats. Pire, d'aucuns pensent qu'elle aurait même cherché à les dissimuler.

Pourquoi ? Etait-ce parce qu'elle avait essayé vainement de recruter ces agents d'Al-Qaïda et qu'elle ne voulait pas que cela se sache ? C'est l'hypothèse avancée par Richard Clark, chargé à l'époque du contre-terrorisme à la Maison Blanche, dans un documentaire radio diffusé pour le dixième anniversaire du 11-Septembre. A moins que "les silences de la CIA aient été destinés à protéger une source proche des assaillants ?" La CIA "aurait-elle été victime d'un agent triple ?", se demande le journaliste Fabrizio Calvi, auteur du livre "11-Septembre, la contre-enquête" (Fayard). La CIA rejette ces accusations. Sans pour autant s'expliquer.

- L'invasion en Irak était-elle prévue avant les attentats ?

Officiellement la guerre en Irak a été déclenchée en réponse aux attaques sur le sol américain et parce que Georges Bush jugeait que Saddam Hussein détenait des armes de destructions massives qui menaçaient la sécurité des Etats-Unis. Le journaliste Paul Moreira estime que les attentats du 11 septembre furent un prétexte opportun pour attaquer l'Irak.

Dans une enquête documentaire, il est parvenu à démontrer que depuis 1998, sous la pression des néo-conservateurs, les Etats-Unis souhaitait prendre le contrôle de l'Irak. Il révèle également avoir obtenu les notes de l'assistant de Donald Rumsfeld, ancien ministre de la Défense de Georges Bush, "prises lors d'une réunion dans l'après-midi du 11 septembre".

Retranscrivant, les propos de son patron, il écrit "Judge whether good enough hit S.H at same time. Not only UBL" (Juger si c'est assez bon pour attaquer Saddam Hussein en même temps. Pas seulement Usama Bin Laden ".

A ce moment là, cinq heures à peine après l'attaque le gouvernement américain n'a pourtant aucune preuve de l'implication de l'Irak dans l'attentat d'Al-Qaïda.

Source
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualit … spens.html


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#19  7 Sep 2011 20:11:03

Dread
Missionnaire
Lieu: LoveLand
Date d'inscription: 1 Nov 2010
Messages: 451

Re: La Thèse du Complot

Bonjour,

Bien bien bien....
10 ans plus tard, ou peut-être un peu moins, puisque les détracteurs de la version officielle ne se sont pas manifestés de suite, l'événement sera commémoré.

Paix aux âmes des défunts, des pompiers qui en souffrent aujourd'hui.

Le débat relancé ? Que nenni ! Je me rappelle avoir montré toutes les vidéos trouvées sur youtube (par exemple) concernant une conspiration... A ma famille, à mes collègues de travail...

Les réactions:

Au début, ils ne croient pas à la thèse du complot, ensuite ils s'en balancent.... Mais alors à un point !
Beaucoup même préfèrent savoir qui va être éjecté de "secret story" ! si si !

J'ai abandonné....

http://3.bp.blogspot.com/_hXjhQ1_xjuQ/R6YGEzGTdaI/AAAAAAAACkY/uD_H7ATSPJM/s400/Les+doigts+dans+le+nez.jpg
Sur certains forums, la date d'anniversaire procure la joie d'internautes qui espèrent que TOUT sera dévoilé... Comme pour le corps de ben laden, les OVNIS, la lune.....
Je crois qu'ils se mettent le doigt dans l'oeil. Mais j'les aimes bien... (un peu grosse la photo, désolé !)





Seuls NOS secrets sont dévoilés.

Et comme disait Carthoris un peu plus haut:

Ou est passé la vérité, la morale et la logique ou sont les êtres humains ?

Euh.... Pour les 90% d'humains qui m'entourent, ci dessous ! (pas de chance hein ?)
http://www.lafermeduvieuxchene.fr/images/chevres%20au%20champ%205%20.jpg

Et que peuvent-ils contre les méchants loups qui les dévorent ?
http://www.taptoula.com/wp-content/uploads/2008/05/sarko_chevre.jpg

Bêle ! Belle petite chévre !

.                                                          COLLAPSE ! Again & again

http://souvenirs-de-mer.blogdns.net/IMG/jpg/wtc_collapse1.jpg

Dread

Dernière modification par Dread (7 Sep 2011 20:15:39)


C'est une sotte présomption, d'aller dédaignant et comdamnant pour faux ce qui ne nous ne semble pas vraisemblable.
Montaigne.

Hors ligne

 

#20  7 Sep 2011 20:57:17

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: La Thèse du Complot

Encore bonsoir Dread,

C'est bien pour cela que je me demande s'il n'est pas préférable de se taire et surtout de ne pas essayer de persuader les autres…
Je pense donc qu'il vaut mieux juste passer l'info… C'est déjà pas si mal !…

Si tu affirmes un rien tes idées, il y aura systématiquement des problèmes !…

Dommage, mais c'est comme cela…

clindoeil


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire