Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  23 Oct 2010 09:40:13

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

WikiLeaks

WIKILEAKS

WikiLeaks est un site Web lanceur d'alerte, publiant des documents et des analyses politiques et sociétales.
Sa raison d'être donner une audience aux fuites d'information en provenance notamment « des régimes d'oppression en Asie, aux États-Unis, dans l'ancien bloc soviétique, en Afrique et au Moyen-Orient », tout en protégeant ses sources.

Le site se veut également une aide pour « ceux qui, en Occident, veulent porter à la connaissance de tous les comportements non éthiques de leur gouvernement ou de grandes entreprises ».

Les réactions que suscite le site sont contrastées. La plupart de ses publications déclenchent de violentes polémiques et des intimidations au plus haut niveau .

Cependant, son action trouve aussi des défenseurs, tels que : le Parti pirate suédois qui, à l'été 2010, a proposé d'héberger gracieusement WikiLeaks; Reporters sans frontières qui, en décembre 2010, a dénoncé la censure infligée à WikiLeaks...

Les révélations de WikiLeaks sont désormais relayées par de grands quotidiens nationaux comme le New York Times, Le Monde, El Pais.



Attentats suicides, cas de torture perpétrée par les forces de sécurité irakiennes, implication de l’Iran : les quelque 400.000 rapports secrets de l’armée américaine en Irak révélés hier soir par WikiLeaks racontent par le menu détail le sombre quotidien de la guerre.


http://i55.tinypic.com/xndoad.jpg



WikiLeaks avait invité un petit nombre de journalistes de grands médias internationaux, dans la salle d’un club de Londres à une adresse tenue secrète jusqu’au dernier moment, afin de leur donner accès pendant trois heures et demie à une impressionnante masse de documents classifiés. Cinq autres médias —Le New York Times, The Guardian, le Monde, Der Spiegel et un site, The Bureau of Investigative Journalism— s’étaient préalablement vu offrir un accès privilégié pour décortiquer les pièces du puzzle.

WikiLeaks révèle la face noire de la guerre en Irak, les précisions de Fabienne Sintès


Flash non détécté




Les documents sont consultables sur le site de l’organisation à l’adresse http://warlogs.wikileaks.org/. “Ceci constitue le premier véritable aperçu de l’histoire secrète de la guerre que le gouvernement américain a toujours cachée”, proclame WikiLeaks en introduction.

Mais les différents rapports rédigés en style télégraphique sont parsemés d’acronymes et de trous, afin de masquer l’identité des personnes impliquées, de faire disparaitre les informations personnelles, ou d’éviter toute localisation.

Source


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#2  22 Nov 2010 23:39:12

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: WikiLeaks

Tout d'abord merci à Max de m'avoir aiguillé sur cette actualité bouillante.

Démarrage de l'histoire en avril 2010, WikiLeaks met en ligne une vidéo montrant deux photographes de l’agence Reuters être victimes d’une bavure de l’armée américaine en Irak, pas de quoi fouetter un chat au jours d'aujourd'hui mais la série de journalisme d'investigation continue...
25 juillet 2010, sans citer ces sources pour les protéger le site WikiLeaks lâche sa bombe médiatique sur le net aux yeux de tous : « Les carnets de guerre secrets en Afghanistan»,  qui divulgue l’action sur le terrain de «Task Force 373», unités spéciales soupçonnées de crimes de guerre. Le gouvernement démocrate de Washington s'emballe et met une unité de 120 hommes sur l'affaire pour déceler la fuite.
Arrive Novembre et son mauvais temps, d'abord pour se mettre en phase cet article du Monde AFP | 22.11.10 |



Synopsis du "Monde"

WikiLeaks annonce la publication prochaine de documents confidentiels

Le site WikiLeaks a promis, lundi 22 novembre, une prochaine publication, sept fois plus volumineuse que les 400 000 documents confidentiels récemment publiés sur la guerre en Irak, sur un sujet et à une date non précisés.

"La prochaine publication a sept fois la taille des documents sur la guerre en Irak", indique le site spécialisé dans la révélation de documents confidentiels, sur son compte Twitter. "Pression intense là-dessus depuis plusieurs mois. Aidez-nous à rester forts", écrit WikiLeaks dans un style télégraphique, en ajoutant un lien vers une page pour lui verser des fonds.

LA BÊTE NOIRE DU PENTAGONE
http://carthoris.free.fr/Images/WiliLeaks%20-%20Coupure.jpgAprès avoir publié en juillet 77 000 documents militaires américains classés sur la guerre en Afghanistan, WikiLeaks a récidivé sur la guerre en Irak le mois dernier, en publiant quelque 400 000 rapports d'incidents, écrits de 2004 à 2009 par des soldats américains, portant notamment sur des faits de torture.

WikiLeaks, devenu depuis quelques mois la bête noire du Pentagone, n'a pas révélé à qui il doit les fuites massives de documents de l'armée américaine. Mais les soupçons se portent sur, un spécialiste du renseignement au sein de l'armée américaine, arrêté en mai après la diffusion par WikiLeaks d'une vidéo montrant le raid d'un hélicoptère américain au cours duquel des civils ont été tués à Bagdad en 2007. Manning, qui est actuellement incarcéré près de Washington, risque une très lourde peine de prison s'il est reconnu coupable.

Julian Assange avait également promis cet été à Stockholm la publication de 15 000 documents militaires supplémentaires sur la guerre en Afghanistan expurgés de certains renseignements personnels.

J'espère que vous avez bien lu l'article du Monde allez je le refais outre le fait que tout le monde ai noté que Julian Assange et son site WikiLeaks ont révélé au monde le contenu de 400 000 doc confidentiels, il est notifié que sa source potentielle  Bradley Manning a été incarcéré après la diffusion montrant le raid d'un hélicoptère ayant tué des civils en 2007. Pour ne garder que le rationnel incarcéré pour avoir divulguer une bavure militaire. Gardons cela pour la suite ça peut servir. D'ailleurs je sers la suite immédiatement direction le Nouvel Obs... en ce moment à la une !



Article du "Nouvel Obs"

Interpol a reçu un mandat d'arrêt contre le fondateur de WikiLeaks

Julian Assange, fondateur du site qui a diffusé des documents secrets sur les conflits irakien et afghan, est recherché dans le cadre d'une enquête pour "viol et agression sexuelle".
Interpol a indiqué samedi 20 novembre avoir reçu de la Suède une "demande de mandat d'arrêt à fin d'extradition" (notice rouge) à l'encontre de Julian Assange, fondateur du site WikiLeaks recherché dans le cadre d'une enquête pour "viol et agression sexuelle".
"Interpol a reçu un mandat d'arrêt et une demande de publication de notice rouge émanant de son bureau central en Suède pour réclamer l'arrestation du fondateur de WikiLeaks Julian Assange", a annoncé l'organisation policière internationale dont le siège est à Lyon.
Interpol souligne toutefois ne pas pouvoir évoquer le contenu de cette notice rouge tant que la Suède ne l'aura pas autorisé à le faire.
La justice suédoise a ordonné jeudi l'arrestation de Julian Assange, Australien de 39 ans, à la suite d'une demande du parquet. Celui-ci avait alors annoncé s'apprêter à lancer un mandat d'arrêt international dans le cadre d'une enquête pour "viol et agression sexuelle" sur deux femmes en août en Suède.

Une "campagne calomnieuse", selon Julian Assange
Selon son avocat, Julian Assange, qui nie les faits, a fait appel vendredi après-midi de son mandat d'arrêt ordonné en Suède. Cette requête, si elle n'est pas suspensive, va néanmoins entraîner la saisie rapide d'une cour d'appel, qui doit confirmer ou annuler le mandat d'arrêt. Julian Assange se trouve en Grande-Bretagne selon un de ses collaborateurs.
Après avoir publié en juillet 77.000 documents secrets sur le conflit afghan, WikiLeaks a mis en ligne en octobre près de 400.000 rapports d'incidents qui montrent que l'armée américaine n'a "rien fait" pour empêcher des tortures commises par les forces irakiennes.

Julian Assange avait qualifié cet été les accusations portées contre lui en Suède de "campagne calomnieuse", peut-être orchestrée par le Pentagone pour salir la réputation de son site.
Julian Assange, bête noire du Pentagone, pourrait devenir "l'homme de l'année" 2010 de l'hebdomadaire américain Time.

Et voilà comment une affaire d'état se transforme en affaire de ... moeurs. Petit tour de magie qui se veut sortir les USA de scandales dont nous ignorons encore la portée, mais... suffisamment importants pour incarcérer des militaires trop bavards, mettre 120 agents du secret service sur le coup, et réagir avec foudre et stratégies médiatiques de diversion. Sortons alors de la presse géopolitique pour se rapprocher de celle qui fait ces choux-gras de ces news.

Direction : Paris Match

Une étrange histoire de triolisme et de viol

Le samedi 21 aout dernier, la justice suédoise avait annoncé l'inculpation de Julian Assange pour viol et attentat à la pudeur. Le rédacteur en chef du site, qui a publié en juillet plus de 70 000 fichiers militaires confidentiels sur les agissements de l'armée américaine en Afghanistan, est alors sous le coup d’un mandat d’arrêt. La veille au soir, deux femmes avait fait une déposition devant la police, l'une accusant Assange de viol et l'autre d'agression sexuelle. Dans un courriel adressé au quotidien suédois Dagens Nyheter, Julian Assange avait immédiatement démenti et affirmé qu'il n'avait pas été contacté par la police. Le soir même de son accusation, il était mis hors de cause par la procureure. Mais l’enquête bien sûr a continué. Selon le site américain Gawker , l’une des deux accusatrices serait Anna Ardin, une militante d’extrême gauche. Secrétaire politique et attachée de presse du «Mouvement fraternité» -un groupe controversé proche du Parti social démocrate, selon Gawker-, elle aurait organisé la venue de Julian Assange pour une conférence. Féministe radicale, Anna Ardin s’est notamment illustrée en écrivant un manuel de vengeance légale sur son blog, ou comment saboter une relation sexuelle en sept étapes… L’autre accusatrice, toujours anonyme aurait évoqué pour sa part une relation consentante, à trois. Selon le Guardian , le problème avec Assange, autour du refus de ce dernier de porter un préservatif.

«Pourquoi ces accusations font-elles surface aujourd'hui, voilà une question intéressante. Je n'ai pas été contacté par la police. Ces allégations sont sans fondement et extrêmement perturbantes», écrivait-il à Dagens Nyheter. Sur Twitter, Wikileaks avait ajouté: «Nous savions qu'il fallait s'attendre à des 'coups bas'. Voilà le premier». Le lendemain, dimanche 22 aout, le fondateur de Wikileaks avait fait savoir que les services secrets australiens l'avaient mis en garde contre des campagnes visant à discréditer le site internet avant la publication de nouveaux documents américains sur la guerre en Afghanistan. «Nous avons été avertis le 11 août par les services de renseignement australiens qu'il fallait nous attendre à ce genre de choses. Ils s'inquiétaient de ce que nous pourrions subir quelque chose comme ça», avait déclaré Assange dans le cadre d'une interview à la chaîne de télévision Al Jazeera. «Nous n'avons aucune preuve directe à ce stade indiquant qu'il s'agit d'une opération des services de renseignement ou influencée par les services de renseignement, mais le contexte actuel est troublant». «Ils ont découvert que l'autre accusation n'était pas crédible et ils enquêtent (sur l'autre accusation)», avait alors expliqué Julian Assange à Al Jazeera. Et d’en conclure, à tort: «Je présume qu'ils vont également trouver qu'elle n'est pas crédible». Point final

On notera que 2 femmes sont plus crédibles qu'une seule, à quelques détails détail prés elle se présentent "quand même en même temps" et finalement "au bon moment". Je me garderais bien à titre personnel de me prononcer sur viol ou pas viol. Une simple supposition au-delà de la véritable accusation de délit sexuel, il en est peut-être une autre, celle qui est fictive, ...ou encore celle plus pernicieuse, qui serait provoquée...
Mais au délà des supputations force est de constater que dans la vie d'un homme c'est pas de chance que ceci tombe au même moment  que ce qui peut-être "l'affaire du siècle", je veux parler de ceci:



"La prochaine publication fait sept fois la taille des précédents 'Irak War Logs'", lance Wikileaks sur son compte Twitter. Un second message posté deux heures plus tard enfonce le clou : "Les prochains mois verront un nouveau monde, où l'histoire mondiale est redéfinie".

Aucun détail supplémentaire sur les prochaines révélations n'a été fourni. Le site Mashable évoque l'hypothèse de nouvelles fuites à caractère militaire.
Sources: Nouvel Obs.com


Les prochains mois verront un nouveau monde, où l'histoire mondiale est redéfinie".

Pour redéfinir l'Histoire il faut qu'elle ait eu lieu il font donc référence à un évènement passé.
En matière de divulgation nous connaissons L'Opération Nortwoods archive déclasifiée elle nous montre de quoi ils sont capables, elle nous montre l'innommable, nous avons la certitude qu'ils ont tué Kennedy,  alors après la révélation des dossiers secrets Afghans
Une idée ? Le 11 septembre ? autre chose... ?

http://carthoris.free.fr/Images/WiliLeaks%20-%20Julian%20Assange.jpg

Epilogue

Vu la tournure des évènements en France avec l'Affaire Woerth et l'Affaire Karachi, il est permis de s'inquiéter surtout quand le vent souffle outre-atlantique sur les suites de la révélation de Julian Assange qui "REDEFINIRAIT L'HISTOIRE", quoiqu'il ait fait si il l'a fait rien n'est moins sûr prions pour que ces preuves soient à l'abri et voient le jour RAPIDEMENT...



"En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un événement survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi." - Franklin Delano Roosevelt -


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#3  23 Nov 2010 02:12:57

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: WikiLeaks

Ouille!…De rien Carthoris, le papier me brûlait les doigts! Aïe…

Sans attendre la suite de cette sordide histoire, Wikileaks est en train de disposer certains de ses serveurs bien au frais sous une trentaine de mètres de roche, dans un pan rocheux situé près du centre de Stockholm.



Acte qui pourrait entrer en résonance avec la déclaration de la municipalité de Moscou commandant 5 000 abris anti atomiques supplémentaires pour les prochaines années. Qu'ont-ils tous à vouloir s'enterrer en ce moment?

Dernière modification par Max (23 Nov 2010 02:37:48)


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#4  23 Nov 2010 19:35:52

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: WikiLeaks

http://www.sott.net/image/image/s1/32621/full/Wikileaks_001.jpg

Quelques (maigres) précisions concernant l'annonce de Wikileaks, selon La Dernière Heure :

http://www.dhnet.be/images/homepage_logo_dh.gif : Vous pensiez que Wikileaks avait dévoilé tous ses secrets? Pas du tout. D'ailleurs, le site Internet promet de dévoiler lundi près de 3 millions de documents confidentiels. SUITE

Dernière modification par Max (23 Nov 2010 19:41:37)


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#5  23 Nov 2010 23:01:36

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: WikiLeaks

ENORME,

j'espère que la révélation est à hauteur de ce qui est annoncé et ne concerne cette fois pas l'Afghanistan... ce n'est pas que je me désinteresse de ce pays, mais en matière de divulgation nous attendons autre chose... et surtout quelque chose qui pourrait"redéfinir l'histoire" quelque chose d'incontestable qui éclabousserait le pouvoir en place, convaincrait les sceptiques, ouvrirait les yeux des aveugles, remettrait tout à plat dans l'ordre, la vérité et la morale..

Vivement lundi prochain, en espérant que ce ne soit pas de la poudre aux yeux... en attendant vu que c'est finalement bien parti, que ça ambiance la presse et terrorise Washington bien que n'y croyant que peu, je mets le sujet en épingle en espérant qu'elle pique.

En attendant WiliLeaks a intérêt à bien étanchéiser son bunker suédois, des fois qu'un avion viendrait s'écraser dessus ou que l'on y découvre un traffic d'herbe de Provence. A propos d'espionnage en Suède chronique d'une revue de la presse suédoise du 8 novembre 2010, il n'y a pas de hasard en politique disions-nous !



Espionnage Suède / Etats Unis

Après les révélations de la semaine dernière sur l’espionnage de citoyens norvégiens par l’ambassade américaine à Oslo, la presse rapporte à présent que l’ambassade des USA en Suède a elle-aussi surveillé la population suédoise via sa Surveillance Detection Unit (SDU) crée il y a environ 10 ans. Interrogé par la chaîne de télévision TV4, un ancien employé le l’ambassade des USA a confirmé l’existence de la SDU : « Ils étaient intéressés par toutes sortes d’informations : couleur de cheveux, tenue, l’âge, langue, etc ». Objectif supposé de cet espionnage : la protection des intérêts américains en Suède.

Dagens Nyheter (DN) et Svenska Dagbladet (SVD) rapportent les propos de la Ministre suédoise de la Justice, Beatrice Ask, lors de sa conférence de presse de samedi : « le parquet est en train d’évaluer si cette pratique est conforme aux lois suédoises". "Nous comprenons que les pays soumis à un haut niveau de risque prennent des mesures pour réduire les possibilités d’attaque, mais ces mesures doivent respecter les lois suédoise". Le Ministre des affaires étrangères Carl Bildt se trouvant en Abou Dhabi, c’est son secrétaire de cabinet Frank Belfrage qui a rencontré l’Ambassadeur des USA pour l’informer de l’examen des pratiques américaines par le parquet. (Expressen).

Dans DN, un expert des problèmes judiciaires estime que les services de renseignements suédois (Säpo) étaient probablement au courant de ces pratiques : « Il serait incroyable que les services de la Säpo soient incompétents au point d’ignorer de tels agissements ». C’est également l’avis d’Aftonbladet, qui se demande dès lors qui, parmi les autorités suédoises, à dissimulé la vérité et pourquoi. Selon le journal, « ce n’est un secret pour personne que les USA surveillent les établissements américains à l’étranger ». Un membre du Département d’Etat américain a déclaré que « ces activités se font toujours en étroite coopération avec le pays hôte ».


Source : Ambafrance.org


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#6  27 Nov 2010 02:56:16

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: WikiLeaks

D'après le http://www.kowmedia.com/presse/data_review/lesoir_logo.gif Wikileaks publiera ses documents dimanche

Les Etats-Unis s’attendent à des fuites massives de câbles diplomatiques américains par le site WikiLeaks dans les prochains jours, et « se préparent au pire scénario », a confié mercredi Philip Crowley, le porte-parole du département d’Etat.

Les alliés des États-Unis à travers le monde ont été informés par des diplomates américains du contenu des documents qui devraient être prochainement mis en ligne par le site WikiLeaks, ce qui risque de plonger Washington dans l'embarras et d'endommager les relations des États-Unis avec plusieurs autres pays, dont le Canada, la Norvège, l'Italie, le Royaume-Uni, la Turquie, la Russie…

Ils ont aussi averti Israël de l’embarras que risque de causer aux deux pays la publication prochaine de câbles diplomatiques américains par le site WikiLeaks, rapporte vendredi le quotidien israélien Haaretz.

http://www.lesoir.be/zc/vignettes475x300/mediastore/_2010/novembre/hermes/ID2462636_26-assange-epa_092952_0156H2_0.JPG.jpg

Les nouvelles révélations de WikiLeaks peuvent provoquer une brouille entre les Etats-Unis et la Russie, tout comme avec la moitié des pays de la planète, écrit le quotidien Kommersant.



Les Etats-Unis ont pris contact avec les autorités belges, comme c’est le cas avec l’ensemble de leurs alliés. Par ailleurs, on a appris que Wikileaks publierait ses documents dimanche soir.

Comme cela est le cas depuis plusieurs jours en Russie, Australie, Canada, Israël, Suède, Norvège, etc., le poste diplomatique américain à Bruxelles a préalablement alerté les autorités belges sur une possible diffusion, par Wikileaks, de câbles diplomatiques qui pourraient éventuellement exposer des aspects inconnus de la politique de Washington.


Suite de l'article

ADDENDUM : " J’ai parlé au Département d’Etat aujourd’hui et ils m’ont dit qu’il y aurait des documents concernant l’Italie ", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Franco Frattini au parlement. « J’ai été informé que la personne responsable des fuites avait été arrêtée », a-t-il ajouté.

Dernière modification par Max (27 Nov 2010 03:36:51)


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#7  27 Nov 2010 20:03:57

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: WikiLeaks

Les USA ont prévenu les autres pays que le site wiki leaks risque de divulguer des documents compromettants sur les liens entre certains d'entre eux  ... ces révélations inquiètent tout le monde ..

Les nouvelles révélations à venir du site Wikileaks semblent inquiéter au plus haut point la diplomatie américaine : depuis plusieurs jours, le département d'Etat s'active pour limiter les dégâts auprès des alliés des Etats-Unis.

Wikileaks s'apprête à frapper un grand coup. Ce site qui s'est illustré dans la mise en ligne massive sur internet d'écrits et de videos confidentiels, en juillet sur l'Afghanistan puis le mois dernier sur l'Irak, a promis de faire plus fort encore en diffusant dans les jours qui viennent des millions de documents diplomatiques américains.

Ce qui affole le département d'Etat, lequel s'est mis à alerter tous azimuts les alliés de Washington, ou même simplement ceux qui ne lui veulent officiellement pas de mal, depuis Moscou jusqu'à Londres en passant par Jérusalem et Bagdad, des méfaits à venir de Wikileaks.

Hillary Clinton a personnellement contacté ses homologues d'Allemagne, d'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis, de Grande-Bretagne, de France et d'Afghanistan. Un branle-bas de combat diplomatique à la mesure des dégâts attendus par les Etats-Unis de la divulgation sauvage de cables en principe secrets et pour cela plus rugueux que ne le sont les échanges diplomatiques officiels.

Sachant que Wikileaks joue sur la quantité : il y a forcément des informations très dommageables dans le grand nombre de documents bruts subtilisés grâce à des agents des renseignements indiscrets dont le Pentagone croyait avoir identifiés en mai au moins le plus actif. Ce qui n'empêche manifestement pas Wikileaks de continuer à s'approvisionner aux meilleures sources.

RFI

Pourquoi les Etats-Unis ont peur des prochaines révélations de Wikileaks

Actu France-Soir 27/11/10 à 18h35

Les prochaines publications de Wikileaks effrayent Washington, qui s'insurge contre une démarche qu'elle juge « dangereuse » et tente d'amortir le choc.

La publication imminente par WikiLeaks de millions de documents secrets américains donnait la migraine à de nombreux gouvernements samedi, Washington s'insurgeant contre une démarche "dangereuse", multipliant les contacts avec ses partenaires pour amortir le choc. Hillary Clinton, la secrétaire d'Etat, a décroché son téléphone vendredi pour prévenir personnellement les dirigeants français, afghans, émiratis, britanniques et chinois du contenu possible des câbles diplomatiques dont le site internet est en possession. « Dans tout le département d'Etat, de hauts responsables entrent en contact avec des pays pour les prévenir », a aussi confié Philip Crowley, le porte-parole de la diplomatie américaine.
Risques pour les Etats-Unis et leurs alliés

L'entreprise de limitation des dégâts est d'autant plus aléatoire que WikiLeaks disposerait de près de 3 millions de documents de toutes sortes émanant des ambassades américaines dans le monde entier : analyses, compte-rendu de réunions avec des dirigeants étrangers, notes diverses... Ces papiers confidentiels sont destinés à l'usage exclusif du gouvernement américain, et le département d'Etat met en garde depuis des jours contre les risques que leur publication présente pour les Etats-Unis et leurs alliés.

Dans un entretien que CNN doit diffuser dimanche, et dont l'AFP a obtenu la transcription, le chef d'état-major interarmées américain, l'amiral Michael Mullen, a ainsi qualifié les agissements de WikiLeaks d'"extrêmement dangereux", notamment pour la sécurité des soldats américains, et a appelé les responsables du site à renoncer à ces révélations. La démarche de WikiLeaks, un site spécialisé dans la divulgation de documents confidentiels, « est un obstacle absolu à ma fonction, qui est de pouvoir discuter en confiance avec les gens », a jugé pour sa part James Jeffrey, l'ambassadeur des Etats-Unis à Bagdad.
Panique

A Moscou, le quotidien Kommersant a aussi affirmé que les fuites comportaient des appréciations "désagréables" qui pourraient blesser Moscou. « La divulgation de secrets britanniques sème la panique », assurait samedi le quotidien populaire Daily Mail à Londres, où le gouvernement Cameron a appelé les patrons de presse à « garder à l'esprit » les implications des fuites pour la sécurité du Royaume-Uni. Le quotidien britannique The Guardian avait été, avec le Spiegel allemand, le New York Times et Le Monde français, le vecteur de publication des précédentes fuites de WikiLeaks.

Selon une source officielle britannique, une partie des documents pourrait faire l'objet de « notes-DA ». En vertu de ces accords volontaires, les médias acceptent de ne pas publier certaines informations jugées sensibles sur les opérations militaires et de renseignement. Parmi les sujets susceptibles de figurer dans les fuites figurent le Proche-Orient, mais aussi l'Afghanistan et l'Irak, deux pays déjà au centre des précédentes fuites organisées par WikiLeaks. Selon des informations de presse, les nouvelles révélations porteraient notamment sur une aide de la Turquie aux militants d'Al-Qaïda en Irak et un soutien des Etats-Unis (contre la Turquie) aux rebelles kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), réfugiés en Irak. Le ministre turc des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu, qui a nié en bloc toute aide à Al-Qaïda, mais aussi l'existence d'un désaccord avec les Etats-Unis à propos du PKK, arrive ce week-end à Washington pour une visite de quatre jours.

Au même moment, Hillary Clinton se rendra au sommet de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Celui-ci se tiendra au Kazakhstan, un autre pays potentiellement cité dans les câbles que s'est procuré WikiLeaks.


FranceSoir


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#8  27 Nov 2010 21:24:36

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: WikiLeaks

Bonsoir chez vous,

Branle-bas de combat !…
Y aura-t-il des meurtres au bout du tunnel ?… Ou du moins, pour resté poli, des "écartés"… Quelle gadoue !…
On peut craindre pour certaines personnes que je ne citerai pas…
wiki leaks est en train de prendre des risques aussi !… Personnellement, il sera très intéressant de voir de quelles manières les pouvoirs gouvernementaux vont esquiver ce scandale !…

On peut déjà sentir frémir non pas seulement les usa, mais aussi tout ceux qui ont participé depuis quelques années à cette frénésie à tout va (je parle de cette boucherie à qui mieux mieux)… Europe, pays d'Asie, Russie, etc etc…

Que de révélations !…

Réaction à chaud !…
nondit


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#9  28 Nov 2010 01:30:08

Carthoris
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 2573

Re: WikiLeaks

un vrai feuilleton en temps quasi réel ce jour samedi 28/11/10, si ça les fait autant flipper c'est que la vérité n'est pas loin.

16h: Le conditionnel disparaît
Dans plusieurs médias, les journalistes ne s’embarrassent plus du conditionnel pour évoquer les Statelogs. Sur la radio canadienne 98,5 FM, Normand Lester, spécialiste de la diplomatie américaine depuis plusieurs décennies, prédit un désastre, “la plus grande catastrophe diplomatique de l’histoire des relations internationales”. Il évoque une “chronique crue” des rapports entre les Etats, et cite cinq rédactions: le New York Times, Der Spiegel, le Guardian, mais aussi El Pais et Le Monde. A la différence des trois premiers journaux cités, les deux derniers ne seraient en possession que d’une partie des documents, qui concerneraient leur propre pays.

20h45: La France critiquée
D’après le Daily Mail, la France pourrait bien être vexée lorsqu’elle aura pris connaissance des rapports la concernant, échangés entre les Etats-Unis et le Royaume-Uni. S’exprimant dans les colonnes du tabloïd, un officiel britannique souligne le consensus contre les Français:

"Se plaindre des Français était presque devenu un sport"

21h30: Wikipedia réagit
Le cofondateur de Wikipedia apostrophe WikiLeaks. Via Twitter, Larry Sanger, cofondateur de Wikipedia, s’en prend directement à la démarche de WikiLeaks (la suite dans un second tweet):

"En ma qualité de cofondateur de Wikipedia, je vous considère comme des ennemis des Etats-Unis – pas seulement du gouvernement – mais aussi du peuple. Ce que vous nous faites subir est irresponsable et ne saurait être excusé par des prêches sur la liberté d’expression ou la transparence."

Merci à owni.fr


Toutes les opinions sont respectables, c'est vous qui le dites ! Moi je dis le contraire, c'est mon opinion respectez-là !

Hors ligne

 

#10  28 Nov 2010 02:40:37

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: WikiLeaks

Effectivement Carthoris nous avons droit à un véritable feuilleton, avec Wikileaks.

Je suppose, décalage oblige, que tu es dans les bras de Morphée, je prend donc la suite, pour vous rappeler que depuis l'annonce de nouvelles révélations le site Wikileaks.org n'est plus opérationnel, ou si vous préférez n'est plus mis à jour.

Ensuite, Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, a déjà autorisé le New York Times, le Guardian britannique, l'hebdomadaire allemand Der Spiegel et les quotidiens français et espagnol le Monde et El Pais à consulter les notes, selon des sources proches de l'affaire.

D'après owni, un site d'informations indépendant basé à Paris, ces journaux publieront leurs premières analyses des nouveaux documents dimanche à partir de 21H30 GMT (16H30 heure de Montréal).

NOTA : Je vous rappelle que cet été, la publication des 77 000 documents par Wikileaks portant sur les activités militaires américaines en Afghanistan et des 400 000 se rapportant à la guerre en Irak avait au plus haut point énervé le Pentagone.

En effet, un document interne venant de l'administration militaire confirme que Wikileaks est perçu comme une menace, car il y est mentionné qu'il est nécessaire : «d'affaiblir le site par la mise en place d'opérations visant à dénigrer ou faire douter de l'intégrité de ses dirigeants».

Pour rappel :


http://www.branchez-vous.com/images/logo_bv_techno_blanc_126x67.png

Vendredi 6 août 2010 à 9H29
Fichier «Insurance»: Wikileaks protège ses arrières contre d'éventuelles représailles


Wikileaks a placé un dossier crypté de 1,4 Go sur son site. «Insurance» servirait de police d'assurance permettant au site de se protéger si les autorités américaines deviennent menaçantes.

«Il peut être utile de s'assurer que des parties importantes de l'histoire ne disparaissent pas. (...) Nous avons déjà publié 76 000 documents, et nous en avons encore 15 000, sur lesquels notre équipe travaille pour s'assurer que les informateurs n'y sont pas identifiés», explique le fondateur de Wikileaks, Julian Assange.

Les 15 000 documents intégrés dans le fichier crypté concerneraient les opérations américaines en Afghanistan, ce qui inquiète le Pentagone au plus haut niveau. Plusieurs sites Web croient qu'il s'agit d'une police d'assurance pour Wikileaks contre l'emprisonnement de ses membres ou l'attaque de son site par les autorités américaines.

Le site Cryptome a remarqué en premier la présence de l'énorme fichier «Insurance», le 29 juillet. Il a été placé sur la même page Web que les documents confidentiels concernant les opérations de l'OTAN en Afghanistan, rendus disponibles quelques jours plus tôt.

«On se demande s'il comprend les 15 000 documents d'Afghanistan ou peut-être beaucoup plus, en attente de publication ("assurance") contre une attaque des départements de la Défense ou de la Justice ou d'acteurs inconnus», indique Cryptome.

Wikileaks bluffe-t-il?*

Des experts en sécurité ne sont pas convaincus de la véracité des affirmations de Wikileaks, puisque ce dernier n'a rien dévoilé sur le contenu du fichier. Il pourrait s'agir tant de documents confidentiels et hautement sensibles que de données prises au hasard sur le Web, précisent-ils.

par Aude Boivin Filion

*Apparemment Wikileaks ne bluffait pas.

Dernière modification par Max (28 Nov 2010 02:54:37)


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire