Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  30 Aug 2010 00:22:04

jean-luc
Modérateur
Lieu: CAMBRAI (Nord)
Date d'inscription: 16 Jul 2010
Messages: 326
Site web

Les combustions spontannées

LES COMBUSTIONS SPONTANNEES


Des hommes et des femmes, partout sur terre sont inexplicablement retrouvés partiellement ou complètement carbonisés sans que l'environnement ne subisse les effets de la théorique intense chaleur nécessaire pour réduire les malheureuses victimes à l'état de cendres.



Heureusement ces cas sont très rares.




Source

La théorie d'Antoine Bagady, chercheur au CNRS, a donné une conférence sur ce sujet en 2001, s’appuie sur plusieurs rapports dont voici des extraits :

« Sous certaines conditions, un corps humain se consumera, par combustion lente, dans sa propre graisse, en provoquant peu ou aucun dégât aux objets environnants. Cette combustion n’est pas spontanée mais induite par une source de chaleur externe au corps » (cas Thurston 1961)

« En 1965, Gee a démontré qu’une température de 250°C est nécessaire pour enflammer la graisse humaine. Cette graisse fournit elle-même de la chaleur. La graisse continue à brûler tant que la température reste supérieure à 24°C »

« L’auto-combustion humaine représente une des différentes possibilités de combustion humaine. Celle-ci requiert pour démarrer l’association de deux facteurs :

•L’incapacité de réaction de la victime
•La présence d’une source calorifique à proximité
Donc, pour résumer, la graisse humaine peut prendre feu et se consumer lentement à la manière d’une chandelle, entraînant la destruction partielle ou totale du corps.
Ce phénomène exige qu’une partie du corps soit portée à une température minimale, fournie par une flamme ou tout autre moyen. A partir de là, la combustion peut s’auto-entretenir.
Source

Malheureusement ces deux facteurs ne sont pas toujours réunis pour apporter la réponse à ce mystère





http://www.dinosoria.com/enigmes/combustion-4.jpg

(Illustration humoristique anglaise du 19e siècle)

Hors ligne

 

#2  30 Aug 2010 00:31:31

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: Les combustions spontannées

Quelques cas connus:

    * Comtesse Cornelia Bandi : Le premier cas connu de l’histoire a lieu en Italie, près de Vérone, en 1731. Après avoir regagné sa chambre après un dîner, la comtesse âgée de 62 ans est retrouvée en cendres (excepté bras et jambes) dans sa chambre remplie de suie.
    * Vieille dame de Caen : En 1782, une vieille dame est retrouvée en cendres.
    * Patrick Rooney : À Noël 1885, un homme est retrouvé calciné dans sa cuisine.
    * En 1938, une jeune fille prend feu et meurt dans une salle de bal à Chelmsford en Angleterre.
    * En 1980, une jeune anglaise brûle dans une discothèque à Darlington.
    * George Turner : En 1958, en Angleterre, un homme se consume dans son camion.
    * John Irving Bentley : un docteur de Couderport, Pennsylvanie a été retrouvé en décembre 1966 en cendres, provoquant un trou dans le plancher de sa salle de bains.
    * Ginette Kazmierczak : Une mère de famille seule, dans le bourg lorrain d'Uruffe en 1977, est retrouvée carbonisée dans sa chambre. Seuls ses bras et ses jambes sont intacts.
    * Mary Reeser : En Floride, une femme est retrouvée en cendres dans son appartement. Les experts ont évalué qu’une température de 2 500 degrés Celsius pendant une durée de 3 heures était nécessaire à une telle combustion. Des experts en pyromanie, des pathologistes et des agents du FBI n’ont pas trouvé d’explication.
    * Robert Francis Bailey : À Londres, en Angleterre, un pompier retrouve un sans-abri nommé Bailey, en train de brûler au niveau de l’abdomen.


Source


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#3  31 Aug 2010 09:26:36

Crystelle
Missionnaire
Date d'inscription: 18 Jun 2010
Messages: 370

Re: Les combustions spontannées

Bonjour à tous ! Merci pour ces nouveaux sujets ! Ceci est le phénomène le plus incroyable et assez effrayant tout de même !


Partageons, partageons les découvertes et les connaissances. Mettons nous à la place de ceux qui cherchent. Ne laissons personne dans l'ignorance.

Hors ligne

 

#4  3 Sep 2010 09:20:17

Voyageur
Missionnaire
Date d'inscription: 24 Jun 2010
Messages: 193

Re: Les combustions spontannées

Bonjour,
Deux cas de  combustion humaine spontanée, intéressants,  à mon avis,  dans la mesure où les victimes ont survécu au "feu du diable" et ont ainsi pu apporter leur témoignage sur la réalité du phénomène, sont ceux de Jack Angel  (à partir de 3'44'' dans la vidéo) et de Peter Jones (à partir de 4'30''), lequel l’a d’ailleurs subi à deux reprises dans la même journée:

http://www.youtube.com/watch?v=zuGQC-2o … r_embedded



A lire également un article de Sylvie Louis:

Certains phénomènes étranges et encore inexpliqués arrivent dans nos sociétés civilisées.
On parle de combustion spontanée lorsque des êtres humains brûlent sans raison apparente.
C’est le plus mystérieux des phénomènes provoqués par le feu. C’est un des sujets du paranormal pour lequel il y a un grand nombre de photos et d’expertises, les cas étant toujours suivis d’enquêtes policières, la mort n’étant pas vraiment de type naturel.

http://img251.imageshack.us/img251/6963/uruffeqz4.jpg Plusieurs hypothèses sont envisagées: Un " court-circuit " des champs électriques du corps humain, une réaction atomique en chaîne qui produirait une chaleur interne phénoménale, un cocktail de substances chimiques qui se formerait dans l’estomac. Physiologiquement cela se traduit par l’accumulation de phosphagènes, dont la vitamine B10, dans les tissus, qui sont dans certains cas très inflammables. La combustion serait alors déclenchée par des orages magnétiques, ou d’autres phénomènes électriques.
Pour d’autres, ces morts s'expliquent par l’embrasement d'un vêtement par une cigarette ou que la victime se soit trop approchée du feu.
Voir dans la consommation immodérée d’alcool la cause de ce phénomène est un mythe qui ne repose sur aucune réalité.

Des expériences réalisées sur un foetus humain et sur des cadavres d’animaux ayant subi une longue imprégnation d’alcool pur l’ont clairement démontré : ils n’ont brûlé que superficiellement lorsqu’on leur a mis le feu.
Et ce qui est contradictoire c'est que même dans les crematoriums le corps humain ne devient jamais que de la cendre, il reste toujours des petits fragments d'os qui ont résisté à la chaleur, alors qu il ne reste rien après une combustion spontanée.
On a pris l’habitude d’écrire que les corps sont réduits à «un tas» de cendres.
C’est inexact : les restes carbonisés gardent assez nettement la forme des viscères et des tissus touchés.
Cette vision est beaucoup plus choquante que s’il s'agissait d’un tas de cendres informe (cela arrive dans certains cas, il s’agit alors de calcination).

L'inspecteur de police à la retraite John Heymer est l'un des enquêteurs le plus sérieux sur les phénomènes de combustion vive.
Il est arrivé a la conclusion que la chaleur intense provoquant la combustion spontanée provient d'une flamme alimentée par du gaz et surgissant de l'intérieur du corps.
C'est, selon lui, l'unique explication plausible qui rende compte des températures élevées atteintes dans certaines zones du corps.
Certains des indices qui l'ont amené à cette conclusion lui ont été apportés par une affaire survenue le 19 septembre 1967.http://img251.imageshack.us/img251/5450/baileydv2.jpg
Ce jour-là, un pompier atteignit le lieu de l'accident à temps pour voir une flamme bleue qui sortait encore d'une blessure dans l'abdomen de la victime. On peut supposer que l'homme était bien vivant lorsqu'il a commencé à brûler car il avait mordu fortement le montant de bois de la cage d'escalier où il était tombé
.


Bien que cette théorie soit plausible, on ignore encore quelles sont les causes de ce phénomène.

Un des premiers ouvrages scientifiques traitant de la combustion spontanée du corps humain est l’ouvrage intitulé «Incendiis Corporis Humani Spontaneis» paru en 1763 en Hollande.

Le livre de Michael Harrisson «Fire from Heaven» fait autorité en la matière. Il est le résultat d’un remarquable travail et contient une importante documentation.
Mais il comporte aussi des hypothèses et déductions très contestables.
Harrisson ne voit que deux explications possibles à l’origine du feu : soit «une intention personnelle» (un suicide conscient ou inconscient), soit une défaillance mécanique du système de régulation de la température. Il ne nous dit pas où le corps humain puiserait l’énergie nécessaire à la carbonisation d’une masse de chair et d’os de 70 kilos constituée à 62 % d’eau.
Les connexions qui sont faites entre la combustion spontanée, la télépathie et les danses rituelles sont plus que fragiles.
L’hypothèse selon laquelle la production de méthane par certains cancers du tube digestif pourrait présenter un danger n’offre pas d’intérêt (l’intestin produit de toute façon du méthane en dehors de toute tumeur maligne)..http://img9.imageshack.us/img9/4716/bentleyuj3.jpg

La théorie de l’énergie électrostatique humaine a encore moins de sens : elle suppose que les cellules musculaires, présentant des analogies avec les accumulateurs (ce qui est vrai), sont dans certaines conditions capables d’atteindre une température élevée (entre 1500 et 2000° pour les cas extrêmes).
Dans cette éventualité, la fragilité des cellules ne leur permettrait pas de supporter une chaleur aussi intense plus de quelques secondes et le processus de destruction s’arrêterait de lui-même.
Il n’y aurait pas carbonisation mais seulement caléfaction (dans les cas les plus avancés : simple cuisson).
Quant à la sélection sociale que semble opérer ce feu si particulier et qui intrigue tant l’auteur, elle n’est qu’illusoire : il y a dans nos sociétés moins de bourgeois que de prolétaires.

Les combustions spontanées présentent des constantes: la victime semble ne pas avoir conscience de ce qui lui arrive, la chaleur dégagée est très intense, le feu ne s'étend pas en dehors de la personne (des victimes ont été carbonisées dans leurs vêtements presque intacts) et aucun lieu ne semble offrir de protection, y compris les espaces découverts, les navires, les voitures ou même... les cercueils.

Contrairement à une idée très répandue, cette mort étrange et fulgurante ne touche pas que des personnes âgées, dépressives ou solitaires : on connaît au moins deux cas de jeunes filles décédées dans des lieux publics alors qu’elles s’amusaient. Michael Harrisson signale même un cas particulièrement choquant puisque la victime était un bébé de 11 mois.
Le cas de Mary Reeser est célèbre pour plusieurs raisons.
D’abord parce que le FBI s’est occupé de l’affaire (il s’agissait de la première enquête contemporaine). Ensuite, à cause d’une méprise : les restes de la victime furent réduits à un conglomérat de cendres si restreint qu’on la crût tout d’abord absente du lieu du drame.
A ces deux particularités s’ajoute un détail qui semble issu d’un film fantastique : les premières personnes arrivées sur les lieux constatèrent que le bouton de la porte de l’appartement était trop chaud pour qu’on puisse y porter la main (c’est à cause de ce fait insolite et inquiétant que l’alerte fut donnée).
Mais l’élément le plus singulier est probablement l’extraordinaire transformation de la tête de Mary Reeser. Son crâne fut en effet réduit à la taille d’un pamplemousse.
Cette réduction est incompréhensible : un crâne humain a d’ordinaire tendance à se dilater lorsqu’il est soumis à une forte chaleur.
Des experts en pyromanie, des pathologistes furent appelés à la rescousse pour mener l'enquête.
Mais aucun d'eux ne put expliquer pourquoi le corps fut entièrement désintégré ainsi que les os. Seuls ont subsisté le crâne, quelques vertèbres, et un pied qui portait encore une pantoufle.
La pièce était complètement intacte et le fauteuil fondu.
La mort accidentelle fut déclarée cause de l'accident.
Pourtant les faits ne concordent pas avec cette affirmation.
En effet, pour réduire des os en cendres, il faut une température d'au moins 1650° C, ce qu'un simple incendie de fauteuil ou de vêtement est incapable de produire.
D'autre part, une telle température aurait entraîné la combustion de toute la maison.
La quantité de suie dégagée montre que le feu qui a consumé Mrs Reeser l'a fait lentement.

Source

Dernière modification par Voyageur (10 Sep 2010 00:16:18)

Hors ligne

 

#5  3 Sep 2010 14:40:11

Crystelle
Missionnaire
Date d'inscription: 18 Jun 2010
Messages: 370

Re: Les combustions spontannées

Bonjour Voyageur votre vidéo a visiblement été désactivée ! C'est vraiment dommage ces deux cas,  auraient été certainement passionnant !


Partageons, partageons les découvertes et les connaissances. Mettons nous à la place de ceux qui cherchent. Ne laissons personne dans l'ignorance.

Hors ligne

 

#6  3 Sep 2010 16:33:48

Voyageur
Missionnaire
Date d'inscription: 24 Jun 2010
Messages: 193

Re: Les combustions spontannées

Effectivement, Crystelle, merci de me l'avoir signalé.
L'incrustation vidéo a été désactivée.
Il faut donc cliquer sur le message "Watch on Youtube" qui apparaît au centre de l'image
lorsque tu cliques dessus de façon à visionner la vidéo sur YouTube.
http://img543.imageshack.us/img543/1116/watchonyoutube.jpg

Dernière modification par Voyageur (6 Sep 2010 08:00:35)

Hors ligne

 

#7  4 Sep 2010 19:35:28

Saint Just
Administrateur
Date d'inscription: 17 Jul 2010
Messages: 219

Re: Les combustions spontannées

Très intéressant les com du membre Voyageur, la photo que vous présentez me ramène à un souvenir elle est relative à l'un des cas cités par House, celui de Ginette Kazmierczak.
Ce n'est pas une photo réelle mais une reconstitution tirée de l'émission Mystère animée par Jacques Pradel, le cas lui est bien réel et fut développé par des écrivains sur le sujet des brûlés vifs.

Une constance d'importance relevée grace aux légistes, les victimes inhalement de grandes quantités de fumées dont nous retrouvons trace dans les poumons. Cette constante tend à prouver que les morts par combustions spontanées sont bien vivantes au moment où leur corps s'embrase.


Nous sommes à Uruffe, petit bourg lorrain proche de Toul. Ginette Kazmierczak mène une vie solitaire, discrète et effacée dans le logement de fonction de son fils, l'instituteur du village.

Le soir du 12 mai 1977, elle est seule dans l'appartement car son fils est de sortie. Vers 3 heures du matin, sa voisine de palier se réveille en sursaut. Sa chambre est pleine de fumée. Elle sort et voit de petites flammes qui dévorent le bas de porte d'entrée de Mme Kazmierczak. Elle alerte les pompiers qui, très vite arrivés, se trouvent devant un spectacle d'épouvante. Le corps de Mme Kazmierczak gît carbonisé sur le plancher, contre la porte d'entrée, mais les jambes et le bras droit sont intacts alors que la tête, le tronc et l'abdomen ne sont plus que cendres. Il a fallu une température énorme (2000°C) pour arriver à ce macabre résultat.


Fait étrange : seul le plancher sous le buste de la victime révélera des traces d'incendie. Les murs et le sol sont maculés de suie, mais rien d'autre n'a brûlé dans l'appartement. Le poêle à mazout et le chauffe-eau sont éteints. Une boîte d'allumettes est intacte sur le rebord de la fenêtre. L'électricité fonctionne correctement. Crime, suicide? Ces thèses sont écartées à défaut d'élément matériel pouvant les étayer.

Le parquet de Nancy ouvre une enquête et charge le capitaine Laurain d'une expertise. Ce dernier reprend toutes les hypothèses : explosion d'une bombe aérosol ou d'un gaz (mais l'embrasement du mobilier aurait alors été total), crime (mais la porte de l'appartement était fermée de l'intérieur), foudre (la météo invalidera cette possibilité). L'expert doit admettre qu'il s'agit bien là d'un cas de combustion spontanée. En conséquence, le 18 janvier 1978, le parquet de Nancy prononcera une ordonnance de non-lieu dans cette affaire.
vu sur: http://www.portatout.net/Free/Loisirs/L … ustion.php


"Un peuple n'a qu'un ennemi dangereux : c'est son gouvernement." Louis Antoine de Saint Just

Hors ligne

 

#8  5 Sep 2010 12:17:20

Crystelle
Missionnaire
Date d'inscription: 18 Jun 2010
Messages: 370

Re: Les combustions spontannées

Bonjour à tous ! Au delà de ces effrayantes images qui font qu'à juste titre, ( sans mettre tout le monde dans un même panier bien sûr) mais qu’à juste titre, tous les fantasmes sont permis,  car je lis et vogue à ce moment même sur le net, et bien que ceci n’arriverait qu’à des gens voire à des vieilles dames un peu solitaires, voire même également à des saints des histoires qui font dans le mystique (bon désolée je n’ai plus les sources car j’allais de forum en forum)  donc je reprends : les fantasmes sont peut-être permis car je crois qu’aucune étude réelle n'a jamais été faite, ou peut-être, n’a jamais pu être faite ! 
Et bien je souhaite donner un avis personnel après lecture des sources données ci-dessus, par vous tous, dont l’un des articles je crois, parlait de gaz dans le corps, et qui dit gaz, dit intestin ! Ce qui donc me mit la puce à l’oreille… et si c’était tout simplement un problème organique ? Rare oui, mais organique ?
Personne ne connaît les habitudes alimentaires des personnes qui ont été victime de la combustion spontanée ?

Quelles habitudes alimentaires ?
Le stress dans le quel les victimes pouvaient-être ?
Stress à longue durée !
Stress à courte durée !
Buvaient-elles ?
Fumaient-elles ?
Pleins d’autres choses comme ça !

Le stress à longue durée joue énormément sur l’organisme et à courte durée, encore plus !
Exemple : Les asthmatiques, un grand stress peut engendrer une grande crise d’asthme !
Bon c’était juste un avis perso… mais un dysfonctionnement ou une maladie organique, est une chose à étudier.

Dernière modification par Crystelle (5 Sep 2010 12:20:27)


Partageons, partageons les découvertes et les connaissances. Mettons nous à la place de ceux qui cherchent. Ne laissons personne dans l'ignorance.

Hors ligne

 

#9  6 Sep 2010 09:00:33

Voyageur
Missionnaire
Date d'inscription: 24 Jun 2010
Messages: 193

Re: Les combustions spontannées

Des questions intéressantes! Merci Crystelle et Saint Just! sourire
A propos du stress et, de façon plus générale, de l'état psychologique des victimes, j'ai trouvé un article qui parle de "déprime" chez l'une d'elles (passage repris en jaune):

Dans le phénomène fréquemment attesté de la combustion humaine spontanée, le corps d’un individu s’enflamme et brûle, sans contact décelable avec une source de feu extérieur.
Des cas de combustion humaine spontanée sont signalés dans des rapports médicaux dès le 17è siècle.
La médecine moderne, dans sa grande majorité, nie la notion de combustion spontanée. Entre les sceptiques qui usent d’arguments très rationnels mais peu satisfaisants et les partisans de la combustion spontanée qui y voient une manifestation surnaturelle, le débat est vif mais souvent peu constructif.
Les cas de combustion spontanée d’êtres humains sont nombreux dans tous les pays. En l’espace de 400 ans, plus de 200 cas ont été consignés.
Il est bon de rétablir certaines vérités afin de pouvoir travailler sur des bases solides en se servant des statistiques récentes :

- Seuls les individus alcooliques sont victimes de la combustion spontanée : Faux. Beaucoup de victimes ne buvaient pas.
Autrefois, on croyait que ce sort était réservé aux femmes alcooliques, corpulentes et d’un âge avancé. On y voyait là l’effet d’un châtiment divin.
   Le médecin Le Cat.   Son témoignage en 1673 permit l'acquittement d'un homme inculpé du meurtre de sa femme, brûlée vive. Il persuada le tribunal que le feu du ciel était descendu sur la mègère, en châtiment de son ivrognerie

- Les personnes souffrant d’un excès de poids sont les principales victimes : Faux. Beaucoup de victimes étaient maigres.
La graisse humaine est exothermique c’est-à-dire qu’en brûlant elle dégage assez de chaleur pour entretenir sa propre combustion (rapport de D.J Gee spécialiste de médecine légale). Nous reviendrons sur cet argument avancé par les sceptiques.

- Les victimes sont toutes d’un certain âge : Faux. Parmi elles, on compte des enfants. En fait, les âges s’échelonnent de l’enfance à 114 ans. La plus jeune victime avait 4 mois.

- Les victimes sont mortes à proximité d’un feu : Vrai et Faux. Certaines victimes sont mortes à proximité d’un feu, d’autres au volant de leur voiture ou au cours d’une simple promenade, dans un environnement dépourvu de toute source d’ignition (source de chaleur).

- Seuls les corps se sont consumés laissant intact l’environnement proche : Vrai et faux. Dans de nombreux cas, à part le corps, rien ne semblait brûler dans la pièce du drame.
Par exemple, dans le cas de ce bébé de 11 mois, mort en 1939, un véritable embrasement se déclancha dans la nursery et pourtant c’est à peine si quelques meubles furent touchés par le feu.
Dans le cas devenu célèbre de Mrs Reeser en 1951, il y a avait une zone carbonisée d’environ 1,20 m de diamètre. Le fauteuil était calciné ainsi qu’une table voisine. Une poutre du plafond était également touchée par le feu.
En 1964, une ancienne actrice, Olga Worth Stephens, était assise dans sa voiture garée quand elle se changea subitement en torche humaine. Dans la voiture, intacte, dirent les pompiers, rien n’avait pu provoquer le feu.

  Les cas célèbres de combustion spontanée

Il est impossible de relater tous les cas mais certains sont particulièrement intéressants. J’ai choisi des cas consignés au 20è siècle car ils me semblent moins sujet à controverse et ont fait l’objet de rapports officiels.
1938 : Mrs.Mary Carpenter périt lors d’une croisière au large de Norfolk sous les yeux de son mari et de ses enfants.
Engloutie dans les flammes, elle fut en un instant réduite à l’état de cadavre carbonisé. Personne d’autre ne fut brûlé et le bateau ne subit aucun dégât.
1952 : Une voisine appela les pompiers en voyant de la fumée sortir de l’appartement de Glen B.Dennery (Louisiane). Les pompiers trouvèrent le corps en feu.
Le lieutenant des pompiers déclara:
« L’homme gisait sur le sol, derrière la porte, dans un buisson de flammes. Dans la pièce, absolument rien d’autre ne brûlait. L’homme était mort. J’ignore ce qui permettait au feu d’être si intense. »
Cet homme ne fumait pas et aucune trace de liquide inflammable n’a été retrouvée.
Mais, le plus surprenant dans ce cas c’est que la victime s’était ouverte les poignets ; on retrouva le couteau ensanglanté dans la cuisine. Denney était déprimé. On supposa donc qu’il s’était suicidé en se coupant les deux artères puis brûlé pour plus de sûreté.
Malheureusement, les faits réfutaient cette conclusion. En effet, aucun bidon d’essence ne fut retrouvé et même pas une boite d’allumettes.

1973: Un bébé de 7 mois et la poussette dans laquelle il était assis prirent feu dans le salon de ses parents.
Par chance, il survécut à ses blessures. Les autorités anglaises furent dans l’incapacité de déterminer l’origine du feu.

Le cas le mieux connu est celui de Madame Reeser, morte en 1951. Cette femme avait 67 ans et vivait en Floride.

http://img706.imageshack.us/img706/7334/reeser.jpg
Mary Reeser, morte le 1er juillet 1951



Voici les faits :
"Vers 9 heures du soir, la propriétaire de Mrs. Reeser vint lui dire bonsoir. Elle trouva sa locataire en robe de chambre, assise dans un fauteuil en train de fumer une cigarette.
A 8 h, le lendemain matin, la propriétaire découvre que le bouton de la porte du studio est presque brûlant. Elle appelle à l’aide deux ouvriers qui ouvrent avec un chiffon la porte du studio.
Au milieu d’un cercle noirci d’environ 1,20 m de diamètre, gisent quelques ressorts de fauteuil, les cendres d’un guéridon et les parties métalliques d’un lampadaire ainsi que ce qui reste de la locataire : un foie carbonisé attaché à un fragment de colonne vertébrale, un crâne qui avait rétréci, un pied chaussé d’une pantoufle mais brûlé jusqu’à la cheville ainsi qu’un petit tas de cendres noircies."

Source

Dernière modification par Voyageur (6 Sep 2010 09:18:47)

Hors ligne

 

#10  16 Dec 2010 02:41:15

Thx428
Missionnaire
Lieu: BZH (29)
Date d'inscription: 2 Oct 2010
Messages: 477
Site web

Re: Les combustions spontannées

Bonjour à tous sourire
Et pourquoi pas un phénomène de Pyrokinésie contre sois même ? (Pyrokinésie inversée)

Vraiment fou (et flippant) ces histoires de combustions !!!

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire