Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#11  25 Sep 2011 10:46:43

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Les combustions spontannées

Un cas d'autocombustion humaine en question


http://nsa27.casimages.com/img/2011/09/25/110925105231719416.jpg



C’est le genre de phénomène que l’on garde précieusement rangé dans le tiroir des scénarios pour les films et les séries à mystères paranormaux, ou les documentaires de la TNT. Comme le «triangle des Bermudes», les Chupacabra, Rosewell, et tout ce qui fait la base d’un bon épisode d’X-Files. L’autocombustion d’un homme, c’est-à-dire l’immolation d’un être humain sans cause extérieure, est un phénomène qui a priori n’existe tout simplement pas.

Sauf qu’un médecin légiste irlandais a décrit l’inverse cette semaine, en donnant l’autocombustion comme cause du décès de Michael Faherty, 76 ans, retrouvé brûlé en décembre 2010. Selon la BBC, cette autopsie fait de cette mort le premier cas d’autocombusion dans l’histoire de l’Irlande.

Les experts avaient d’abord pensé que Faherty avait été brûlé par les flammes qui s’étaient échappé de la cheminée non loin de laquelle il avait été retrouvé. Mais après enquête, le légiste a modifié son rapport. «L’incendie est resté confiné à cette seule pièce, raconte la BBC. Les seuls dégâts que l’on a retrouvé étaient sur le corps du défunt, totalement brûlé, au plafond et sur le sol au-dessous du corps». Aucun produit de mise à feu n’a été retrouvé. Le légiste, Kieran McLoughlin s’en tient donc à une explication toute simple : «nous avons cherché toutes les causes possibles et je dois m’en tenir à la seule conclusion possible : ce décès doit rentrer dans la catégorie des cas d’autocombustion humaine, pour laquelle il n’y a aucune explication.»

Pour en savoir plus, The Guardian a de son côté puisé dans l’histoire des autocombustions humaines et en fouillant dans ses archives, exhumé un article faisant état d’un tel cas en 1825. Un certain Dr. Trail arrivait à conclusion que la combustion spontanée provenait d’une «huile» particulière, présente dans le sang, observée chez les personnes qui font une consommation excessive d’alcool «fort». Voilà, disait Trail, ce qui pourrait expliquer le phénomène de l’autocombustion des corps humains.

Mais selon NPR, citant un autre expert qui a travaillé sur ces phénomènes, aucune énergie intérieure, présente dans le corps humain, ne suffit à mettre le feu au dit corps. Il doit y avoir forcément un point de départ, à chercher à l’extérieur du corps, à la mise à feu. Selon les enquêtes plus poussées, il s’avère souvent que ce point de départ est une cigarette. Conclusion : Michael Faherty était soit un très gros buveur, soit un fumeur. Soit les deux. Dans tous les cas, voici une autre illustration des dégâts causés par l’alcool et le tabac.

Désolé Scully et Mulder.


http://www.youtube.com/watch?v=qxuc7xJA … r_embedded

Source
http://www.slate.fr/lien/44157/autocomb … e-question


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#12  29 Sep 2011 17:08:46

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: Les combustions spontannées

Complément à l'article précédent, mais en anglais: ICI


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#13  29 Sep 2011 17:16:32

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: Les combustions spontannées

Une explication, l'effet de mèche:

Les corps découverts entièrement ou partiellement réduits en cendres sont généralement présentés comme « inexplicables », donc impliquant une cause paranormale comme la combustion humaine spontanée, car ce phénomène ne s'observe habituellement pas en cas d'incendie ni après passage sur un bûcher funéraire ou dans un four crématoire : il reste une dépouille calcinée, ou au moins des fragments d’os. Or, des expériences ont montré que la réduction en cendres peut bel et bien se produire à la suite d'une mise à feu extérieure si certaines conditions sont réunies : il faut qu'il y ait embrasement à l'aide d'une petite quantité d'accélérant (produit hautement inflammable) ou d'une source ponctuelle de chaleur intense d'un cadavre vêtu suffisamment « gras », qui se consume ensuite lentement par effet de mèche. Le phénomène n'a donc rien de mystérieux.

Une de ces expériences, dans laquelle le « cadavre » est une carcasse de porc dont la répartition en graisse se rapproche de celle d'un humain, a été filmée et présentée dans un documentaire de la chaîne Discovery Channel. Elle s'inspire d'un crime commis dans le sud de la France, dans lequel le corps d'une femme âgée avait été retrouvé presque entièrement réduit en cendres. Les coupables ayant été arrêtés, les circonstances de la mise à feu sont bien documentées : après avoir tué la victime lors d'une tentative de cambriolage, ils avaient versé sur le col de son vêtement le contenu d'une bouteille de parfum qui se trouvait à proximité, puis mis le feu au liquide avant de s'enfuir. Leur intention était d'incendier les lieux pour effacer toute trace de leur effraction ; mais le cadavre s'était consumé lentement à l'intérieur de la pièce close sans que le feu se communique à l'ensemble du local. La carcasse de porc fut placée dans un environnement reproduisant celui de la victime (tapis, meubles et télévision) pour rendre compte des traces (noircissement, déformation…) observées sur les lieux du crime à proximité du corps.

L'accélérant produit dans un premier temps une chaleur suffisante pour initier une combustion de la graisse mais, étant en faible quantité, il est vite épuisé et ne provoque pas d'incendie. C'est la graisse du corps qui prend le relais ; cette combustion, accompagnée de flammes très courtes, est propagée le long du corps par les vêtements, qui jouent le rôle de la mèche d'une bougie. Le processus, très long (plusieurs heures), nécessite une quantité suffisante de graisse, c'est pourquoi il touche en priorité la partie centrale du corps et peut laisser une partie des extrémités intactes. En dehors des crimes où la mise à feu est effectuée volontairement par le criminel, une mise à feu accidentelle à proximité d'une source de chaleur, telle une cigarette ou le foyer d'une cheminée, est envisageable après le décès naturel de la victime ou lorsque celle-ci se trouve dans l'incapacité de réagir, comme par exemple lors d'un coma éthylique.

SOURCE


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire