Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  23 Dec 2010 03:55:16

Fedser
Novice
Date d'inscription: 4 Dec 2010
Messages: 7

Jésus de Nazareth - Secret de famille

JESUS DE NAZARETH - SECRET DE FAMILLE


Avant-propos

Ce qui va suivre est ce que l'on sait réellement du personnage historique qui fut à l'origine de la religion la plus suivie en occident.
Il y a toujours intérêt à coller la réalité au plus près afin de comprendre en connaissance de cause l'enseignement de NSJC, loin de l'intégrisme et de la dérision.
N'étant pas le premier à procéder à ces révélations, je serais reconnaissant que l'on me signale les éventuels précédents. Afin de pouvoir ensuite les citer.
Enfin cette tablette ne saurait être exhaustive, comme tous les autres ouvrages sur ce même sujet.
Par contre, je me suis efforcé d'être bref pour des raisons évidentes.



La conception

Vers l'an moins huit, un certain Joseph(Yousseph), de religion israélite, homme très pieu, épousa une jeune femme; Marie était son nom. Or cette femme était enceinte, et selon la loi Hébraïque Joseph aurait pu la répudier.
L'amour étant dans ce cas le plus fort, Joseph trouva la solution conciliant les commandements divers auxquels il était confronté. Cet enfant serait un garçon et le fils de Dieu! A l'époque ceci n'était pas extraordinaire, et Joseph n'était pas le seul à adopter cette solution commode. D'une part, les dieux peuplaient la terre; les empereurs romains en étaient. D'autre part, chacun avait encore en mémoire, par exemple ALEXANDRE LE GRAND qui était né de Dieu. Enfin Marie, femme respectable et épouse de Joseph n'avait pu épouser celui-ci que vierge. Les devins et magiciens, les rois en magie, vinrent corroborer cette analyse à la naissance de l'enfant.   «Le Seigneur donne le Salut», c'est à dire «Jésus», fut le nom qu'on lui donna à cause de son origine.



L'enfance de JC

L'époque de l'enfance de Jésus était troublée; il y eu des massacres, notamment d'enfants; la vie humaine ne valait pas grand-chose et les enfants étaient méprisés, surtout ceux qui n'étaient pas romains. Alors s'accomplit ce qui avait été dit par le prophète Jérémie:



Une voix dans Rama s'est fait entendre,
    Des pleurs et une longue plainte;
    C'est Rachel qui pleure ses enfants,
   Et ne veut pas être consolée,
    Parce qu'ils ne sont plus.

Saint Matthieu 2/ 13-15 et 16-18



Joseph et Marie n'étaient pas ignorant des sciences occultes et, fuyant en Egypte, rien ne peut exclure l'hypothèse qu'ils gardèrent de bons liens avec les savants «roi mages» qui étaient venus à la naissance du premier-né. Par conséquent, la supposition que celui-ci fut envoyé à l'école des mages en Egypte est tout à fait vraisemblable. Retourné en Galilée par suite d'un oracle, il continua ses études avec les Essénient  ou une école proche, ce qui apparaît à certains égards. Par exemple la bénédiction du pain et du vin, dans cet ordre, est un rituel essénien. Pendant ce temps-là Marie et Joseph vécurent heureux et eurent des fils et des filles. C'est donc un truisme que de dire que jésus eut des frères et des soeurs. Ou plus exactement, des demi-frères et des demi-soeurs ceux-là mêmes dont il est question à plusieurs reprises dans la Bible (Saint Matthieu Mt 12 /46-50 ) (Saint Marc Mc 3 /31-35) (Saint Luc, Lc 8/19-21)



La maturité de Jésus

Elle commence avec son baptême par Jean «Baptiste» qui reconnut immédiatement la valeur de son impétrant. (Mt 3/ 13-17) (Mc 1/ 9-11) (Lc 3/21-22) ( Saint Jean, Jn 1/23-34)
Bien que l'époque fût encore sujette à nombreuse tension Jésus pu prêcher le meilleur de lui-même; certains ajouteraient le meilleur de l'humanité. Je renvoie donc le lecteur plus particulièrement aux évangiles des Saints Jean, Marc, Matthieu,... Qui relatent  pratiquement en clair un enseignement de simplicité et d'amour.En clair dois-je répéter, car, nous sommes ici dans une colonie orientale romaine.Ici, le plus souvent c'est le double sens, la signification ésotérique, qui est privilégiée au sens commun. Les chiffres romains sont incommodes, souvent les alphabets ont des sens mathématiques qui, tels des jeux de miroirs renvoient les sens les uns dans les autres. Je veux entrer dans un autre propos. Tout enfant ayant des mystères dans sa filiation a conscience de la dualité du monde. Les questions qu'il pose et qu'il se pose le mènent au pire ou au meilleur. Parfois, elles entraînent son entourage. Se pose donc la question fondamentale: qui est mon père ?



Cette question, Jésus se l'est posée et il a reçu la réponse. La réponse ne pouvait pas être dite clairement, mais seulement en paraboles; les moeurs à l'époque n'étant pas mûres! En fait, même dans les années 1960 la moindre suggestion à cet égard était encore interprétée comme une incongruité, un blasphème et choquait inutilement les étudiants. Pourtant, en 1999, soit presque vingt siècles après ces faits, il serait ignoble de ne pas pouvoir librement accepter la vérité telle qu'elle fut. Ceci étant d'autant plus ridicule que Marie n'eut jamais honte d'avoir aimé sincèrement le père de Jésus, parce que celui-ci était un honnête homme, appelé à un brillant avenir, et que l'époque faisait qu'il ne pouvait se marier avec elle. De son côté, Joseph respectait le premier amour de son épouse bien-aimée ce qui est preuve de droiture dans un siècle de «machisme» et de brutalité. Il n'avait aucune raison être jaloux, étant père de famille nombreuse avec Marie. Jésus eut d'ailleurs des contacts réguliers avec son père, «qui est aux cieux»; Haut placé politiquement. D'un petit noyau de personnes intelligentes et au-dessus des passions du vulgaire, devait surgir un double sauvetage dont nous devrions nous inspirer quand le racisme, la peur et l'intolérance veulent imposer leurs lois stupides et brutales. Pour voir la lumière qui ne s'éteint pas, il faut que le bandeau tombe des yeux!



Mort et Résurrection
«Puisque tu es le fils de Dieu, sauve-toi toi-même!» criait un badaud qui regardait, sans voir, la plus grande manipulation de tous les temps.  Rappelons que la condamnation du Christ puis sa crucifixion n'avait pas été improvisée!

Le peuple et les notables voulaient la mort de Jésus; Jésus lui-même (Mt 20/17-19) (Mc 10/32-34) (Lc 18/31-34) et des amis hauts placés l'avait également prévu; des incidents mineurs, telles les parties émergées d'iceberg révélaient un travail énorme. Par exemple le vase de parfum répandu sur Jésus et qui coûtait les 900 talents révélateurs de la crise avec judas. Autre exemple la somme de 30 talents ridiculement faibles pour la soi-disant trahison du même Judas. Quelle autre interprétation qu'une mise en scène que cette déloyauté?(Mt 26/14-16) (Mc 14/10-11)(Lc22/3-6), lire également «la désignation du Traître» (Jn 13/21-30)(Mt 26/20-25) (Mc 14/17-21) et (Lc 22/14)



Un enquêteur sérieux à ce moment dirait:
_ «Cherchez la Femme!»



Pour le moment, je vous dirais l'homme.
Mais après avoir fait remarquer que, quand Ponce Pilate donna à choisir entre Barrabas et Jésus, la foule demanda unanimement que soit libéré Barrabas et condamné à mort Jésus; et que les nombreux partisans et disciples de jésus n'ont pas dit un mot. Très curieux de la part de gens qui n'auraient pas demandé mieux que de se sacrifier pour leur maître! Il a été suggéré que si Jésus n'avait pas été condamné officiellement et relâché, il aurait été de toute façon poursuivi et assassiné, malgré toutes les hautes protections dont il aurait bénéficié! En effet, les soldats romains voyaient en lui le roi des juifs; les notables juifs étaient exaspérés de voir la routine remise en cause par ce courant révolutionnaire; le peuple occupé était déçu de ce messie qui n'agissait pas en guerrier indépendantiste. Pour être sauvé il lui fallait mourir.



Notre explication, c'est que Ponce Pilate, a gardé le père de Jésus de bonnes relations et lui a permis être crucifié en public en utilisant les techniques connues en Egypte à cette époque (et utilisées des fakirs actuellement) pour en réchapper. Mis entre deux condamnés à mort, ceux-ci eurent les os brisés afin qu'ils meurent assez vite; un soldat romain ami ou acheté donna le fameux coup de lance, ce qui fit couler un peu de liquide pleural. Ce qui est bien la preuve qu'au moment où Jésus fut descendu de la croix il vivait encore. J'ai connu l'emplacement actuellement nommé «the garden tomb» qui est l'endroit ou Jésus fut mis au tombeau: c'est une grotte calme fermée à l'époque par une pierre circulaire. C'est là que le Crucifié se remit de ses blessures sous la garde et la protection de soldats romains et aux bons soins des femmes.(Mt27/57-66) (Lc23/50-56) (Mc 15/42-47). Ce qui prouve en outre que l'emplacement officiel, oû fut construit une chapelle, et qui est sur un terrain plat et non une grotte, est bien un faux. Afin de partir en gallilée sans être inquiété, les signes distinctifs de la religion de sa mère lui furent
enlevés.



1. Les cheveux longs et la barbe, il se les rasa à la Romaine.
2. Les habits furent tirés au sort et il changea pour un autre, anodin; un uniforme de soldat passe-partout!
3. Les sandales de cuir furent changées par d'autres, romaines, etc.!


Au troisième jour, il abandonna sa tombe. Il alla vers ses amis qui ne le reconnurent que lorsqu'il leur montra ses cicatrices. Je serais incomplet si je ne citais pas pour finir (Mt 28/11-15) une admirable œuvre de manipulation que le «Renseignement» actuel ferait encore... Les soldats romains demandèrent et obtinrent des grands prêtres une somme d'argent et la consigne de dire que les disciples de Jésus furent venus de nuit et le prirent pendant qu'ils dormaient!    Or les disciples n'étaient au courant de rien, (Mt 28/17-20) et surtout les versions les plus incroyables sont les plus facilement acceptées, dès que l'adversaire est amené à croire qu'il en a eu l'idée!Car, qui pourrait gober que des soldats romains habitués aux gardes la nuit se seraient endormis, auraient laissé desceller une porte en pierre, puis dérober un cadavre par plusieurs hommes, ce qui est encore maintenant passible mort; et s'en seraient ensuite vantés!? C'est ainsi que l'on doit en toute chose se garder des interprétations extrêmes, mais savoir nuancer afin de garder toujours l'authenticité des choses; l'occupation romaine ne fut pas un écrasement de plusieurs nations par un impérialisme brutal, mais il y eut des échanges de cultures, de l'amitié et du respect entre les hommes; malgré l'intolérance répandue sur la terre des hommes et des femmes s'aimèrent. Ce ne fut pas non plus une fraternité idyllique et les difficultés furent nombreuses. Le climat de révolte fut mis entre parenthèses et ponce-Pilate put gouverner sans problème. Il eut de temps à autre des nouvelles de son fils qui vivait une existence retirée en Galilée avec Marie de Magdala, ils furent heureux et eurent douze enfants à Magdala, ville riche de lait, de miel et de poisson. Leurs nombreux descendants sont pour la plupart musulmans dans la région; il y en a aussi qui sont juifs ou chrétiens.

Je ne chercherai pas à convaincre le fanatique ni à argumenter, estimant qu'il n'y a par à boire la mer pour connaître le goût d'une pincée de sel.


Point n'est besoin d'élever la voix quand on a raison

Hors ligne

 

#2  8 Jan 2011 01:31:27

infomysteres
Coopérateur
Date d'inscription: 26 Jun 2010
Messages: 43
Site web

Re: Jésus de Nazareth - Secret de famille

La conception
Si on en croit le livre "La vie mystique de Jésus", Dr H. Spencer Lewis, Ed. Robert Laffont :

Jésus ne fut pas me premier Grand Maître, Avatar ou Fils de Dieu à "naître d'une vierge". "Pour les mystiques orientaux de tous les temps et de tous les pays, le grand mystère de l'Immaculée Conception et de la naissance spirituelle d'un Fils de Dieu est accepté non seulement comme une possibilité mais comme un évènement naturel dans la vie de tout grand Avatar."
...
"L'Inde a connu un certain nombre d'Avatars ou Messagers Divins qui s'incarnèrent par conception divine; deux d'entre eux ont porté le nom de "Krishna" ou "Krishna le Sauveur". Or Krishna fut mis au monde par une vierge chaste nommée "Devaki", qui fut appelée, à cause de sa pureté, à devenir la mère de Dieu."
...
"Les disciples de Bouddha considéraient et croyaient fermement que leur Maître avait été engendré par Dieu et qu'il était né d'une vierge appelée Maya ou Marie."
...
"Les Siamois, eux aussi, ont eu un dieu et un sauveur né d'une vierge et appelé Codom."
...
"En Perse, Zoroastre fut le premier des rédempeurs du monde dont la naissance par conception immaculée d'une vierge ait été reconnue."
...
Platon, né à Athènes en 439 avant JC, fut considéré par le peuple comme un fils de Dieu, né d'une vierge pure nommée Périctioné. D'anciens documents nous rapportent que le père de Platon, connu sous le nom d'Aris, avait été exhorté, dans un rêve symbolique, à laisser sa femme pure jusqu'à la conception et à la naissance de l'enfant qui devait naître, cette conception devant se réaliser par les voies divines.
...
D'après les récits sacrés, Pythagore fut conçu le jour où le Saint Esprit apparut à sa mère. "Son père nourricier fut également informé par une vision que sa femme allait mettre au monde un fils divinement conçu qui deviendrait le bienfaiteur de l'humanité."





L'enfance de JC

Si l'on en croit Edgar Cayce (L'Univers d'Edgar Cayce, Dorothée Koechlin de Bizemont, Ed. J'Ai Lu) :
Le christ a été initié dans la Grande Pyramide.
Il atteint les plus hauts grades de l'initiation, en compagnie de Jean le Précurseur.
La mémoire de la Terre (indiquée dans le couloir qui mène au tombeau) représente ce que chaque entité, comme un initié, doit traverser avant d'atteindre sa libération.
Le tombeau vide n'a jamais été rempli.
Les initiés étaient scellés dans le tombeau durant leur initiation.
Seul Jésus a su le briser.
Jésus, de 6 à 16 ans, était normal et se développa normalement. Il apprit les commandements de la Fraternité essénienne. Ensuite il alla en Inde, Perse, et Egypte.
De 13 à 16 ans, Jésus partit en Inde pour purifier et désintoxiquer son corps physiquement et mentalement.
Il alla un an en Perse pour apprendre la médecine et à coordonner les énergies.
La plupart du temps, il le passa en Egypte.
Les Esséniens étaient un ordre religieux à l'intérieur du judaïsme. Ils formaient une confrérie secrète dont le premier objectif était la préparation de certains individus.
Leur deuxième objectif était la formation de missionnaires.
Du temps du Christ, une femme nomée Judy dirigeait. Elle était prophétesse et guérissait par la pensée.
Chacun des douze apôtres de Jésus symbolisait un centre majeur, une des régions, ou royaumes, à travers lesquels la conscience a commencé à être consciente dans son corps sur la Terre. C'est pourquoi Il trouva -comme chacun pourra le trouver en son for intérieur- ces douze pierres d'achoppement, ces douze choses qui non seulement nous dégoûtent, mais nous déçoivent, liées aux réactions des gens et des choses. C'est le prix de la chair, de la prise de conscience dans la matière, et c'est seulement transitoire. Et cela passera et seuls demeureront à jamais la beauté, l'amour, l'espoir, la foi.

D'après le Dr H. Spencer Lewis "Joseph [NDLR: prénom de Jésus à sa naissance] gravit les divers plans inclinés conduisant aux différents niveaux à l'intérieur de la Pyramide [Chéops]; à chaque niveau se trouvait une petite chambre. Après qu'Il eut atteint la chambre d'initiation la plus haute, située pratiquement au centre de la Pyramide, la cérémonie finale se déroula, durant laquelle le diadème royal fut posé sur Son front : Joseph n'était plus un Néophyte, il n'était pas un pair entre les Maîtres de la Fraternité, Il était le plus grand d'entre eux.
...
Voici Jésus, le Christ."
...
"Les membres du Conseil Suprème entourèrent Joseph qui avait maintenant atteint le nom de Jésus et avait été reconnu comme le Christ, Lui rendirent hommage et proclamèrent qu'Il était l'incarnation du Verbe, le "Logos Vivant". "






La maturité de Jésus

Elle commence avec son baptême par Jean «Baptiste» qui reconnut immédiatement la valeur de son impétrant.

Le Dr H. Spencer Lewis écrit que lorsque Jésus arriva pour se faire baptiser "Jean sut immédiatement qu'il était en présence du Christ et il croisa les bras sur sa poitrine, la main droite sur le coeur et la main gauche sur le sein droit selon le salu traditionnel des Esséniens, et Jésus répondit de même. Quelques paroles furent échangées; elles furent rapportées de diverses façons, mais le fait est que Jean saluait le Grand Maître qui était devant lui. Jésus entra alors dans l'eau et reçut le baptème de Sa propre volonté."

Et "après que Jésus eut reçu le Baptème et que le Saint Esprit fut descendu sur Lui, remplissant Son être de cette sagesse et de cette puissance divine qui Le transformaient d'une âme incarnée dans la chair du monde en un Christ destiné à racheter le monde."

Le baptême par immersion  totale permet à la flamme éthérique de quitter le corps le temps d’un éclair. Durant ce court instant l’égrégore d’une forme pensée de paix était relié à l’initié.

Anne Givaudan (Lecture d’auras et soins esséniens, Ed. Amrita) écrit que "Jean Le Baptiste et ceux qui le suivirent pratiquaient les baptêmes dans l’eau par immersion totale car ils savaient qu’un corps , immergé totalement durant quelques secondes va permettre un léger dégagement du corps éthérique et ainsi l’esprit Saint invoqué à ce moment précis pourra déposer son empreinte dans l’âme du baptisé."





Mort et Résurrection
Il existe beaucoup de théories différentes sur la crucifixion. En voici trois d'entre elles :

Anne et Daniel Meurois Givaudan (De Mémoire d'Essénien, Ed. Arista) expliquent ainsi le déroulement de la crucifixion :
"Jésus fut le seul à avoir été cloué à la croix. Jésus était exécuté en raison de complot contre la puissance impériale de Tibère et les deux hommes qui se trouvaient à ses côtés étaient des criminels entrés jadis à son service afin de déstabiliser la Palestine.
Une éclipse totale eut lieu lors de la crucifixion. Peu après, un soldat apporta une lettre à l’officier romain. Celui-ci cria :
" Reprenez votre Maître, s’il en est encore temps, l’empereur Tibère a commandé expressément un complément d’information sur lui. ".
Joseph d’Arimathie savait exactement tout ce qui se passait. Tout était programmé. Il fit emmener Jésus toujours en vie dans un tombeau qu’il a fait construire (pour un parent mourant avait-il dit). Tout a été minutieusement préparé par les Frères d’Héliopolis et Joseph lui-même. Pilate a mis deux gardes autour du tombeau de Jésus pour protection.
Jésus régénéra son corps aidé par des hommes venus pour cela. Il fut emmené en Galilée pour être soigné totalement en secret. Le Christ a quitté Jésus lors de cette nuit. Lors d’une ultime souffrance, il a laissé la place à Jésus. Il a nettoyé ce monde des déchets de l’humanité. Il a pris sur lui tout ce qui empoisonnait l’homme. Le Mystère s’est accompli cette nuit.
Tout fut préparé en secret par la grande Fraternité mais aucun n’a pu maîtriser totalement l’exact déroulement du Mystère. Jésus a offert sa chair au Christ (Logos) et il ne pouvait pas périr.
Ce sont des hommes et des femmes de la ville qui ont découvert le tombeau vide du Maître.
" Ils ont ressuscité Kristos en eux ! ".
Jésus est parti ensuite au Krmel (école initiatique essénienne) dans laquelle il a continué d’enseigner en secret jusqu’à un âge avancé. Son corps de chair fut tenu en parfait état d’incorruptibilité durant plusieurs siècles au monastère puis fut transporté plus à l’est."

D'après Baird T. Spalding (13 leçons sur la vie des Maîtres, Ed. Robert Laffont), les propos de Jésus sur la croix "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as tu abandonné ?" sont un contresens. Il a en fait dit :
- "Mon Dieu, mon Dieu, Tu ne m'as jamais abandonné, comme Tu n'as jamais abandonné aucun de Tes enfants. Tes enfants peuvent venir à Toi comme moi je suis venu. Ils peuvent voir ma vie comme j'ai vécu ma vie. Ainsi, en vivant cette vie, ils intégrèrent le Christ et s'unissent à Toi, Dieu mon père."
...
Jésus a été capable de reconstituer son corps après la crucifixion.
...
50 ans après sa crucifixion, Jésus était venu avec ses disciples.

Barbara Marciniak (Messagers de l'Aube, Ed. Ariane) écrit que la crucifixion du Christ était une insertion holographique. Elle n'a pas réellement eu lieu.
Jane Roberts (Le livre de Seth, Ed. J'Ai Lu) précise que La crucifixion s'est passée dans une autre période spatio-temporelle. Elle a eu lieu dans une autre réalité et a "émergé historiquement en tant qu'idée".
D'après elle, la crucifixion du christ est une fiction purement psychique.
Le christ n'a pas été crucifié. Il n'a pas choisi de mourir ainsi. Une conspiration s'organisa dans laquelle Judas joua un rôle, une tentative pour organiser un martyr sans le christ.
L'homme choisi a été drogué -d'où la nécessité de l'aider à porter sa croix (Luc 23)- et on lui a dit qu'il était le christ. Il crut qu'il l'était.
Pierre a renié trois fois le Seigneur (Matthieu 26).
En fait, il s'était rendu compte que celui qui était pendu n'était pas le christ. "Pourquoi, Pierre, m'as tu renié ?" vient du faux christ.


Pour ceux qui aiment la lecture "alternative" : voir ici


Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire