Archives et Dossiers Secrets

Devenez rédacteurs et soyez édités sur les secrets d'état, d'histoire et de géopolique

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

Archives et Dossiers Secrets c'est terminé. Le blog est en "lecture seule", témoignage de l'excellence de cette expérience. Toute l'équipe d'ADS remercie la Rédaction de la maison d'Edition Export Press et l'animateur radio Jean Claude Carton pour leur soutien sans faille. Nous vous invitons à éteindre vos télés, allumez vos cerveaux et prenez désormais vos informations sur CONTRE INFO.COM

MERCI ...

aux administrateurs et modérateurs : Carthoris, House, Hieronymus, Tobeor, Keats, Pégase, Meryl, Ressac, Organik, Neo Trouvetout et Jean Luc... aux rédacteurs : John Lloyds, Infomystères, Monsieur Mondialisation, Sylv1, Pégase, Hieronymus, Stefnou, Pierre Valcourt et Nolan Romy... aux membres : Apollo, Bob Rekin, Boris, Cosmos, Crystelle, Dread, Eddymdf, Fredolenray, Garf, GrandPas, Herveboy, Jay-k, Jean Claude Carton, Max, Marius, l’Hermite, Mike7917, Michel Thys, Nanouche, Non666, Phantom, Raphaël Charles, Psd503, Saint Just, Sopalin, Succube, Thx428, Tissou, Vitriol/Patrick Burensteinas, Voyageur, Adidier, Arckangel, Aries, Asse42, Logos, Nostalgeek, Rigel, Sergueï... et aux 32 sites partenaires qui nous référencent.
On évoque parfois le livre à emporter sur une île déserte... en réalité la question qu'il faudrait se poser est : " Et si je ne devais en lire qu'un ? "COMPRENDRE L'EMPIRE" d'Alain Soral est la synthèse de tout ce que l'on peut retenir de ce triste siècle... car pour savoir il faut déjà comprendre, et une fois compris c'est un devoir de faire savoir.

#1  27 Sep 2011 23:26:58

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Pollution atmosphérique

OMS : la pollution atmosphérique atteint des niveaux dangereux pour la santé

Dans de nombreuses villes, la pollution atmosphérique atteint des niveaux dangereux pour la santé, a annoncé lundi à Genève l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Selon une compilation publiée lundi qui contient des données sur la qualité de l'air de près de 1.100 villes dans 91 pays, l' OMS estime que, chaque année, plus de 2 millions de personnes meurent du fait de l'inhalation de particules fines présentes dans l'air intérieur et extérieur, les niveaux de pollution de l'air par les particules fines dans beaucoup de zones urbaines sont élevés. Cette pollution provient souvent de sources de combustion telles que les centrales électriques et les véhicules à moteur. L' exposition moyenne annuelle aux particules PM10 de l'immense majorité des populations qui habitent en milieu urbain dépasse le seuil de 20 µg/m3 recommandé dans les lignes directrices de l'OMS relatives à la qualité de l'air.

Pour l'année 2008, on estime à 1,34 million le nombre de décès prématurés attribuables à la pollution atmosphérique en ville. Si les valeurs avaient été partout conformes aux lignes directrices de l'OMS, 1,09 million de vies auraient pu être sauvées cette année-là. Le nombre de décès attribuables à la pollution atmosphérique en ville a augmenté par rapport à l'estimation de 2004, qui était de 1,15 million. Ceci s'explique par l' augmentation récente de la pollution atmosphérique et de la taille des populations mais aussi par le fait que les données sont plus disponibles et les méthodes employées meilleures.

« La pollution atmosphérique est un grave problème de santé et nous devons absolument redoubler d'efforts pour en atténuer les répercussions », dit le Dr Maria Neira, directeur du Département Santé publique et environnement de l'OMS.

« Si nous contrôlons et gérons l'environnement correctement, nous pouvons réduire considérablement le nombre de gens qui souffrent d'affections respiratoires et cardiaques, et de cancer du poumon. Partout dans le monde, l'air des villes est souvent pollué par les gaz d'échappement, la fumée des usines ou la suie des centrales électriques qui fonctionnent au charbon. De nombreux pays sont dépourvus de réglementation sur la qualité de l'air et, lorsqu'il y en a une, les normes nationales et leur application varient considérablement », a-t-elle ajouté.

Selon l'OMS, les particules PM10, d'une taille égale ou inférieure à 10 micromètres, peuvent pénétrer dans les poumons, entrer dans la circulation sanguine et provoquer des cardiopathies, des cancers du poumon, des cas d'asthme et des infections des voies respiratoires inférieures. Le seuil fixé dans les lignes directrices de l'OMS relatives à la qualité de l'air s'agissant de la concentration moyenne annuelle des particules PM10 est de 20 microgrammes par mètre cube (µg/ m3), toutefois, les données publiées montrent que, dans certaines villes, cette concentration atteint jusqu'à 300 µg/ m3.

L'OMS appelle à renforcer la sensibilisation aux risques sanitaires que représente la pollution atmosphérique, à mettre en oeuvre des politiques efficaces et à contrôler de près la situation dans les villes. Une réduction de la concentration annuelle moyenne de particules PM10 de 70 µg/m3 à 20 µg/m3 devrait entraîner une baisse de 15 % de la mortalité.

Source
http://french.people.com.cn/96851/7605714.html

+

La pollution atmosphérique tue 2 millions de personnes chaque année

Plus de 2 millions de personnes meurent chaque année dans le monde, du fait de maladies causées par la pollution de l'air, selon une étude publiée lundi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Sur ces 2 millions, 1,3 million meurent suite à la pollution dans les villes, qui touche autant les pays développés que les pays en développement.

En outre, indique l'OMS, 1,1 million de décès auraient pu être évités, si les normes avaient été respectées.

L'air pollué peut "pénétrer dans les poumons, entrer dans la circulation sanguine et provoquer des cardiopathies, des cancers du poumon, des cas d'asthme et des infections respiratoires", indique l'OMS, qui a compilé les données sur la qualité de l'air, fournies par 1100 villes dans 91 pays.

Selon ces données, 80 des 91 pays ayant transmis des informations à l'OMS, ne respectent pas les valeurs de référence de l'organisation internationale, en matière de pollution de l'air.

Dans de nombreuses villes, a indiqué lundi devant la presse le Dr Maria Neira, directrice du département santé publique et environnement de l'OMS, "la pollution atmosphérique atteint des niveaux dangereux pour la santé".

Les zones les plus dangereuses sont situées dans les pays à croissance rapide, comme l'Inde et la Chine. Dans certaines villes, indique l'OMS, qui se refuse à dresser un classement des villes les plus touchées, la concentration des particules fines est jusqu'à 15 fois supérieure au seuil maximum fixé par l'OMS.

Cette pollution provient surtout de sources de combustion, comme les centrales électriques et les véhicules à moteur.

Pour le Dr Neira, si les pays "contrôlent et gèrent l'environnement correctement, nous pouvons réduire considérablement le nombre de gens qui souffrent d'affections respiratoires et cardiaques et de cancer du poumon".

"De nombreux pays sont dépourvus de réglementation sur la qualité de l'air, et lorsqu'il y en a une, les normes nationales et leur application varient considérablement", a-t-elle ajouté.

Les premières causes de la pollution de l'air sont les moyens de transport, l'industrie, l'utilisation de biomasse ou de charbon dans les cuisines et pour le chauffage, ainsi que les centrales électriques au charbon.

Selon l'OMS, les effets les plus graves de la pollution de l'air s'observent chez les personnes déjà malades, les enfants et les personnes âgées.

Pour lutter contre la pollution de l'air, l'OMS recommande le développement des transports publics, la promotion de la marche et du vélo, ainsi que la construction de centrales utilisant des combustibles autres que le charbon.

Source
http://www.rtbf.be/info/societe/detail_ … id=6816433

+

Il s’agit du charbon, du gaz et du pétrole qui se sont constitués il y a plusieurs centaines de millions d’années par l’accumulation et la décomposition de matières organiques d’origine végétale. Il s’agit donc de dérivés de carbone. Et c’est bien là le problème : en se consumant, elles dégagent du dioxyde de carbone (Co2) qui est un gaz favorisant l’effet de serre.

http://nsa28.casimages.com/img/2011/09/27/110927112709456661.jpg



L’effet de serre

Le soleil envoie sur Terre une très grande quantité d’énergie.

La température moyenne de la surface terrestre est actuellement de 15°. Si l’atmosphère était totalement transparente aux radiations infrarouges calorifiques, cette valeur serait de - 18°C. La différence provient de l’existence dans l’air de divers gaz qui absorbent les radiations infrarouges calorifiques. Ces gaz sont le dioxyde de carbone (Co2), le méthane, le protoxyde d’azote, l’ozone troposhérique et les chlorofluorocarbones.

Le phénomène dit de l’effet de serre résulte d’une augmentation considérable de ces gaz. Si les tendances actuelles se poursuivent, nous pourrions arriver à une augmentation de la température moyenne de 3° en 2040. Cela peut paraître insignifiant, voire agréable mais cela aurait des conséquences très graves : les océans augmenteraient de volume, inondant toutes les plaines côtières où vivent actuellement plus d’un milliard d’hommes. Les déplacements de populations provoqueraient incontestablement des conflits. Le régime des précipitations serait bouleversé causant une " aridification " des latitudes moyennes de l’hémisphère Nord... les plus favorables à la croissance des céréales d’où un manque de nourriture. Mais surtout, la vitesse à laquelle aurait lieu ces changements empêcherait une adaptation des végétaux.

Ce danger suffit pour admettre qu’il serait suicidaire de continuer dans cette voie. Mais analysons les autres problèmes qui ne sont pas négligeables.

La pollution atmosphérique

Ce sont essentiellement le pétrole et le charbon qui sont en cause : leur combustion dégage des oxydes d’azote, de soufre et de carbone ainsi que des hydrocarbures mal brûlés, du plomb, des suies, des minéraux lourds... Quand on sait que le monde consomme actuellement 65 millions de barils de pétrole par jour (essentiellement sous forme de combustible pour les transports) ainsi que 35 milliards de tonnes de charbon, on peut être inquiet pour notre santé.

Ce sont surtout les citadins qui courent les plus grands risques car la pollution touche essentiellement les grandes villes. En effet, lors de situations climatiques défavorables (anticyclones), la pollution générée par le chauffage et les transports ne s’évacue pas, provocant les pics de pollution dont on parle tant chaque été à Paris. Résultat : cela affecte les personnes qui présentent un terrain favorable surtout au niveau respiratoire (bronchite, asthme...).

Cette pollution attaque aussi la pierre, détruisant des monuments historiques (Parthénon d’Athènes, Obélisque de Paris...).

Les pluies acides

Lorsque les oxydes de soufre et d’azote se combinent avec l’eau atmosphérique, des acides se forment (sulfuriques, nitriques...). Ceux-ci sont à l’origine des pluies acides, lesquelles sont responsables de la mort de millions d’hectares de forêts (allemandes, scandinaves, polonaises), de l’acidification de nombreux lacs... Il importe d’avoir une règlementation internationale sur le sujet car les pluies ne connaissent pas les frontières administratives et frappent parfois des pays qui sont précurseurs en matière d’écologie.

http://nsa27.casimages.com/img/2011/09/27/110927112828272232.jpg



La pollution de l'air à Beijing (Pékin) devient de plus en plus problématique notamment depuis des tempêtes de sable sont apparus.

http://nsa28.casimages.com/img/2011/09/27/110927112605691510.jpg



En raison des particules présentes dans les tempêtes de sables qui touchent la ville de Beijing, forte de plus de 15 millions d'habitants, la qualité de l'air, déjà médiocre, s'est nettement dégradée et le seuil d'alerte maximum a été franchi ce lundi 10 avril ont indiqué des météorologues et le Bureau de protection de l'environnement de la capitale.
En effet, des tempêtes de sable charrient des particules fines provenant de l'ouest et du nord de la Chine générant un épais brouillard sur la ville qui accroit la concentration en particules tout en freinant l'évacuation des polluants.

Lundi, le niveau 5, le plus élevé, a été dépassé avec plus de 300 µg/m3/heure de particules fines. Notons que selon l'OMS, les connaissances actuelles ne permettent pas de déterminer une concentration en particules en dessous de laquelle aucun effet n'est observé. Cependant, au niveau européen, la valeur limite journalière à ne pas dépasser pour assurer la protection de la santé humaine est définie pour 2005 à 50 µg/m3 sur la journée !
Par conséquent, les personnes âgées et les enfants ont été invitées à éviter les activités de plein air.
Seule la pluie toujours attendue pourrait nettoyer l'atmosphère ...
Une des villes les plus polluée au monde

Selon le Bureau municipal de la protection de l'environnement, cité par l'agence Chine Nouvelle, le mois de janvier 2006 a été le plus mauvais en terme de qualité de l'air depuis six ans, une situation due à l'augmentation du nombre de voitures (+10% par an), d'une consommation d'énergie en hausse, en particulier de charbon, la principale source de chauffage, et du nombre important de chantiers (plus de 100 millions de m2).

Des efforts ont été entrepris par les autorités notamment pour satisfaire leur engagement à obtenir un air pur pour les jeux Olympiques de 2008.
Ainsi, en 2005, 4 000 vieux autobus polluants et 30 000 taxis ont été retirés de la circulation, remplacés par des véhicules aux normes plus strictes en matière d'émissions de polluants.
Un pays dont la croissance génère une pollution colossale

La qualité de l’air en Chine est très problématique, en particulier dans les grandes villes comme Pékin et Shanghai. La Banque mondiale recense 16 villes chinoises sur la liste des 50 villes les plus polluées au monde. En cause, non seulement le recours généralisé aux centrales électriques au charbon, mais également l’augmentation massive du nombre de voitures particulières en circulation. À l’échelle planétaire, les courants atmosphériques transportent cette pollution vers l’Est, menaçant ainsi le bien-être des pays voisins de la Chine, l’Amérique du Nord et même l’Europe. Avec les quelque 130 millions de véhicules prévus sur les routes chinoises d’ici 2030, les émissions de dioxyde de carbone montent également en flèche. La Chine, qui a ratifié le Protocole de Kyoto comme l’Union européenne, est déjà responsable de 14 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (Communautés européennes, 2005).

http://www.google.be/imgres?imgurl=http … CB8Q9QEwAw


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#2  28 Sep 2011 02:22:55

Max
Mythe
Lieu: BYEBYELAND
Date d'inscription: 24 Oct 2010
Messages: 2801

Re: Pollution atmosphérique

Petite polémique ici au Canada: Toronto et Montréal font parties des villes "analysées" par l'OMS pour leur pollution atmosphérique respective.
Apparemment les méthodes de contrôles et/ou les paramètres retenus n'ont pas été les mêmes. Les résultats sont donc remis en question.
Est-ce à dire que pour les autres villes recensées, Paris, Pékin, etc…, les méthodes furent elles aussi différentes?


Rust never sleeps…

Hors ligne

 

#3  28 Sep 2011 09:51:38

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Pollution atmosphérique

Il faudrait en effet faire des recherches…

Merci pour cette intervention, Max…

clindoeil


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#4  28 Sep 2011 22:06:11

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Pollution atmosphérique

Risque de pollution de l'air sur l'Ile-de-France jeudi soir
Publié le 28-09-11


http://nsa28.casimages.com/img/2011/09/28/110928101314364236.jpg



L'été indien qui plane sur l'Ile-de-France n'a pas que des effets bénéfiques : Airparif annonce pour jeudi 29 septembre un "épisode de pollution avec un possible dépassement du seuil d'information et de recommandation de la procédure d'information et d'alerte pour le polluant dioxyde d'azote".

Traduction : le réseau de surveillance de la qualité de l'air prévoit un dépassement de dioxyde d'azote de 200 microgrammes par mètre cube à partir de jeudi soir et au moins jusqu'à vendredi matin.

Cette situation est due aux conditions météorologiques : les polluants ne peuvent plus s'échapper vers le haut et l'absence de vent les bloque sur la région.

Airparif recommande la vigilance aux personnes sensibles. Asthmatiques, cardiaques ou insuffisants respiratoires doivent respecter leur traitement de fond et ne pas hésiter à consulter un médecin en cas de signe d'aggravation. Le seuil d'information ne justifie en revanche pas de changer ses habitudes sportives.

De leur côté, les autorités peuvent décider de limiter la vitesse des véhicules à moteur.

Source
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualit … -soir.html


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

#5  1 Oct 2011 09:17:54

tobeor
Modérateur
Date d'inscription: 5 Nov 2010
Messages: 3818

Re: Pollution atmosphérique

Un air de qualité moyenne pour 2 millions de franciliens

REPORTAGE - L'association Airparif mesure, analyse et informe la population sur la qualité de l'air. Un air qui s'est certes amélioré au cours des 50 dernières années, mais dont certaines particules demeurent dangereuses pour une partie de la population.


http://www.youtube.com/watch?v=g7A_H1ZJ … r_embedded

Au début de la semaine, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a attiré l'attention du grand public sur les dangers de la pollution de l'air : chaque année, deux millions de décès dans le monde sont liés à l'inhalation de particules fines. Les petits grains de matière dont le diamètre n'excède pas 10 millièmes de millimètre (appelés PM10) pénètrent dans les poumons, puis passent dans le sang provoquant, entre autres, infections respiratoires, maladies cardiaques et cancers du poumon.

Si la qualité de l'air s'est globalement améliorée au cours des cinquante dernières années à Paris (diminution des concentrations en dioxyde de soufre, en mercure et en chrome liés aux rejets industriels), certains polluants comme les particules fines ou les oxydes d'azotes, provenant pour une grande partie de la circulation automobile, restent préoccupants. Pour cette raison, la capitale scrute avec grand soin la qualité de l'air parisien. À la fois pour mettre au jour les grandes tendances, mais aussi pour alerter les populations en cas de pics de pollution.

Source
http://www.lefigaro.fr/environnement/20 … iliens.php


"Etre dans le doute, c'est déjà être résolu." - William Shakespeare

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Traduction par FluxBB.fr
Adaptation graphique par FluxBinaire