Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  23 Dec 2010 03:44:10

Fedser
Novice
Date d'inscription: 4 Dec 2010
Messages: 7

Scepticisme sur le réchauffement climatique

SCEPTICISME SUR LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE


D'aucun présentent l’effet de serre comme une certitude.
Certains d'entre nous seraient tentés de croire que le temps des croisades est révolu.
Ce serait une erreur !
Certes, la reconquête du tombeau du christ n'intéresse plus personne, mais les prêcheurs actuels hurlent pour lever des troupes contre les moulins à vent modernes et continuent à prédire régulièrement la fin imminente du monde.
Les tremblements de terre, les raz-de-marée, sont attribués à la pollution, aux relâchements des mœurs, à une hypothétique baisse de la fréquentation des mosquées. Alors qu'un tsunami n'est que la libération brutale de l'énergie accumulée par la dérive des continents. Le petit peuple ignorant -Quelle que soit sa religion ou sa politique- est perméable et demandeur de prêches apocalyptiques qui justifient ses angoisses. Ainsi, la dernière mode est de dénoncer l'élévation des températures avec des catastrophes à faire frémir les petits enfants. Ces bouches d'or nous chantent ceci : "Tremblez, ô mécréants coupables ! Le niveau de la mer s'élèvera de plus d'un mètre en 2001 ; la vie disparaîtra sous peu, la terre sera brûlante comme sur la planète VENUS !
Et pourquoi ?  A cause de la pollution par les gaz à effet de serre !" A la fin du siècle, on a vu ce qu'il en était ; mais, face au fanatisme, les faits sont têtus. Quant à l'élévation des températures, navré de décevoir les amateurs de sensations fortes, mais cela fait dix mille ans que le processus est enclenché ! A Rouen, la Seine n’est plus un glacier. La Sicile n’est plus recouverte de glace. La disparition programmée des glaciers alpins ne sera pas une catastrophe.  Ce n'est donc pas un scoop !
D'ailleurs, autour d'une évolution de base générale, l'évolution du climat connaît, comme de nombreux phénomènes naturels, des variations qui peuvent être importantes. A la fin du XVIème siècle, le petit âge glacière juste avant la révolution française, a entraîné des récoltes si faibles que la famine a amené la décapitation du roi !
Dans l'autre sens, pour apporter de l'eau à mon moulin, les inondations soudaines, les sécheresses et canicules récentes prouvent que les températures des années se suivent et ne se ressemblent pas.
Maintenant, examinons si le climat devient "enserré"...
Quand tout le carbone sera à l'état de dioxyde, ce qui sera réalisé à nouveau si TOUT le pétrole, le charbon, le gaz et les carbonates des pierres sera recyclé, il y aura effectivement un petit effet de serre avec un climat de serre, chaud humide et calme. La combustion des énergies fossiles ne parviendra pas à recycler les carbonates ; situation absurde, le nucléaire étant appelé à la rescousse ?
Les plantes pousseront avec un meilleur rendement et plus vite, ce qui chagrinera les ennemis des arbres.
Actuellement les déserts chauds comme le Sahara avancent, ce qui prouve un déficit en effet de serre puisque la sécheresse progresse. La sécheresse en Chine intéresse des régions où inondations et sécheresses alternent. Je fais confiance en la sagesse chinoise pour se défendre contre les conseillers envahisseurs !
Puis, n'en déplaise aux simplets qui voudraient nous gouverner, examinons une autre conséquence de ce déficit en effet de serre que sont les tornades. Un ouragan est une machine thermique.
La chaleur, en ce cas, est fournie par le sol, ou plutôt par la mer, qui, en s'évaporant provoque des courants ascendants vers les hautes altitudes, où règnent un froid intense.
Plus les tempêtes sont destructrices, plus cela prouve que l'atmosphère en altitude haute manque de gaz à effet de serre. Car elle est trop froide !
En conséquence, je crains fort que, ayant pris conscience que le recyclage atmosphérique du CO2 est très en retard vis à vis de l'évolution climatique, nos vaillants croisés ne mettent non seulement le feu à Constantinople comme au temps de la quatrième expédition vers 1204, mais aussi à tout ce qui ressemble à un puits de pétrole ou de gaz, aux mines de charbon ou même aux mines de rien, aux schistes bitumineux, aux arbres, et ils n'auront pas pitié même du dernier brin d'herbe ou du solitaire qui brille à votre doigt.
En fait, oui, c'est vrai, je suis en colère.
Exaspéré par l'ignorance fanatique prompte à s'inspirer de la vulgarisation scientifique pour gêner la production industrielle, la circulation des automobiles, des marchandises, de la culture, des hommes et des idées ; pour augmenter le chômage et l'obscurantisme... Ces partisans malthusiens préconisent l'élimination d'une partie de l'humanité pléthorique à leurs yeux, comme d'autres pratiquaient le génocide en envoyant ceux qui ne leurs ressemblaient pas en chambre à gaz.
Ces menteurs sont ignobles car ils font appels aux bons sentiments des naïfs.
Il faut donc répondre à ces manipulateurs par les seuls faits objectifs et rappeler la vérité, même si elle dérange.


Point n'est besoin d'élever la voix quand on a raison

Hors ligne

 

#2  23 Dec 2010 10:21:11

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: Scepticisme sur le réchauffement climatique


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#3  23 Dec 2010 22:58:25

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: Scepticisme sur le réchauffement climatique

http://carthoris.free.fr/Images/Ours%20blanc.bmp


J'avoue que ma connaissance de ce phénomène, je ne doute pas un instant de la destruction de notre planète par l'activité humaine surtout industrielle. Mais beaucoup présentent la période dans laquelle nous sommes entrés comme une période glacière ! Alors réchauffement ou glaciation ?

Un petit extrait pour ponctuer, tiré due l'excellent livre de Bernard Raquin "les grandes Manipulations des temps modernes":
"Notre mépris des autres humains, animaux ou de la nature en général provoque des catastrophes dont nous seront nous même victimes, si nous ne faisons rien pour réduire la destruction massive que nous produisons, car nous n’en sommes plus au stade de la pollution mais à celui de la destruction massive quand on voit le volontariat pour détruire, tags, pollution des nappes et rivières, de l’atmosphère, des ordures sauvages… Une grande partie des névroses de notre société moderne est due à la coupure entre l’homme et la nature."



Ce qui rappelle un peu Bernard Werber lorsqu'il dit que l'homme a peu de chance d'être intelligent tant est grande sa capacité à tout détruire.

L'accélération de cette destruction de nos propres ressources naturelles: pollution, déforestation, propagation des OGM rarification ou extinction des espèces animales... ne peuvent conduire qu'a un cataclysme d'une ampleur dot nous ignorons la portée tellement elle est inconcevable. Et rien n'est fait pour l'en empêcher bien au contraire il faut produire plus, consommer davantage, et créer des consommateurs.
Un exemple avec le bois: on nous parleras par exemple de développement durable nous poussant à construire avec du bois, ou nous chauffer avec car c'est l'énergie la moins couteuse, abattant des arbres pour les remplacer par des semences dont la maïs grand consommateur d'eau, ou le colza diffuseur d'allergies et rarifiant le bois et contribuant ainsi à une plus grande déforestation... curieuse façon de concevoir le développement durable que de le voir partir en planche ou en fumée n'est-il pas ce n'est qu'un exemple l'activité humaine est n'est qu'incohérence car basée sur le profit à cours terme.


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#4  26 Dec 2010 23:31:16

Organik
Modérateur
Lieu: suisse
Date d'inscription: 14 Oct 2010
Messages: 260

Re: Scepticisme sur le réchauffement climatique

Je suis d'accord avec toi Carthoris, au final nos actes sont entrain de détruire cette belle terre. Pour le réchauffement climatique, c'est une réalité. Je pense que les scientifique ne sont pas d'accord sur les conséquence qu'a eu, qu'a, et qu'aura se réchauffement.
Et je ne parlerai pas d'effet de serre, mais de réchauffement climatique (je pense que ça correspond mieux). Les théories qui parle de la montée de l'eau du au réchauffement peut s'expliquer facilement du à la fonte de la banquise. Et la aussi c'est une réalité, il fais de moins en moins froid, il y a moins en moins de glace,,, bref le réchauffement est bien la. Mais il ne faut pas oublier que le réchauffement existerait aussi sans l'homme. Je pense que l'homme le favorise énormément.
A force d'abuser des ressources de la nature, de forcer son réchauffement, de ne pas voire les signes évident que la nature nous offres, l'homme scie sa proche branche. Eh oui on arrivera au cataclysme, et je suis aussi d'accord que les conséquences de tous ça, sont INIMAGINABLE. Mais nous continuons à miser sur le court terme, le court terme, TOUJOURS le court terme,,, changerons nous un jour ? ou faut t'il que l'homme crève pour que le terre survive...


Hors ligne

 

#5  31 Dec 2010 03:29:21

Fedser
Novice
Date d'inscription: 4 Dec 2010
Messages: 7

Re: Scepticisme sur le réchauffement climatique

Bonjour à tous!
je viens de trouver ceci sur dailly motion.
Bonne année et bon visionnage!

http://www.dailymotion.com/video/xc8kvw … stapo_news

sourire


Point n'est besoin d'élever la voix quand on a raison

Hors ligne

 

#6  19 May 2011 11:21:19

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Scepticisme sur le réchauffement climatique

Changement climatique : climat et effet de serre

Le climat

Le climat se définit comme une description des moyennes et des extrêmes météorologiques en un endroit limité. Le climat est naturellement variable comme en témoigne l'irrégularité des saisons d'une année sur l'autre.
Cette variabilité est normale, et tient aux fluctuations des courants océaniques, aux éruptions volcaniques, au rayonnement solaire et à d'autres composantes du système climatique encore partiellement incomprises. De plus, notre climat aussi a ses extrêmes (comme les inondations, sécheresses, grêle, tornades et ouragans), qui peuvent devenir dévastateurs.
Cependant, depuis quelques décennies, un certain nombre d'indicateurs et d'études montrent que le climat se réchauffe à l'échelle du globe... Un phénomène inquiétant qui nous interpelle sur nos activités massivement émettrices en gaz à effet de serre.



Historique et découvreurs

En 1824, Joseph FOURIER, physicien français, surnomme "effet de serre" le phénomène démontré par Horace Bénédict DE SAUSSURE à la fin du 18ème siècle : la température sur Terre est accrue par l'atmosphère qui piège une partie du rayonnement infrarouge émis par la Terre.

Svante ARRHENIUS annoncait dès 1896, qu'en brûlant le charbon, les hommes allaient réchauffer la planète via un effet de serre renforcé et fût donc le premier à mettre en évidence le risque de réchauffement climatique. Il indiquait déjà avec beaucoup de clairvoyance que le doublement de la concentration en dioxyde de carbone dans l'atmosphère devrait entraîner l'augmentation de la température de 4°C à 6°C.

En 1958, Charles David KEELING commence à mesurer les concentrations de CO2 sur le volcan Mauna Loa à Hawaï : elles sont alors de 315 ppm puis de 330 ppm en 1974 : preuve locale d'une augmentation de la concentration en CO2.

En 1979, l'Académie nationale des sciences américaine lance la première étude rigoureuse sur le réchauffement de la planète. Le comité Charney qui en eu la charge concluait déjà que " si les émissions de dioxyde de carbone continuent d'augmenter, le groupe d'étude ne voit aucune raison de douter que des changements climatiques en résulteront, et aucune raison de penser que ces changements seront négligeables ".

Au début des années 80, le glaciologue grenoblois Claude LORIUS entreprit une coopération avec ses collègues soviétiques de la station Vostok, installée au coeur de l'Antarctique. En 1985, les foreurs russes parviennent à extraire des carottes de glace jusqu'à un kilomètre de profondeur. Publiées en 1987, leur analyse réalisée à Grenoble et à Saclay par les équipes de Dominique RAYNAUD et Jean JOUZEL, démontre que, depuis cent mille ans, il existe une corrélation étroite entre températures moyennes et teneurs en gaz à effet de serre.
En 1999, la démonstration s'est étendue aux 400 000 dernières années. Sur cette période, jamais la teneur en gaz à effet de serre n'a atteint les valeurs actuelles. Enfin, en 2008 confirmation a été apportée sur une période de 800 000 ans....

Depuis 1988, plusieurs milliers de chercheurs internationaux se sont réunis sous l'égide des Nations Unies pour constituer le Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) ou IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) afin de travailler sur ce bouleversement global (planétaire) et rapide.

Comprendre l'effet de serre

L'effet de serre est un phénomène naturel, indispensable à la vie sur Terre et qui assure une température moyenne de +15°C environ au lieu de -19 °C. En fait, une température de -19°C ferait geler les océans, ce qui augmenterait considérablement leur albédo (pouvoir réflecteur) faisant chuter les températures autour de -100°C...

La Terre reçoit la majeure partie de son énergie du soleil (principalement sous forme de lumière visible), une partie est directement réfléchie, une autre absorbée et une dernière rayonnée sous forme d'infrarouges (rayonnement thermique) par notre planète. Le rayonnement infrarouge émis par la Terre est en partie intercepté par les gaz à effet de serre de l'atmosphère terrestre tandis que le reste est diffusé vers l'espace.
Un gaz à effet de serre est donc relativement transparent à la lumière du soleil mais capable d'absorber une partie du rayonnement thermique de la Terre. Ta Terre équilibre le rayonnement solaire entrant par l'émission de rayonnement thermique. La présence de substances à effet de serre limite le rafraîchissement par rayonnement thermique et amène donc à un certain réchauffement (Richard Lindzen).

Ainsi, la vapeur d'eau, le méthane, le dioxyde de carbone et le protoxyde d'azote, qui sont les principaux gaz à effet de serre (GES) contribuent à piéger l'énergie renvoyée, augmentant la température moyenne de la Terre. En effet, ce sont les gaz à structure polyatomique (au moins 3 atomes) qui retiennent le rayonnement infrarouge au contraire des molécules diatomiques (99% de l'atmosphère) qui ont une structure trop simple.

Notons le double rôle des nuages dans l'effet de serre : vis-à-vis du rayonnement solaire, les nuages agissent principalement comme un parasol qui renvoie vers l’espace une grande partie des rayons du Soleil. Le pouvoir réfléchissant, ou albédo, des nuages épais à basse altitude, est ainsi très élevé, de l'ordre de 80%. Par contre, les cirrus qui sont des nuages d'altitude constitués de cristaux de glace, ont un effet parasol très faible puisqu’ils sont transparents mais participent fortement à l'effet de serre.

Les températures moyennes du globe (mesurées à 2 m au-dessus du sol sous abri) sont de : +15,1 °C en moyenne (régions polaires : -20°C, tempérées +11°C, équatoriales : +26°C).
Sur Mars où l'atmosphère est tenue et donc l'effet de serre absent, la température moyenne est de -50°C. Sur Vénus, où l'atmosphère est très chargée en gaz carbonique, la température moyenne est de +420°C. Nous comprenons donc que les concentrations en gaz à effet de serre sur Terre ont permis l'apparition des formes de vie que nous connaissons qui sont sensibles aux températures.

Source et suite
http://www.notre-planete.info/geographi … ment_0.php


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire