Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  30 Jun 2010 01:31:37

Crystelle
Missionnaire
Date d'inscription: 18 Jun 2010
Messages: 370

Discussion sur la perception.

Ecrit avec beaucoup trop de prétention de ma part.  J'ai remis la réflexion au conditionnel

Chacun voit-il, midi à sa porte ?

Si tout n’était qu’une histoire de perception, comme je m’en suis rendue compte au cours d’une conversation avec une voisine à moi ; et si alors chacun perçevait midi à sa porte,  ne serions nous pas tous des victimes de la perception, de l'interprétation et de la projection ? La nôtre sur un autre, et celle d’un autre, sur nous ? La perception et l’interprétation, ne seraient-elles pas, les deux graves erreurs commises, sur les faits et la réalité ? Et par la suite, dans nos « jugements » ; en admettant que l’on puisse se permettre d’en faire un. Donc, il y a les faits eux-mêmes, et nos réalités, que nous croyons être la réalité. Mais tout de même ; il semblerait que l’on perçoive et  que l’on interprète les choses ; les faits ; les comportements ; la réalité ; selon ce que l’on est ; selon ce que l’on a été éduqué ; selon ce que l’on est conditionné par notre  environnement. En gros, je peux être, et tout cela sans m’en rendre compte, et qui sait, sauf par un incident quelconque, (comme cela m’est arrivée) la victime malheureuse de la perception et de l’interprétation erronée de l’autre. Et moi-même d’interpréter à mon tour, les faits et gestes de l’autre, selon ma perception et mon interprétation.  Exemple concret ! Une voisine un jour est venue à ma rencontre pour la première fois, alors que nous nous connaissions de vue depuis très longtemps.  Un incident dans sa vie était intervenu peu de temps avant et elle s’en est sortie depuis. Nous eûmes, alors, une conversation. Et à un moment de cette conversation, je lui dis que moi aussi, et comme tout à chacun, j’avais eu des problèmes à affronter. Et là avec un air de surprise elle me dit ! A bon ? !
Donc ! Selon elle, j’étais quelqu’un qui n’avait jamais eu à affronter de problème. En tout cas, c’est ce que j’en ai interprété. Car jamais, elle ne m’avait adressé la parole. Et je passe d’autres détails. Cette conversation m’a alors fait réfléchir, et peut être fait comprendre que si tout n’est que perception ; interprétation ; projection sur l’autre, alors, le monde entier, c'est-à-dire, 6 milliard d’individus,  pourraient, voire, sont, constamment induit en erreur. Et ça ! A cause de ce qu’ils sont ; de ce qu’ils ont été éduqué et qu’ils ont été conditionné par leur environnement. En gros le monde entier, fonctionne alors de manière erronée.



Mais à l’échelle mondiale alors ?

Admettons qu’un pays déclare une guerre à un autre pays ! ( relayé en par les médias) Sur une perception  et une interprétation collective d’un pays, il y aura aussi des millions d’interprétations individuels du bien fondé, ou du mal fondé, de cette guerre. Parce que la réalité n’aura tout simplement pas été expliquée voire complètement détournée. Si tant est qu’une guerre est fondée. Et dans cette guerre, chacun  tuera finalement pour son propre compte.

Exemple :Les Etats Unis sous couvert de « démocratie » et d’y vouloir  y déloger Saddam Hussein, ont fait la guerre en Irak, mais des soldats ont tué aussi pour leur propre compte. Certains, percevant les Irakiens comme les coupables du 11 septembre 2001, d’autres ont tué percevant  peut-être des Irakiens comme des ennemis, car des soldats ont vu mourir leurs collègues. Au final ! Personne ne sait  même plus ce pourquoi ils font une guerre.  Tout n’a de cesse d’être quiproquo et tout ça à cause d’une perception et interprétation, erronée.

Crystelle le 20 juin 2010

Dernière modification par Crystelle (30 Sep 2010 12:04:06)


Partageons, partageons les découvertes et les connaissances. Mettons nous à la place de ceux qui cherchent. Ne laissons personne dans l'ignorance.

Hors ligne

 

#2  30 Jun 2010 01:33:01

Crystelle
Missionnaire
Date d'inscription: 18 Jun 2010
Messages: 370

Re: Discussion sur la perception.

http://i46.tinypic.com/4kadqx.jpg

Plus concrètement quand nous regardons l'homme qui marche de  Giacometti, personne n'aura la même inspiration en regardant cette sculpture. Quand  un y verra la solitude dans cette statuette, un autre y verra la tranquillité ! Et tout ça sans savoir dans le fond, ce que l'auteur, lui, de cette statue a voulu réellement exprimer en la modelant ! Quel en était le message ? Son message ? Ceci me conforte que oui, alors, chacun voit ou perçoit midi à sa porte !

L'art est-il, l'emprunte de nous même ?

Autre chose tout de même et qui me vient à  l’esprit. Je pense que tout art,  pourrait être l’emprunte de nous même et qu’un fin psychologue, (je  ne parle pas là, des psys professionnels,)  pourrait deviner, mais pas entièrement tout de même, enfin je l'espère, qui nous sommes à partir de ce que nous créons !  Il y a de cela trois ans, plusieurs de mes collègues avaient dessiné sur le tableau blanc qui était destiné pour nos messages communs à tous, des esquisses et caricatures de nous tous. C'était enfantin certes, mai j'ai trouvé ça rigolo.  Néanmoins, personne n'avait osé se désigner et d'autres cherchaient, qui avait dessiné ces caricatures. En observant les différents dessins, je me suis rendue compte que deux personnes avaient participé à ces caricatures. L'un des dessins avait le trait nerveux et l'autre avait le trait  rond, enfantin.
Je vins vers un de mes collègues et je lui dis !
«  Je sais qui a dessiné.  »
Lui, surpris et pensant que je tentais de le piéger, me dit !
«  Ah oui  »
« Oui »  lui dis-je !
« L’un c’est toi ! » Il fut tellement surpris qu’il ne me laissa pas continuer et dit que oui c’était bien lui.
« Et l’autre ! » Dis-je ! « C’est l’adjoint » (Avec qui tout ce passait bien un véritable enfant d’ailleurs, une bonne personne. En fait nous travaillions dans le domaine artistique ; donc, ceci explique cela. Mais que des bons souvenirs. Mais bref).
Et tout cela comment ? !
Comme je l’explique plus haut ! L'un des dessins avait un trait nerveux et l'autre dessin avait le  trait rond. En fait le trait de chaque dessin correspondait à la… comment dire… à la morphologie de la personne. Comme une emprunte. C’est même plus que ça, mais je ne sais pas comment l’expliquer. Mais voilà comment a peu de chose près, j’ai trouvé a qui appartenait les dessins !

C'est pour cela que je pense et même, que je suis persuadé que tout art, est l’emprunte de soi-même.

Dernière modification par Crystelle (28 Sep 2010 09:13:52)


Partageons, partageons les découvertes et les connaissances. Mettons nous à la place de ceux qui cherchent. Ne laissons personne dans l'ignorance.

Hors ligne

 

#3  30 Jun 2010 09:08:03

House
Administrateur
Date d'inscription: 12 May 2010
Messages: 1042
Site web

Re: Discussion sur la perception.

Crystelle a écrit:

En fait le trait de chaque dessin correspondait à la… comment dire… à la morphologie de la personne.

c'est un peu juger à l'apparence ...

Personnellement ça me rappelle: un prof en psychologie sociale nous avez introduit au thème de la catégorisation sociale en première année;

On avait divisé la classe en deux groupe, ensuite le prof avait distribué un papier sur lequel il y avait presque la même description d'une même personne inconnue. Sur la liste de traits descriptifs le premier groupe avait juste un terme en moins.

Il fallait ensuite écrire comment on voyait sur la personne décrite sur un papier.

Voici les deux listes:

             Liste A                             Liste B

                                                   célèbre
          Moustachu                        Moustachu
             discret                             discret
         sans enfant                       sans enfant
vis dans une caravane         vis dans une caravane 

et bien en gros ceux de la liste A pensaient à une personne des gens du voyage et les autres pensaient à un artiste excentrique ... et là on réalise que l'on se fait une image des gens en fonction de l'apparence de façon automatique...

Le concept de catégorisation est emprunté aux études sur la perception. Ces recherches montrent qu'il y a une accentuation des ressemblances subjectivement ressenties, entre des stimuli appartenant à une même catégorie, et une accentuation des différences entre des stimuli appartenant à des catégories différentes (voir Tajfel & Wilkes 1963). Ces résultats furent par la suite appliqués à l'étude des relations entre les groupes sociaux.

Le mécanisme de catégorisation consiste à classer et donc à regrouper au sein de catégories, des individus ou des groupes en accentuant les ressemblances intra-catégorielles (biais d'assimilation) et les différences inter-catégorielles (biais de contraste). Ce mécanisme permet de simplifier la réalité sociale, de la structurer et donc de mieux la comprendre. Les stéréotypes sont à la base de la catégorisation car bien souvent les traits censés être caractéristiques d'une catégorie sont issus des stéréotypes qui sont véhiculés, à propos de cette catégorie.


"Pour le sceptique, le doute est une fin; pour l’esprit méthodique, le doute est un moyen."

Hors ligne

 

#4  30 Jun 2010 09:22:43

Crystelle
Missionnaire
Date d'inscription: 18 Jun 2010
Messages: 370

Re: Discussion sur la perception.

Bonjour house Excellent cet exercice ! Tu aurais dû laisser l'exercice et on l'aurait fait ! A quoi donc aurait-on pensé ?


Partageons, partageons les découvertes et les connaissances. Mettons nous à la place de ceux qui cherchent. Ne laissons personne dans l'ignorance.

Hors ligne

 

#5  30 Jun 2010 11:33:10

ressac
Modérateur
Date d'inscription: 20 Jun 2010
Messages: 596

Re: Discussion sur la perception.

Eh il avait pas une moustache l'ancien peintre en décor dans Bagdad café? lol

Hors ligne

 

#6  30 Jun 2010 23:19:36

infomysteres
Coopérateur
Date d'inscription: 26 Jun 2010
Messages: 43
Site web

Re: Discussion sur la perception.

http://i3.photobucket.com/albums/y62/FrenPhilosopher/misc/perception.jpg

Ci-dessous un texte qui circulait sur Internet il y a quelques années (auteur inconnu) et que je trouve très intéressant pour illustrer l'importance de la manière dont nous décidons de percevoir le monde.



C'est une façon de voir les choses...

Jerry est gérant dans la restauration au Québec. Il est toujours de bonne humeur et a toujours quelque chose de positif à dire. Quand on lui demande comment il va, il répond toujours: "Si j'allais mieux que ca, nous serions deux : mon jumeau et moi !" Quand il déménage, plusieurs serveurs et serveuses sont prêts à lâcher leur job pour le suivre d'un restaurant à un autre pour la seule raison qu'ils admirent son attitude. Il est un motivateur naturel.
Quand un employé file un mauvais coton, Jerry est toujours là pour lui faire voir le bon côté des choses.
Curieux, je suis allé voir Jerry un jour pour lui demander: "Je ne comprends pas. Il n'est pas possible d'être toujours positif comme ca, partout, tout le temps. Comment fais-tu ?"
Et Jerry de répondre: "Tous les matins à mon réveil, je me dis que, aujourd'hui, ou bien je choisis d'être de bonne humeur, ou bien je choisis d'être de mauvaise humeur. Je choisis toujours d'être de bonne humeur.
Quand il arrive quelque incident déplorable, ou bien je choisis d'être la victime, ou bien je choisis d'en tirer une lecon. Quand quelqu'un vient se plaindre à moi, ou bien je choisis d'entendre sa plainte, ou bien j'essaie de lui faire voir le bon côté de la chose."
"Mais ce n'est pas toujours si facile", lui dis-je. Et Jerry d'enchainer: "La vie, c'est une question de choix. On choisit sa façon de réagir aux situations. On choisit de quelle façon les autres peuvent nous influencer ou non. On choisit d'être de bonne humeur ou de mauvaise humeur. On choisit de vivre sa vie de la manière qui nous convient."
Plusieurs années plus tard, j'entends dire que Jerry a fait incidemment ce qu'on ne doit jamais faire dans la restauration:
il a laissé déverrouillée la porte arrière du restaurant un bon matin et il s'est fait surprendre par trois voleurs armés. En essayant d'ouvrir le coffre fort, sa main tremblait de nervosité, il n'arrivait pas à faire la combinaison numérique.
Un des intrus a paniqué et a tiré. Heureusement pour Jerry, les choses n'ont pas trainé et il a été vite transporté à l'hôpital. Après dix-huit heures de chirurgie et des semaines de soins intensifs, Jerry a reçu son congé de l'hôpital avec des débris de la balle qu'on avait réussi à lui retirer du corps.
J'ai revu Jerry six mois après l'incident et je lui ai demandé comment il réagissait à tout ca. "Si j'allais mieux que ça, dit-il, nous serions deux : mon jumeau et moi. Tu veux voir les cicatrices?" Je n'ai pas voulu voir la blessure mais je lui ai demandé ce qui lui avait passé par la tête au moment du vol.
Et Jerry de dire: "La première chose qui m'est venu à l'idée est que j'aurais du fermer à clé la porte arrière du restaurant. Et puis, étendu sur le plancher après m'être fait tiré une balle, je me suis souvenu que je pouvais encore faire un choix: ou bien de vivre ou bien de mourir. Et j'ai choisi de vivre."
"T'as pas eu peur?" lui dis-je. Et lui de répondre: "Les ambulanciers ont été bien corrects. Ils n'ont pas essayé de me dire que tout allait bien. Mais en entrant dans le bloc opératoire de l'hôpital, j'ai vu l'expression faciale des médecins et des infirmières et, là, j'ai eu peur. J'ai vu dans leurs yeux que j'étais un homme mort et j'ai su que je devais agir vite."
"Et alors, qu'as-tu fait?" "Eh bien, mon ami, il y avait une grosse infirmière qui me bombardait de questions; elle voulait savoir si j'étais allergique a quelque chose. J'ai dit oui, et les médecins et les infirmières se sont arrêtés pour entendre ce que j'allais leur dire.
J'ai pris une profonde respiration et je leur ai dit que j'étais allergique aux balles de fusil ! Quand ils ont eu cessé de rire, je leur ai dit que j'avais fait le choix de vivre et qu'ils feraient mieux de m'opérer comme si j'étais un homme vivant plutôt qu'un homme mort !"
Jerry a survécu grâce à l'expertise des médecins mais aussi grâce à son attitude étonnante! J'ai appris de lui que, à tous les jours, nous devons faire des choix: ou bien de profiter pleinement de la vie ou bien de s'y emmerder tant qu'on veut.
La seule chose qui nous appartient et que personne ne peut contrôler, ni nous enlever, ce sont nos attitudes. Alors, quand on peut cultiver des attitudes positives, tout le reste est de la petite bière.


Ce texte me fait penser à un film qui est sorti en France il y a quelques mois avec entre autres, Pierre Richard et Sylvie Testut.


http://www.france-cinema.com/film/le_bonheur_de_pierre.jpg

Ce film est à la fois humoristique et très "philosophique". Il fait réfléchir énormément sur la manière dont nous percevons les choses.
Malgré tous les problèmes qui lui tombent dessus, Pierre Richard montre un optimisme et un enthousiasme extraordinaire.
Sa philosophie de la vie se traduit par cette citation :


"Le bonheur n'est pas une destination, c'est une façon de voyager". (Lao Tseu)


Hors ligne

 

#7  1 Jul 2010 12:17:01

Crystelle
Missionnaire
Date d'inscription: 18 Jun 2010
Messages: 370

Re: Discussion sur la perception.

Info mystères ! Un grand merci pour ce texte ! En effet ! Je n'avais jamais vu les choses sous cet angle ! Ce texte est génial Bravo à celui qui l'a écrit ! Et celui qui le vit !


Partageons, partageons les découvertes et les connaissances. Mettons nous à la place de ceux qui cherchent. Ne laissons personne dans l'ignorance.

Hors ligne

 

#8  5 Jul 2010 23:59:12

infomysteres
Coopérateur
Date d'inscription: 26 Jun 2010
Messages: 43
Site web

Re: Discussion sur la perception.

Le monde n'est et n'a jamais été ce qu'il est car il est et sera toujours ce que nous pensons qu'il est.

http://uriic.uqat.ca/dessins/02doulaigue/replimental/vieilledame.gif
Sur la photo ci-dessus, il y en a qui voient une jeune femme, d'autres une femme âgée. Tout dépend de la manière dont la photo est regardée.

Nous avons tous une perception différente et "personnelle" du monde.
Il n'y a pas "UN" monde.
Il y a autant de perception du monde qu'il y a de personnes qui perçoivent.

Le fait que le monde est ce que l'on en perçoit et n'a donc pas de "réalité propre" (dans le sens d'indépendante de notre perception) est également un atout très utile pour ceux qui désirent faire de la désinformation.
Pour désinformer, il s'avère que la méthode la plus efficace est celle qui consiste à modifier la manière dont les gens perçoivent le monde.
On pourrait penser -à juste titre- qu' "un fait est un fait". Mais chaque personne interprète un fait selon sa propre perception. Et en modifiant cette dernière, cela peut amener le doute sur sa réalité. Un fait peut être remis en cause rien qu'en amenant les individus à percevoir le monde différemment.
Ces techniques sont très bien utilisées dans certains reportages ou articles.


La manière la plus efficace pour influer sur la perception des individus est celle qui consiste à semer de la confusion dans les esprits en formulant des propos contradictoires.

Jeane Manning, dans son livre, Energie libre et technologies, Ed. Louise Courteau, explique très bien cela en écrivant :

Un scientifique qui a des relations sur le plan international a dit :
« Ils (il a refusé de dire qui) ont constaté que lorsqu’ils font de la désinformation, les gens sombrent dans la confusion et la passivité… il en résulte une sorte de dissonance cognitive ;
les gens se déconnectent. (…) Le seul moyen de rendre une information légitime inerte, moins crédible, c’est de l’enjoliver… de la décrire en lui attribuant les pires excentricités. Donnez des informations contradictoires. Alors, peu importe le degré d’intérêt du public pour le sujet, les gens deviendront passifs parce que vous aurez semé la confusion. »

Imaginons donc que nous souhaitons faire de la désinformation sur un sujet.
Que faudrait-il donc faire ?
Dans un premier temps, il faut apporter des informations exactes pour amener le lecteur à se mettre en adéquation avec la perception qu'il a du monde. Un fait étant un fait, en amenant ces faits, le lecteur devient de plus en plus convaincu de la réalité de ces faits.
Ensuite, il faut "grossir" les faits en apportant des informations enjolivées ou déformées de ces faits.
Et en faisant cela, cela crée un choc émotionnel à l'intérieur de l'esprit du lecteur.
Ce dernier en viendra à douter de la véracité des "faits" qu'il pensait pourtant parfaitement établi.
Il a changé sa perception du monde. Ce qui était pour lui presque évident est devenu complètement absurde.



Cette technique est très utilisée dans le domaine de la désinformation car elle a l'immense avantage de ne pas nécessité d'avancer d'arguments contradictoires pour remettre en cause une théorie.
Lorsque quelqu'un émet une idée et qu'il avance des arguments pour la soutenir, normalement, un contradicteur devrait se sentir obligé de fournir lui-même ses propres arguments pour contredire la théorie. Mais s'il ne possède pas d'arguments contradictoires, il lui suffit de semer de la confusion dans l'esprit de ses lecteurs pour l'amener à penser comme lui.



Il est nécessaire d'être vigilent avant de changer notre perception du monde.
Normalement, seule une argumentation bien construite devrait être une raison pour accepter ou non une théorie. Mais cela peut être utile de savoir que certaines techniques existent pour nous faire changer d'avis sans aucune argumentation... rien qu'en modifiant notre perception du monde...


Hors ligne

 

#9  6 Jul 2010 08:22:39

Crystelle
Missionnaire
Date d'inscription: 18 Jun 2010
Messages: 370

Re: Discussion sur la perception.

Bonjour Infomystères complètement d'accord avec ce que vous écrivez plus haut et que je me permets de reprendre ici :

Le fait que le monde est ce que l'on en perçoit et n'a donc pas de "réalité propre" (dans le sens d'indépendante de notre perception) est également un atout très utile pour ceux qui désirent faire de la désinformation.

Je vais dire quelque chose qui pour moi est terrible : L'homme est donc manipulable à l'infini.


Partageons, partageons les découvertes et les connaissances. Mettons nous à la place de ceux qui cherchent. Ne laissons personne dans l'ignorance.

Hors ligne

 

#10  9 Jul 2010 07:25:02

Voyageur
Missionnaire
Date d'inscription: 24 Jun 2010
Messages: 193

Re: Discussion sur la perception.

Merci pour ces réflexions intéressantes.
La perception est effectivement un sujet vaste et complexe, autant que passionnant.
Dans la vie courante, il faut bien reconnaître que nous ne percevons qu'une infime partie de la réalité et que nous n'avons conscience de ce que notre cerveau et nos sens nous permettent d'appréhender, ce qui ne représente, à notre échelle, même pas la pointe de l'iceberg. A cet égard, on a coutume dire que notre cerveau traite 400 milliards de bits d’information par seconde, mais que nous n’en avons conscience que de 2000. C'est un des points mis en évidence dans le film documentaire "What the Bleep Do We Know!?". Ci-dessous la première partie:

Les autres parties peuvent être visionnées à cette adresse: http://www.dailymotion.com/relevance/se … do+we+know

Comme on peut le voir, on y évoque notamment le fait que le cerveau agit de telle sorte que l'observateur ne voit que ce qui lui paraît possible. Ainsi, à titre d'exemple, cette histoire – vraie ou fausse ? -selon laquelle lorsque les caravelles de Christophe Colomb arrivèrent à proximité des côtes des Caraïbes en 1492, les Indiens ne purent les voir, du moins au début, car ils ne possédaient pas encore cette expérience de leurs sens. Leur cerveau n’ayant encore jamais enregistré, ni intégré une telle image, ils ne pouvaient pas apercevoir les bateaux de Colomb au large de leurs côtes. Que cette histoire soit vraie ou pas, il me semble néanmoins plausible que notre mémoire joue un rôle majeur dans nos conditionnements.

Le film aborde également les problèmes de physique quantique, les interrogations des scientifiques à ce sujet - notamment le rôle de l'observateur dans l'analyse des phénomènes - et les questions que cela soulève.

En ce qui concerne la désinformation, il me semble que l'homme n'a rien inventé de nouveau et que celle-ci existe naturellement dans le règne animal et végétal.
Un exemple de désinformateur:
http://img31.imageshack.us/img31/9306/leafinsect.jpg

Dernière modification par Voyageur (9 Jul 2010 07:33:39)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire